Partagez | .
 

 i won't go home without you ✤ marlee&matthew.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

GRECQUE ✤ fille de nyx


MessageSujet: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Mer 9 Avr - 23:13


 
i won't go home without you

 
flashback
 

 Les longs cheveux noirs de la jeune femme couvraient son visage, empêchant quiconque d’apercevoir sur ses traits l’angoisse de ses songes. Elle rêvait, elle cauchemardait sans discontinuer depuis qu’elle avait posé sa tête sur l’oreiller. La destruction de la Colonie des Sang-Mêlés, des hommes et des femmes en armures antiques qui brandissaient les armes face à elle, des guerrières féroces déterminées à asseoir leur domination et partout, du sang, de l’ichor doré des Dieux. Ce n’était pas la première fois qu’elle était assaillie par ces visions, mais elle n’avait pas encore trouvé de moyen de les combattre. Marlee s’éveilla en sursaut sur son lit, ses couvertures enroulées autour de son corps en sueur comme si elles essayaient de l’étouffer. Elle s’en débarrassa rapidement, d’un geste rageur et vif. Sans prendre le temps de réfléchir à ce qu’elle venait de vivre, la jeune femme attrapa un veston de cuir qu’elle passa par-dessus son marcel qu’elle utilisait en guise de pyjama – aux couleurs de la colonie, évidemment – et quitta le bungalow n°21 d’un pas décidé. De vieilles baskets usées aux pieds, un jogging en guide de pantalon, elle n’avait plus rien de l’intimidante fille de Nyx que tous côtoyaient en journée. Néanmoins, elle savait que si elle venait à croiser une personne, celle-ci changerait automatiquement de trajectoire en ressentant l’aura glacée qu’elle dispersait aux alentours. Elle avait appris à ne pas leur en vouloir, parce qu’elle savait parfaitement ce qu’ils devaient ressentir en sa présence. Combien d’enfants avaient peur du noir ? Elle n’avait jamais eu cette crainte, au contraire. Marlee se sentait en sécurité dans les ombres, plus à l’aise que lorsqu’elle était à découvert ; une partie d’elle savait que cela venait de sa mère, mais aussi de son père. Quoi qu’elle dise, elle partageait avec lui ce besoin irrépressible de solitude et de paix.

Après un dernier regard aux flammes noires qui ornaient l’entrée du bungalow, elle s’arracha à sa contemplation pour laisser ses pas la guider le long des murs du bâtiment. Jamais elle ne se lassait du spectacle qu’offrait le lieu à la nuit tombée : les murs brillaient de mille feux, comme si la main de Nyx en personne y avait déposé une poignée de poussière d’étoiles scintillantes. Toutefois, derrière cette beauté sans conteste se dissimulait une atmosphère froide et inhospitalière, parce que même la plus douce des nuits n’était pas sans danger. Cela aussi, Marlee l’avait appris à ses dépens. Et elle avait fini par accepter qu’elle possédait, tout comme chacun, une graine de noirceur en elle. Certains la cultivaient pour qu’elle s’enracine profondément dans leur âme, d’autres tentaient de l’ignorer en espérant qu’elle finirait par mourir et les laisser tranquille. Mais il était impossible de faire ça, c’était comme de se couper volontairement une main. Cela ne rimait à rien, cela n’apportait rien de bon. Il fallait apprendre à vivre avec, à savoir comment et quand faire appel à elle sans lui laisser une chance de s’épanouir. C’était tout du moins ainsi qu’elle voyait la vie en général, et elle savait que sa vision ne s’appliquait pas à tous. Elle voyait l’existence comme une palette de gris, alors que d’autres préféraient user uniquement de blanc ou de noir. Elle laissa ses doigts courir sur la pierre froide, puis continua sa marche nocturne.

A ses yeux, toute la colonie était plongée dans l’éclatante lumière du croissant de lune, mais elle savait qu’elle tenait ça de son pouvoir. Les enfants de la nuit étaient capables de se repérer dans les ténèbres les plus totales grâce au sang divin qui coulait dans leurs veines. C’était quelque chose de particulièrement utile, notamment lorsqu’il s’agissait de faire une embuscade nocturne lors d’un Capture l’Etendard – ceci, couplé aux pouvoirs de Marlee, la rendait particulièrement redoutable de nuit. Ses pas la guidèrent inconsciemment jusqu’au côté Ouest des bungalows, où résidaient les enfants des divinités majeures. Elle avait toujours trouvé injuste que les pensionnaires soient séparés ainsi, comme si certains avaient plus d’importance que d’autres parce que leur parent divin siégeait à l’Olympe. Elle se savait au moins aussi efficace que d’autres, et elle savait que c’était le cas de ses compatriotes de l’Est. Néanmoins, la jeune femme avait rapidement saisi que ce n’était pas qu’une question de séparation, mais de pratique ; les treize premiers bungalows étaient là depuis des décennies, alors qu’il avait fallu en construire d’autres après la bataille de Manhattan puisque les déités étaient désormais obligées de reconnaître leur progéniture à l’âge de quinze ans. Elle effectua un large détour pour éviter le logement des enfants d’Aphrodite à cause du parfum entêtant qui s’en dégageait et bifurqua ensuite vers le n°6. Là, elle s’immobilisa sur le perron, ses yeux perçants distinguant vaguement quelques formes vaquant encore à leurs occupations malgré l’heure tardive. Elle savait que ces demi-dieux-là dormaient très peu, ou qu’en tout cas leur cerveau sans cesse en ébullition ne leur laissait pas le temps de réellement se reposer. Il n’était pas rare de les voir se lever en pleine nuit pour coucher sur papier une idée, un schéma, un croquis, puis retourner se coucher.

Elle fit un pas de plus vers l’entrée du bungalow, mais la chouette gravée dans la pierre sembla la défier du regard. Marlee croisa les bras sur sa poitrine, nullement mal à l’aise dans son pyjama et son blouson en cuir fatigué. Elle venait d’apercevoir un visage familier et elle tâcha d’attirer son attention par un geste de la main accompagné d’un sourire fugace. Il repéra son amie et la rejoignit après quelques instants. « Insomnie ? Je te l’avais dit que ta tête travaillait trop. Tu devrais essayer une décoction des Hécate. Ce truc assommerait un éléphant dopé à la caféine. » fit-elle d’un ton léger en le dévisageant. Matthew était son plus vieil ami, il était celui qui l’avait accompagnée jusqu’à la colonie et qui lui avait montré comment vivre dans cet endroit. Il avait été son guide et son protecteur, jusqu’à ce qu’elle finisse par se sentir suffisamment en confiance pour se séparer de lui. Il connaissait tout sur elle, sur son passé et sur ses craintes, mais il l’appréciait quand même. Et c’était ça, qui poussait la jeune femme à valoriser son amitié au dépit de tout le reste, parce qu’elle lui vouait la même affection. « Alors, la session de demain te tracasse ? » Dès demain matin, Chiron avait décidé qu’une réunion se tiendrait afin de lancer une quête pour traquer les harpies. Un nombre important de demi-dieux devrait être choisi, et elle avait l’intuition qu’il serait du nombre. Même s’il ne courrait pas après la gloire, il était un fils d’Athéna et il n’aurait pas supporté de rester à se tourner les pouces pendant que d’autres agissaient. Il savait travailler en groupe comme seul et ses conseils étaient toujours utiles. Marlee lui enviait son intelligence, tout en sachant pertinemment qu’il n’aurait probablement pas aimé entendre ça. Il pensait que chaque personne avait les mêmes chances de réussite et au fil du temps, elle avait fini par le croire aussi. Sauf qu’elle n’était pas intéressée par les quêtes, elle voulait se rendre utile, mais elle n’appréciait guère être au centre de l’attention. On s’en serait douté, n’est-ce pas ?  

 
Code by Fremione.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

"Darkness does not equal to evil,
just as light does not always bring good"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils d'athéna


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Jeu 10 Avr - 0:40


 
i won't go home without you

 
flashback
 

 Après Manhattan, Matthew espérait que la colonie profite d’une période de paix et de tranquillité. Cela fut plus court qu’il ne l’avait espéré pour ses camarades. Il était conscient que les quêtes continueraient d’affluer, car il ne pouvait en être autrement pour les demi-dieux. Mais cette mission de chasse aux harpies était plus compliquée qu’il n’y paraissait. Les détails n’étaient pas encore en possession des pensionnaires, mais comme dans toute communauté, les rumeurs se répandaient très rapidement. Le fils d’Athéna savait qu’il se porterait volontaire, parce que c’était dans sa nature d’agir et de protéger les siens. La colonie et les autres demi-dieux étaient sa famille. Sa seule famille en vérité constituait de membres plus ou moins proches, et même de personnes qu’il ne supportait… Ce dernier cas étant plus rare puisque c’était un jeune homme sociable, et plutôt sympathique tant que vous ne tentiez pas d’entrer en débat avec lui. Il restait un fils de la sagesse, et son intelligence était grande même si sa propension à l’étaler était moins grande que certains de ses homologues. Contrairement à d’autres, ses insomnies n’étaient dues qu’à l’activité bouillonnante de son cerveau, toujours parcouru d’un tourbillon d’idées et de pensées. Certaines s’avéraient utiles, et d’autres totalement insolites. Il ne rêvait pas vraiment, en tant point de prémonition comme d’autres sang-mêlés. Les cauchemars ne peuplaient plus ses nuits depuis des années, la force de l’habitude et l’expérience du guerrier ayant connu maintes batailles et carnages. On finissait toujours par s’habituer à tout, et l’adaptation était bien l’un des principales qualités du blond.

Cette nuit-là, Matthew était le seul debout parmi ses frères et sœurs. Cela constituait l’une des rares fois où il bénéficiait de tout l’espace, et d’un accès illimité à tous les livres du bungalow. Il pouvait pleinement se concentrer, sans être dérangé par les remarques presque toujours constructive d’un autre descendant d’Athéna. Depuis des années, le jeune homme avait appris à apprécier la nuit et la pénombre. Marlee n’était pas étrangère à cette petite exception. Pour certains, elle n’était pas froide ni inhospitalière et encore moins dangereuse ; la nuit lui rappelait plutôt la chaleur de son amie, ainsi que ses grands yeux bleus percevant beaucoup de choses. Leur relation avait bien évolué au fil du temps, et si tout avait démarré par un sentiment de responsabilité inapproprié, c’était de l’amitié qui existait entre eux à présent. Matt était connu dans la colonie pour n’accorder aucun crédit aux avis des autres, et pour juger les gens sur leurs actes et non leur apparence ou leur ascendance comme certains. Il prêchait l’observation et le jugement objectif, même si ses paroles s’évanouissaient souvent dans l’air pour ne jamais atteindre ses interlocuteurs. La popularité l’avait touché sans qu’il la recherche ou ne la souhaite, mais il ne lui accordait aucun crédit. A cette heure tardive, ses pensées étaient tournées vers des textes anciens traitant de ces créatures à chasser. Tel un élève studieux, il préparait son devoir dans son coin, relevant toutes les informations utiles comme les plus anodines. Nul besoin de papier ni de pense-bête, sa mémoire était infaillible ou presque.

Après avoir parcouru nombres de pages et de manuscrits, Matthew s’étira sur sa chaise retenant un grognement de satisfaction, pour ne pas réveiller ses frères et sœurs. C’était rare de voir le bungalow six aussi calme même en pleine nuit. Le sommeil semblait être un inconvénient pour les descendants d’Athéna, d’ailleurs, leur logement ne donnait vraiment pas l’impression d’être un dortoir… mais plus la sensation que des lits avaient été placés dans un espace de travail. Prêt à reprendre son travail, son attention fut happée par une aura familière et reconnaissable. Un geste attira son attention vers l’entrée, et il vit son amie Marlee et ses magnifiques yeux bleus. Un sourire s’afficha sur ses lèvres, et il la rejoignit rapidement.


_ « Oh que non, je préfère éviter ce genre d’artifice. Le sommeil viendra quand j’en aurais besoin tout simplement. »

Au début de sa phrase, Matthew avait accompagné ses paroles d’un geste négatif très enthousiaste. Il était heureux de se trouver en sa compagnie, et son expression tout comme son attitude trahissait ce sentiment. Dans un geste naturel, le fils d’Athéna s’éloigna légèrement de son bungalow. Plus par respect de ses camarades que par craintes d’être vu en compagnie de son amie. Tout le monde connaissait leur affection réciproque, et Matt n’hésitait pas à vanter les mérites de la demoiselle. A chaque fois qu’ils se croisaient ainsi en pleine nuit, il ne pouvait s’empêcher de se rappeler cette adolescente apeurée et pourtant si brave.

_ « Me tracasser est peut-être un bien grand mot. Disons que je joue encore à l’élève studieux, au bon petit soldat, préparant son prochain devoir. » Un pouffement de rire ponctua sa phrase. « Tu me connais. Ça bouillonne toujours trop là-haut. »

C’était d’une évidence, et un trait commun à toute sa fratrie. Chaque demi-dieu possédait des traits caractéristiques, certains plus facile à gérer que d’autres. Matthew ne pouvait reposer son esprit, qui était toujours assailli d’une dizaine de pensées et de réflexions sur des sujets actuels comme des illuminations tardives. Il s’étira à nouveau. Son corps était raide après avoir passé autant de temps assis à feuilleter des ouvrages, et tout en s’étendant, il jeta un petit regard vers son interlocutrice tentant de deviner ses pensées… ou tout du moins ce qui l’amenait au bungalow six. Il commençait à la connaître, et se doutait que quelque chose n’allait pas. Ses visites n’étaient pas rares, mais Matt arrivait à différencier à présent de celles tenant de l’envie et de la courtoisie, de celle relevant d’un autre sujet.

_ « Et toi alors ? Tracasserie pour demain ou un autre sujet ? Si je devais parier, je dirais autre mais n’étant pas devin, je te laisserais le soin de me répondre. » Avec une pointe d’amusement, il reprit sur le ton de la taquinerie. « Ou alors serais-tu inquiète pour moi parce que tu te doutes que je vais me proposer, et qu’on m’acceptera ? »

Inutile de feindre la simple prise d’informations pour d’autre. Matthew était conscient du fait que beaucoup s’attendait à le voir se lever pour poser sa candidature pour cette quête, et certains même l’espéraient. Les évènements de Manhattan étaient encore bien présents dans l’esprit de certains, et la crainte les rendait plus méfiant et moins confiant. Un état  d’esprit non partagé par le blond. Sa confiance en lui était difficilement atteinte ou amoindrie… Et même quand il avait tort, Matt était capable de trouver un moyen de prouver qu’il avait raison. Loin d’être de la mauvaise foi, c’était juste sa nature de se sentir obliger de tout savoir ; d’ailleurs, c’était dans la lignée des attentes des autres. Enfin son attention était pour le moment centrée sur un seul sujet, Marlee. D’ailleurs, grâce à elle, son esprit s’apaisait étant concentré sur une seule tâche importante à ses yeux. 

 
Code by Fremione.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
" L'homme sage apprend de ses erreurs,
L'homme plus sage apprend des erreurs des autres. "
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de nyx


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Lun 14 Avr - 4:14


i won't go home without you


flashback - trois semaines plus tôt

Le fils d’Athéna déclina sa proposition, peu enthousiaste à l’idée d’essayer une décoction pouvant assommer un pachyderme. Elle-même n’aurait sûrement pas touché le breuvage des lèvres, même si elle n’avait pas fermé l’œil depuis trois jours ; ce n’était pas par manque de confiance envers le bungalow d’Hécate, plutôt par instinct de préservation – on ne sait jamais, après tout. Elle lui rendit son sourire par une esquisse plus légère, étant néanmoins ravie de sa présence. Matthew était l’une des rares personnes à connaître tout d’elle. Et même s’il connaissait ses faiblesses et ses zones d’ombres, il était resté auprès d’elle et n’hésitant pas à la réclamer lors d’une quête. Pour cela, pour son amitié, elle lui serait toujours redevable. Mais parfois, il lui arrivait de se questionner sur les raisons de cette affection qu’il lui portait et alors, d’affreux scénarios se formaient dans son esprit. Marlee était sans doute légèrement paranoïaque, néanmoins elle ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer le pire. Fort heureusement, il suffisait qu’il vienne près d’elle et qu’ils échangent quelques mots pour que ses doutes disparaissent. « Je te connais, tu ne joues pas au petit soldat et à l’élève studieux. Tu es ce soldat et cet élève. Les deux en même temps. Tu ne peux pas t’en empêcher. » Elle effleura le front de son compagnon du bout de l’index, arguant une œillade amusée. « Il va falloir songer à demander aux Héphaïstos de te forger une soupape de sécurité, je n’aimerais pas que ton cerveau te coule des oreilles à force de trop chauffer. »

Ils s’éloignèrent de quelques pas, ne cessant pas de converser. Marlee glissa les mains au fond des poches de sa veste en cuir, ses longs cheveux noirs formant un rideau soyeux devant son visage. Elle fit un léger mouvement de la tête pour chasser les mèches obstruant sa vision. « Évidemment que je suis inquiète : tu veux toujours sauver le monde, ça va finir par te faire tuer. » Elle leva les yeux au ciel avec une pointe de sarcasme taquin, sachant pertinemment qu’il allait s’empresser de lui rappeler qu’il savait prendre soin de lui et qu’il fallait bien que quelqu’un se charge de veiller sur les mortels. « Je sais. Tu sais te défendre, mais ça ne t’évitera pas forcément une blessure grave. » Ses lèvres s’étirèrent doucement tandis qu’elle haussait les épaules. « Je sais qu’au moins Heather sera dans les environs pour veiller sur toi. C’est toujours rassurant de savoir qu’une de mes sœurs peut te tirer d’un mauvais pas. » Quelques mètres plus loin, ils s’immobilisèrent de concert et elle se mit rapidement à faire les cent pas de façon instinctive. Marlee avait toujours souffert d’hyperactivité sans en connaître les raisons ; apprendre que c’était parce qu’elle était la fille d’une Déesse ne l’avait pas réellement aidée à mieux gérer le processus, mais au moins ne se sentait-elle plus trop différente à la colonie. Ici, tout le monde était dyslexique. Et tout le monde avait terriblement besoin de se dépenser. Cependant, son mal n’était pas seul responsable de son incapacité à rester calme, elle était réellement taraudée par des questions et ses cauchemars, qui ne cessaient de lui revenir en mémoire. N’étaient-ils que des chimères ou bien portaient-ils un réel message, envoyé par les Dieux ? Elle aurait aimé s’adresser à l’Oracle, mais elle trouvait bien plus de facilité à fuir la question plutôt qu’à l’affronter. Elle savait qu’elle n’aimerait pas forcément la réponse. La mort suivait les demi-dieux grecs, dès l’instant où ils posaient le pied hors de la colonie.

« Que penses-tu de cette quête, Matthew ? En tant que fils d’Athéna, tu as bien dû remarquer quelque chose, non ? J’ai l’impression qu’elle est trop simple, ou que l’on manque d’informations. C’est la première fois que j’entends parler d’une chasse aux harpies depuis mon arrivée. » Elle parlait rapidement, d’une voix basse et rauque. Ses dents virent mordre sa lèvre inférieure. La jeune femme redressa ensuite la tête pour croiser le regard de son compagnon. « La quête… Je fais des cauchemars depuis qu’on l’a annoncée. Ce ne sont pas les premiers, j’en ai régulièrement, mais ceux-là… Ils me semblent parfois terriblement réels. » Ses prunelles se firent plus sérieuses et plus sombres. « Et ils ne parlent tous que de sang. » Les pensionnaires avaient raison de trouver les enfants de Nyx effrayants ou même dérangeants. L’aura de Marlee était loin d’être chaleureuse, surtout lorsqu’elle se mettait à exprimer ses craintes verbalement. Elle le faisait avec tellement de froideur et de sérieux que ses peurs semblaient se matérialiser autour d’elle comme autant de nuages noirs, porteurs d’orages violents et néfastes. Elle se détourna de son interlocuteur, chassant son désarroi par quelques pas vifs et décidés. Ce n’était clairement pas dans ses habitudes de se montrer aussi expressive, que ce soit dans son comportement ou dans son parler, mais les rêves hantaient toujours son esprit avec ténacité. « J’ai un mauvais pressentiment concernant cette quête, Matthew. J’aimerais que tu ne te proposes pas demain matin. Je ne t’ai jamais rien demandé, pas vrai ? Alors n’y va pas. » Elle n’implorait pas, elle ne quémandait pas, elle demandait simplement. Son ton ne souffrait d’aucune intonation particulière lorsqu’elle s’adressa à lui, mais son regard était empreint d’une sincère inquiétude. S’il était certes son plus vieil ami, il était aussi un réel soutien pour elle – il l’avait toujours été. Elle n’osait imaginer la vie dans la colonie sans son assurance inébranlable ou sa façon d’affronter les problèmes comme s’il s’agissait de quelque chose de mineur. Comme si c’était facile. Outre son intelligence, Matthew possédait une véritable détermination qui poussait régulièrement les autres à le suivre dès qu’il s’exprimait ou qui faisait naître dans le cœur des personnes l’espoir. Etait-ce parce qu’il était le fils d’Athéna qu’il disposait de ce pouvoir ? Ou bien ne devait-il cela qu’à lui seul ? Marlee aurait été incapable de donner la réponse à cette question. A force de le fréquenter, elle avait fini par décider que sa ruse, sa combativité, sa compassion et son désir de faire le bien, que tout ceci faisait partie intégrante de son être. Elle n’associait pas une qualité au fait qu’il soit demi-dieu, ou qu’il soit issu de la Sagesse. Elle considérait que c’était ainsi qu’il était, voilà tout. C’était ainsi qu’était Matthew, et elle n’était pas prête à le perdre lors d’une ridicule quête de chasse aux harpies qui provoquait en elle de terribles cauchemars. Elle laissait bien peu de place à la peur dans sa vie, ayant décidé des années plus tôt qu'elle ne serait plus esclave de ce sentiment handicapant, mais il fallait qu’elle exprime ses pensées face à lui tant qu’elle le pouvait. Parce qu’elle n’était pas dupe : il irait quand même. Il fallait bien que quelqu’un sauve le monde des harpies, n’est-ce pas ?

Code by Fremione.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

"Darkness does not equal to evil,
just as light does not always bring good"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils d'athéna


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Lun 14 Avr - 16:57


 
i won't go home without you

 
flashback
 

 C’était un véritable plaisir de discuter avec Marlee. S’il connaissait pratiquement tout d’elle, la réciproque était vraie ; cela créait une complicité tacite et réelle entre eux. Matthew était sorti précipitamment de son bungalow, et se retrouvait pied nu, un bas de pyjama très fin et un simple polo. Ses cheveux étaient en bataille à force d’y avoir passé les doigts pendant sa lecture. Ils firent quelques pas pour s’éloigner du bungalow, afin de ne pas réveiller l’un de ses frères et sœur. Et puis pour éviter aussi les petits regards en coin de certains. Son affection pour Marlee donnait lieu à certaines suppositions de la part de son bungalow, et même d’autres d’ailleurs. Le fils d’Athéna ne pouvait même pas mettre de mots clairs sur ce sentiment, il l’appréciait et aimait sa compagnie. C’était aussi simple et évident que cela. En y pensant, il n’y avait qu’en sa compagnie que son cerveau se centrait sur quelque chose ; d’habitude, tout en discutant, des dizaines d’idées, de réflexions ou de pensées se bousculaient dans son esprit. Il avait toujours eu cette faculté de mener deux choses de front, voire même plus, sans grande difficulté. La réaction de la brune à sa petite phrase ne l’étonna pas, même si il se contenta de faire une petite moue faussement vexée. Bien malgré lui, Matt frissonna au contact des doigts de la fille de de Nyx sur son front ; l’explication pouvait être logique compte tenu de sa tenue et de la fraîcheur de la nuit… Même si en toute franchise, cette explication ne couvrait à priori pas toute la réaction. Et pourtant, malgré ses pensées, il se contenta de sourire après avoir tiré la langue. Son cerveau était à toute épreuve.

Matt suivit Marlee, et ils firent quelques pas dans la nuit. L’un comme l’autre étaient de véritables demi-dieux, incapable de rester en place autant l’un que l’autre. Quoi qu’un problème épineux demandant un peu de logique et d’esprit pouvait maintenir le fils d’Athéna dans un état de réflexion prolongé. Connaissant son amie, enfin espérant la connaître aussi bien qu’il le pensait, Matthew prit la parole et l’interrogea franchement. Ce n’était pas son habitude de débarquer au milieu de la nuit, sans avoir prévu sa visite auparavant, à moins qu’elle n’ait un poids sur le cœur ou la conscience. Ses paroles firent échos à de nombreuses autres, récentes comme plus anciennes. Toute cette inquiétude à son égard le touchait, et le mettait un peu mal à l’aise. Il était un demi-dieu, et les quêtes faisaient partis de son quotidien. Sans le souhaiter, il comprenait que le risque était inhérent à ce genre de vie comme un alpiniste escaladant un sommet ou un marin partant en mer. Il se contenta de répondre en souriant de manière à réconforter son interlocutrice.


_ « Dites donc mademoiselle, aurais-tu oublié notre première rencontre ? Plus sérieusement, j’ai de l’expérience et je ne suis aussi fragile quand même. En tout cas je l’espère. Je suis en mesure de me défendre, et tu sais parfaitement que j’ai des atouts non négligeable à faire valoir si besoin est. »

La main de Matthew se posa instinctivement sur son poignet de cuir, qui ne l’avait jamais quitté depuis son apparition. Un cadeau de sa mère fort utile lors de sa première quête personnelle, et encore plus indispensable à l’heure actuelle.

_ « Et puis il faut bien que quelqu’un s’y colle. Tu me connais, j’ai toujours eu le cœur sur la main, prêt à aider les plus démunis. »

Matt avait déjà une idée de la réponse de Marlee, tout comme il était conscient que son discours avait été attendu. Ce n’était pas la première fois qu’ils abordaient ce sujet, et ce ne seraient sûrement pas la dernière. En entendant parler de Heather, le fils d’Athéna ne put retenir une petite expression lourde de sens. Ils n’étaient pas ennemis, mais on ne pouvait pas dire que l’entente était au beau fixe entre eux. Quoi que dans le fond, à l’heure actuelle, leur rivalité était plus un jeu et une habitude qu’un réel antagonisme entre eux. Les blessures graves. D’une certaine manière, le jeune homme n’en avait jamais vraiment connu. Il était passé à deux doigts de la mort, ou de devenir estropié à plusieurs reprises, mais il s’en était toujours tiré. Son don de devenir les attaques de l’ennemi s’avérait très sympathique dans ces circonstances. Par la suite, le duo marqua une nouvelle pause. Et pendant que Marlee tournait comme un lion en cage, Matthew restait immobile à l’observer ; mais cette inactivité apparente était à l’opposé de ce que son cerveau analysait à l’heure actuel. Bien que son sujet de préoccupation soit la brune en face de lui, et que les autres problèmes étaient relégués au second plan. C’est avec un sentiment partagé de gratitude et d’inquiétude que le blond accueillit les paroles de son amie. Les paroles de cette dernière résonnaient en écho avec ses propres doutes, et ses propres interrogations depuis l’annonce de cette quête. Il se contenta d’un hochement de tête affirmatif pour toute réponse, et laissa la jeune femme continuer avec ses cauchemars. Ces derniers étaient rarement paisibles et guillerets. Dans un geste naturel et de réconfort, il posa la main sur l’épaule de Marlee et la lui caresse doucement avec son pouce.

_ « Les rêves ne sont rarement des parties de plaisirs, et ne se produisent pas toujours. Mais je suis d’accord pour te concéder que je pense aussi que cette quête cache quelque chose de plus important, et qu’elle ne sera pas aussi aisée qu’elle semble l’être en apparence. »

Matthew regarda son amie avec un regard doux, et réconfortant, dégageant une grande confiance en lui. Ce qui était d’ailleurs le cas, et non une apparence. L’aura de la fille de Nyx ne dérangea pas le fils d’Athéna outre mesure, il y était habitué et à présent, il ne voyait plus que la chaleur émanant de la jeune femme. En tout cas il se forçait toujours à garder cette vision d’elle, pour ne pas devenir l’un de ses autres pensionnaires la regardant nerveusement ou avec dégoût pour certains. Lui faisant toujours face, Matt préféra la laisser dans ses réflexions pour le moment. Elle était vraiment troublée, et c’était bien l’une des rares fois, voire même la première fois, qu’il la voyait aussi expressive sur ses craintes. Elle qui mettait un point d’honneur à n’arborer aucune faiblesse. Après un long moment de silence où le blond observa la brune intensément, il fait une chose rare même pour lui à son attention ; Matt s’approcha d’elle et la prit dans ses bras avec chaleur pendant quelques secondes, et s’écarta avant de prendre la parole.

_ « Tu sais que je ferais n’importe quoi Marlee, et que tu pourrais me demander ce que tu veux. Mais malheureusement pour la première fois où tu me demandes quelque chose, je ne peux accéder à ta requête. » Il marqua une pause, et indiqua à la jeune femme qu’il souhaitait continuer. « Je pense que cette quête est plus importante qu’en apparence, car de mémoire et tu peux me faire confiance sur ce point, c’est l’une des rares fois où un aussi grand nombre de pensionnaire est envoyé. A chaque fois que ce fut le cas, c’est qu’un danger pesait sur la colonie… même si ce n’était pas des menaces directes. Et si je me porte volontaire c’est que je pense être utile, et que j’ai envie de protéger la colonie. Ainsi que certaines personnes en particulier. »

Matthew illustra sa dernière phrase d’un regard intense et très explicite à l’égard de Marlee. Il était ainsi, et on ne pourrait pas le changer. Son sens du sacrifice avait toujours été très prononcé, et de toute manière, il s’était déjà retrouvé seul et ne supporterait pas de l’être à nouveau. Son entourage était important. Toujours en observant Marlee, il lui sourit doucement et reprit simplement la parole.

_ « Ecoute Marlee, est-ce que depuis qu’on se connait je n’ai pas tenu parole une seule fois. Et je te donne ma parole, que tout se passera bien et que tout le monde reviendra. »

 
Code by Fremione.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
" L'homme sage apprend de ses erreurs,
L'homme plus sage apprend des erreurs des autres. "
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de nyx


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Dim 27 Avr - 14:59


i won't go home without you


flashback - trois semaines plus tôt

Pendant les premiers jours qui avaient suivi son arrivée à la Colonie, Marlee avait éprouvé de grandes difficultés à trouver le sommeil et les rares fois où elle y parvenait, elle y retrouvait des cauchemars effrayants de réalisme. Elle ignorait si c’était là une simple expression de son subconscient face à l’abandon de son père ou une aptitude liée à ses gènes divins. N’était-elle vouée qu’à inspirer de l’horreur aux autres et à vivre dans la noirceur ? Si cette question l’effleura à de très nombreuses reprises durant les années, elle n’éveilla pas en elle la crainte que l’on aurait pu penser. Si telle devait être sa destinée, elle l’accepterait sans geindre ; elle avait fini par s’habituer aux visions de son sommeil et elle n’avait guère besoin de l’approbation ou de l’amitié des autres pour se sentir bien. C’était tout du moins l’image qu’elle renvoyait d’elle, une adolescente taciturne, silencieuse, à la limite de l’agoraphobie et incroyablement dérangeante. Sa simple présence mettait certains sur les nerfs, alors qu’elle n’avait jamais d’intentions néfastes à leur égard. Marlee était bienveillante. Sans être aussi chevaleresque que Matthew, elle s’efforçait toujours de porter secours à ceux qui en avaient besoin. Néanmoins, elle n’effectuait ce genre d’action que dans l’ombre de ses ténèbres, n’ayant guère envie d’être subitement portée aux nues pour un simple geste. Capture-l’Etendard était parfois l’occasion de défendre discrètement son camp en sabotant les tentatives des adversaires sans dévoiler son visage. Quelques fois, le fils d’Athéna la poussait vers la lumière, mais elle revenait invariablement dans sa tanière. Même si elle n’aurait jamais laissé une personne souffrir à ses côtés, elle ne pouvait pas être un héros. Elle ne le pouvait, ni ne le désirait.

Les Dieux se servaient des héros. Les Hommes respectaient les héros, allant jusqu’à les adorer pour leurs exploits. Une pression inqualifiable reposait sur leurs épaules. Elle ne voulait pas devoir vivre sans arrêt avec des regards posés sur elle qui attendraient impatiemment ses prouesses. Elle voulait pouvoir décider de tourner des talons face à un adversaire blessé sans avoir le sentiment d’être mauvaise. Elle voulait pouvoir se désintéresser du malheur d’autrui, elle voulait pouvoir être profondément égoïste, elle voulait n’être dépendante que d’elle-même. C’était quelque chose qu’elle ne pouvait décemment pas avouer à Matthew, ce besoin viscéral de se tenir à l’écart parce qu’elle ne se sentait pas à sa place, parce qu’il était réellement bon et qu’il n’aurait probablement pas compris son désarroi. Il possédait certes l’intelligence de sa mère, ainsi que sa sagesse, mais il n’était pas omniscient. Comment aurait-elle pu lui avouer qu’elle ne voulait pas être une héroïne, qu’elle n’était pas prête à mourir pour quelqu’un ? Comment aurait-elle pu lui dire cela, alors qu’il lui avouait chaque jour qu’il aurait donné sa vie pour la Colonie s’il en avait eu besoin ? Encore ce soir, il affrontait le danger avec sérénité et résignation. S’il devait mourir, il combattrait pour sa vie, mais il ne fuirait pas. Marlee, elle… Elle était plus partagée. Prendre les armes pour des personnes comme Matthew n’était pas le choix le plus difficile, c’était pour les autres qu’elle hésitait. Elle protégerait la Colonie s’il le fallait, elle aiderait à protéger les pensionnaires. Néanmoins, mourir pour eux… Elle n’avait jamais eu sa place auprès d’eux, alors est-ce que cela aurait eu du sens ? L’auraient-ils fait pour elle ?

Elle passa une main lasse entre ses mèches couleur d’encre, son désarroi transparaissant dans l’écueil de ses prunelles sombres. Son compagnon lui confirma qu’il partageait les mêmes doutes concernant la quête et il avoua soupçonner qu’elle serait bien plus difficile qu’ils ne le songeaient. Combien d’entre vous en reviendront ? pensa la fille de la Nuit avec inquiétude. Si elle était désormais accoutumée aux cauchemars, elle n’était pas devenue sourde à leur appel pour autant. Les muscles de ses épaules étaient terriblement raides, sa gorge se serrait comme au début d’une crise d’angoisse. Il y aurait du sang. C’était cela qui lui promettaient ses visions. Du sang de mortel et d’immortel, de la souffrance et du chaos. Elle le ressentait au plus profond de son être. Cette quête était le début d’une période de troubles. Préoccupée par ses tourments, elle ne vit pas Matthew se rapprocher brusquement d’elle pour refermer ses bras sur sa frêle silhouette et elle sursauta avec violence. Au départ, elle resta immobile, frappée par la stupeur et la gêne. Elle n’était pas habituée à ce qu’on la touche, encore moins à ce genre de débordement d’affection. Le fils d’Athéna ne recula pas, ne semblant pas prendre son silence en ombrage. Très lentement, les bras de Marlee quittèrent ses côtés pour permettre à ses mains de s’accrocher dans le dos du sang-mêlé. Ses doigts s’agrippèrent au tissu fin du polo. Elle profita de la chaleur qu’il lui communiquait, son aura réconfortante apaisant temporairement ses peurs. Mais lors de cette étreinte, elle remarqua d’autant plus leurs différences ; sa peau était chaude contre la sienne, alors qu’elle se savait plus froide que la normale. Il serait toujours meilleur qu’elle.

Finalement il s’écarta, emportant avec lui sa chaleur et son réconfort, ne laissant qu’un vague sentiment de calme sur son cœur et les ténèbres. Le visage de la fille de Nyx était impassible : même si elle savait qu’il aurait eu du mal à discerner son trouble sur ses traits à cause de la pénombre, elle faisait en sorte de lui dissimuler son état. Au moins physiquement. Elle ne pouvait rien faire pour combattre l’anxiété qui l’avait poussée à lui faire part de ses pressentiments au sujet de la quête, mais elle était suffisamment douée pour ne pas laisser ses sentiments reprendre le dessus. Si elle n'avait jamais noté aucune ambiguïté entre eux, elle devait avouer être plus expressive en sa présence qu'avec d'autres. De toute façon, Marlee était grandement étrangère à tout type d'affection et même l'amitié prenait à ses yeux des allures incompréhensibles. Elle le laissa prendre la parole, bien qu’elle sache pertinemment ce qu’il allait lui répondre. Pas besoin d’être l’Oracle pour savoir qu’il allait refuser sa demande. Il suffisait de le connaître. Les mots du jeune homme tombèrent sur elle comme une chape de cendres, éteignant la dernière lueur d’espoir qu’elle avait pour lui. « Et si je me porte volontaire c’est que je pense être utile, et que j’ai envie de protéger la colonie. Ainsi que certaines personnes en particulier. » Encore ce besoin de protéger, de servir, de se sacrifier s’il le fallait. Elle admirait cela chez lui, tout comme elle le méprisait à cet instant précis. Sans cela, il aurait accédé à sa requête et il lui aurait juré de ne pas se présenter demain matin. Sans cela, elle aurait été certaine qu’il aurait évité le danger. Au lieu de quoi, avec un sourire plein de douceur et de confiance, il lui assura qu’ils reviendraient tous sains et saufs. Il lui donna sa parole. Elle croisa les bras sur sa poitrine, peu rassurée par son serment qu’elle jugeait illogique. Il ne pouvait pas se porter garant pour les autres et il le savait. Il ne cherchait qu’à la rassurer. Consciente de cela, elle laissa ses répliques de côté pour lui donner le bénéfice du doute. Elle avait envie d’y croire, aussi fou cela fusse-t-il. « Tu as toujours envie de jouer au preux chevalier, hein ? Et rien de ce que j’aurai pu dire ce soir ne t’aurais empêché d’y aller. » souffla-t-elle sans animosité, ses prunelles d’un bleu presque noir posées sur lui. Elle garda le silence, tiraillée par son désir de lui demander de rester et celui de tourner simplement des talons. Etait-il si imprudent pour ne pas tenir compte de ses avertissements ? Elle voulait hurler, tempêter, le forcer à ne pas quitter l’enceinte de la Colonie. Mais ce n’était pas ainsi qu’elle était. Marlee acceptait sa décision et elle la respectait. Quand bien même ses entrailles lui criaient qu’elle avait tort, elle voulait qu’il sache qu’elle comptait sur lui.

Ses doigts tirant sur les manches de Matthew, elle le tira très légèrement dans sa direction et lui décocha un regard encore plus sombre qu’à l’accoutumée. « Je te fais confiance. » Cela sonnait à la fois comme une menace et un serment. Il venait de lui promettre qu’ils reviendraient tous et qu’aucun sang ne maculerait la terre de leur foyer. Il lui avait donné sa parole. Il se devait de la tenir. Nullement gênée par leur proximité, elle maintint sa prise sur son vêtement, ses yeux scrutant son visage avec intensité. Contrairement à lui, elle n’avait aucune difficulté à détailler la courbe de sa mâchoire ou le pli soucieux qui barrait son front. Pinçant les lèvres, elle reprit la parole : « Je n’ai pas besoin que tu sauves tout le monde. Seulement toi. Arrange-toi pour revenir, c’est tout ce que je te demande. » Puis, tirant un peu plus sur ses manches, elle le força à se pencher vers elle tandis qu’elle poussait sur la pointe de ses pieds. Ses lèvres effleurèrent le front du fils d’Athéna en une bénédiction silencieuse. Elle ne pouvait pas lui demander de veiller sur Heather et sur les autres, parce que s’il le faisait, il risquait de ne pas revenir. Il aurait donné sa vie pour eux, pour qu’ils puissent franchir à nouveau la barrière de la Colonie. Pour qu’ils aient une chance de survivre. Et même si elle appréciait Heather comme une sœur, elle ne voulait pas perdre Matthew. Elle aurait aimé ne perdre personne, mais il ne lui avait pas laissé le choix. S’il partait, il fallait qu’il revienne. Et si pour ça, il devait laisser mourir tous les autres, elle l’acceptait. C’était sa part de noirceur, son égoïsme qui parlait. Sans le soutien de son ami pour s’intégrer, elle aurait probablement quitté le camp des années auparavant. Rien ni personne ne la retenait ici. Rien ni personne ne la retenait nulle part. Mais il s’était efforcé de rendre son quotidien plus supportable et elle lui devait au moins ça. Elle le relâcha ensuite, les prémices d’un sourire neutre soulevant ses lippes tandis qu’elle reculait. « Peut-être que je devrai demander à ma mère de veiller sur vous tous. Qui sait, elle pourrait m’écouter pour une fois. »

Code by Fremione.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

"Darkness does not equal to evil,
just as light does not always bring good"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils d'athéna


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Lun 28 Avr - 11:02


 
i won't go home without you

 
flashback
 

 Cette quête perturbait un grand nombre de personnes dans la colonie. Elle revêtait un aspect exceptionnel à plus d’un titre, et tout le monde pouvait en ressentir l’importance ainsi la dangerosité. Matthew était plutôt calme, en apparence, tandis que son esprit bouillonnait sous l’abondance d’hypothèse et de supposition. En fils d’Athéna, c’était son rôle de réfléchir à ce genre de chose et on attendait de sa part qu’il prévoit toutes les possibilités ; on compterait sur lui et ses frères pour pallier les éventuels problèmes à venir. Il s’était mis d’accord avec Thomas, une personne de confiance du Bungalow 6 ; ce dernier resterait à la colonie pendant que l’aîné partirait à l’aventure. Cela l’intriguait, et il était curieux de savoir la raison de cette expédition inattendue et surprenante. La discussion était sereine malgré les tensions nettement palpables. Marlee était une personne constante et toute en réserve, un peu comme le blond d’une certaine manière. Même dans leur désaccord, leur parole restait toujours courtoise et calme. Il aurait aimé rassurer son amie, mais il ne pouvait être suffisamment sûr de ce qu’il se produirait pour l’affirmer pleinement et y croire. Même si les rêves comme les prédictions n’étaient jamais aussi simples et sûrs qu’il n’y paraissait, et d’expérience, le jeune homme était conscient qu’on pouvait passer une vie à tenter de les comprendre sans pour autant y parvenir. Son scepticisme à ce sujet était bien connu de ses connaissances, et de ses proches. Son entente avec l’oracle était d’ailleurs à l’image de ces impressions. La situation était complexe, et Matt ne trouverait pas les mots pour réconforter son ami. Leur lien était très fort, et construit au cours de nombreuses années.

Il se souvenait encore de leur première rencontre, et de sa première impression la concernant. Il avait encore en mémoire le devoir, qu’il s’était imposé à lui-même lors de son arrivée à la colonie. Et aujourd’hui, avec le recul, Matthew se rendait compte à quel point leur relation avait évolué, et était devenue forte ; Marlee était un élément important dans sa vie, et il ne s’imaginait pas ne plus la croiser et discuter avec elle. En ayant cette pensée à l’esprit, et dans un élan plutôt rare pour le jeune homme, il la prit dans ses bras et la serra quelques instants contre lui ; sa fraîcheur le fit frissonner, mais il maintint son étreinte malgré tout. En s’écartant d’elle, Matt regretta la fraîcheur et la douceur de sa peau. Le demi-dieu fixa son interlocutrice quelques instants, tentant d’y lire un signe d’acceptation ou d’outrage concernant son geste. Bien qu’à l’aise avec la demoiselle, le jeune homme avait toujours un peu de mal à savoir si il pouvait se montrer doux ou non avec elle, si son côté un peu tactile était apprécié ou non. Le fils d’Athéna reprit la parole en utilisant la sagesse de sa mère, qui contrairement aux apparences était aussi le fait de savoir quand se battre. Puis à la fin de son discours, il fit une promesse insensée et difficile, voire impossible, à tenir. Il était conscient de l’absurdité de la chose, mais il y croyait fermement. Matthew souhaitait réconforter Marlee, enlever cet anxiété de ses traits et de son cœur. Quoi que l’impossible était tentant, les défis rendaient cette vie plus intéressante d’un certain point de vue. Enfin tant qu’il ne représentait pas une manière volontaire de quitter ce monde, comme dans le cas du blond.

Matt observait Marlee avec chaleur, et une pointe d’amusement lorsqu’elle reprit la parole. Un haussement d’épaule fut sa première et unique réponse. N’avait-elle vraiment aucun moyen de le faire changer d’avis ? Il n’en était pas vraiment sûr, bien qu’il ne l’exprimerait jamais à haute voix. Son cœur était déjà en peine de devoir la décevoir d’une certaine manière, en refusant sa requête. Mais une chose était sûre, il se montrerait encore plus prudent que prévu… si tant est que cela soit possible pour un fils d’Athéna déjà bien préparé. Son geste le tira de ses réflexions, et son regard se posa sur la demoiselle avec perplexité. Son regard sombre le dérangea un peu, et il se demandait ce qu’elle comptait lui dire. Ses mots furent surprenants, et il bafouilla légèrement lorsqu’il répondit.


_ « Et je ferais tout pour ne pas te décevoir Marlee. »

C’était une volonté sincère. La fille de Nyx était l’une des rares personnes dont l’avis comptait vraiment aux yeux du blond, et ces personnes se comptaient sur les doigts d’une main. Elle était si proche qu’il sentait son parfum, et son regard hypnotique captait toute son attention. Son cerveau semblait tourner un peu au ralenti, et malgré lui, un pli apparut sur son front ; il était l’expression de son interrogation actuelle, ainsi que de son état de perplexité. Un hochement de tête accueillit les paroles de la brune. D’ailleurs, cette demande le troubla encore plus. C’était l’une des rares fois, si ce n’était la première fois, qu’elle exprimait un attachement à son égard… Bien que cela soit de manière détournée. L’espace de longues secondes, Matthew crut qu’elle allait l’embrasser. Son cœur s’emballa, et pour une fois, son cerveau se stoppa totalement. Ce ne fut qu’un simple baiser sur le front. Matt fronça légèrement les sourcils en se demandant pourquoi c’était de la déception qu’il ressentait. Son attachement pour elle était sincère, et présent. Mais elle avait toujours été une amie, et c’était un fait avéré dans leur relation. Ces derniers temps, il se posait plus de questions évidemment… Et beaucoup concernait la jeune femme. Il fut ramené à l’instant présent, et la réalité lorsqu’elle reprit la parole.

_ « Hum cela ne serait pas une mauvaise chose d’avoir une protection supplémentaire. » Bien qu’il doute qu’une telle aide soit réellement possible. « Et promis, je ferais tout pour revenir. Tu ne te débarrasseras pas de moi. »

Ne plus sentir Marlee aussi proche fut étrange pour le jeune homme, et son esprit continuait de tenter d’analyser ses émotions. Matthew était vraiment perdu ces derniers temps. Les réflexions sur son avenir le mettaient devant certaines questions, dont il ne s’était jamais occupé jusqu’à présent. Après tout, les demi-dieux atteignaient difficilement la vingtaine. Le fils d’Athéna ne s’était jamais vu vivant à vingt ans. Et aujourd’hui, il s’interrogeait sur sa vie à venir… et sur ce qu’il allait devenir en quittant le camp. Car pour être franc, Matt ne se voyait pas à trente ou quarante ans dans la colonie. Et il n’avait jamais eu l’âme d’un professeur non plus. Sa patience n’était pas très prononcée. Enfin pour le moment, il centra son attention sur Marlee et ce qui venait de se passer. Il repensait à la scène, à tous ces moments passés avec elle sans réussir à se dépêtrer de ces émotions récentes. Matt avait envie de la prendre à nouveau dans ses bras, ou de simplement lui caresser la joue mais les actes ne suivirent pas ; son cerveau analysait toutes les situations, ainsi que les réactions possibles. Et il se rendit compte qu’il ne connaissait pas si bien la demoiselle que cela. Des rides d’expression se formèrent sur son visage, révélant toute la complexité du problème analysé. Et pourtant, cela ne l’empêcha pas de prendre la parole.

_ « Tant qu’on est dans les sujets sérieux. Je me demandais si tu avais un peu pensé à ce que tu ferais plus tard, si tu t’imaginais encore ici dans une dizaine d’année. On a le même âge, et j’ai parfois l’impression d’être trop… adulte pour cet environnement. D’un autre côté, ma famille est ici et toutes les personnes importantes à mes yeux aussi. »

Ces interrogations concernant l’avenir nécessitaient des avis extérieurs pour Matthew à présent. Et puis avec ce qu’il venait de se passer, il se demandait si Marlee l’accompagnerait autant pour sa compagnie que pour continuer à veiller sur elle. C’était étrange mais depuis leur rencontre, le blond ne s’était jamais imaginé ne plus voir la jeune femme. Il avait tout fait pour l’aider à s’intégrer, pour que les autres la voient comme il la voyait… Comme un être de lumière et non de ténèbres comme sa mère. Certes, elle était plus magnanime et moins chevaleresque que lui. Cependant, Marlee agissait toujours dans le but d’aider les autres ; de mémoire, elle n’avait jamais rien fait contre une personne directement.

_ « Enfin évidemment si tu ne souhaites pas me parler de tes projets, je comprendrais. Je me posais simplement la question, et cela me semblait de circonstances. »

Un sourire accompagna sa remarque, et son regard se posa sur la demoiselle attendant sa réponse. Une nouvelle fois, son attention fut tournée entièrement vers la fille de Nyx et son rythme cardiaque s’accéléra. Même si cela lui avait semblé une évidence qu’elle soit toujours dans sa vie, peut-être qu’elle ne ressentait pas cette même envie. Bien que ses précédentes paroles pouvaient le laisser croire… Mais l’avenir revêtait un manteau différent selon les personnes, et les amis d’aujourd’hui pouvaient devenir les oubliés de demain. Preuve en était les anciens de la colonie qu’il avait connu jeune, et dont il fut proche à une époque ne donnait plus de nouvelles… ou si peu. Bien que très rare, il en restait encore un ou deux en vadrouille dans la monde.

 
Code by Fremione.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
" L'homme sage apprend de ses erreurs,
L'homme plus sage apprend des erreurs des autres. "
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de nyx


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Mar 29 Avr - 15:52


i won't go home without you


flashback

Marlee doutait que sa mère se penche sur la situation des sang-mêlé en cette heure noire. Les Dieux avaient tous le même crédo – ou presque – dès que cela concernait leur progéniture : « Débrouille-toi tout seul ! » Il fallait qu’ils apprennent rapidement à ne plus compter sur le soutien de leur parent divin, même si ce dernier avait été présent dans leur enfance comme un ange gardien. Une fois parvenus à la Colonie, ils étaient considérés aptes à évoluer par eux-mêmes, ce qui était bien trop souvent faux. Mais malgré cela, Marlee n’en voulait pas à Nuit – c’était ainsi que bon nombre l’appelaient, Nuit, avec un grand « N » majuscule – parce qu’elle était bien mieux sans elle. Elle n’avait pas besoin de sa protection, pas besoin de ses paroles étranges, de ses encouragements malicieux et de ses remarques sarcastiques. Elle était d’avis que les graines de dieu devaient cesser de se cacher dans les jupes de leurs parents et qu’ils devaient vivre sur leurs propres moyens. Comment pouvaient-ils espérer être débarrassés des devoirs et des responsabilités fumeuses que leurs confiaient les Dieux s’ils ne faisaient que prier pour leurs bénédictions ? Nyx ne lui parlait plus aussi régulièrement depuis qu’elle était devenue pensionnaire, et elle ne s’en portait pas plus mal. Parfois, il arrivait que Marlee se demande si sa vision pessimiste de la maternité n’était pas simplement due à sa mère. Matthew avait-il plus d’optimiste parce qu’il était le fils d’Athéna ? Les enfants d’Aphrodite, de Perséphone, de Déméter, d’Iris et de toutes les autres déesses étaient-ils mieux lotis qu’elle ? Pensaient-ils qu’ils pouvaient se reposer sur leur génitrice divine, avaient-ils réellement confiance en elle ? Tant de questions pour si peu de réponses. Tout ce dont elle était sûre, c’était de sa propre existence.

Son compagnon sembla être intéressé par l’idée qu’elle demande à Nyx son soutien, bien qu’un peu de doute soit visible dans ses prunelles. Après tout, si les Olympiens et leurs semblables venaient régulièrement prêter main-forte aux pensionnaires de la Colonie, ça se saurait. Elle n’ajouta rien de plus, désireuse de maintenir toutefois l’espoir que cela soit possible. Il fallait bien qu’elle croit en quelque chose, n’est-ce pas ? Après un moment de silence durant lequel les pensées de Marlee ne cessaient de voyager entre Nyx, Matthew, les dangers, ses cauchemars et d’autres problèmes mineurs, il reprit la parole. Ce qu’il lui demanda lui parut encore plus étrange et effrayant que ses visions nocturnes. L’avenir. Il n’y avait pratiquement aucune surprise pour qu’il se projette dans le futur et qu’il fasse ses plans. Après tout, il n’était pas un fils de la Sagesse pour rien. Voir un enfant d’Athéna vivre au jour le jour était aussi improbable qu’un enfant d’Héphaïstos préférant peindre que forger. Le jeune homme posa sur elle son regard gris, comme s’il cherchait à deviner ses pensées. A ce contact, elle frissonna, craignant qu’il n’y parvienne réellement. Ce qu’il y aurait vu ne lui aurait pas forcément plu. Elle ne pouvait décemment pas lui confier qu’elle n’aurait jamais imaginé survivre jusqu’à l’âge de vingt ans. En un sens, c’était la peur de tout demi-dieu, mais elle avait toujours eu cette froide certitude que cela ne lui arriverait pas.

Lorsqu’elle était encore enfant et que son intégration à la Colonie se faisait plus dure de jour en jour, elle avait eu cet intense cauchemar dans lequel elle se voyait mourir des mains de harpies. Dans son rêve, son visage gardait encore des traits ronds et elle ne devait pas excéder la quinzaine à peine entamée. Elle avait alors été frappée par cette idée atroce qu’elle ne serait jamais majeure. Qu’elle n’aurait jamais la chance de tomber amoureuse, si tant est qu’elle le puisse – son incompréhension totale du domaine social étant une entrave suffisante pour qu’elle doute encore à ce propos. Qu’elle n’aurait jamais l’occasion de fonder un foyer, ou de passer le cap des trente ans. Puis vint son dix-huitième anniversaire. Et le dix-neuvième. Et le vingtième. Pas une seule fois Marlee ne cessa de songer à sa mort imminente. Elle se disait que cela n’avait été que retardé de quelques mois, qu’elle n’aurait qu’à poser un pied hors de la barrière magique de la Colonie et qu’un rideau écarlate tomberait sur la scène de sa vie. Mais ce ne fut jamais le cas. Elle avait presque l’impression à présent d’entendre Thanatos rire de sa crédulité, se moquer de ses prétendues certitudes. Alors comme ça, tu pensais mourir jeune ? Hé bien tu te trompais, fille de Nyx ! Tu vivras. La voix aux basses intonations de Matthew la fit revenir à l’instant présent. Elle secoua la tête, rejetant au loin les inquiétudes qu’il manifestait. « Ce n’est pas ça. Je ne sais simplement pas quoi te répondre… Je n’en n’ai aucune idée, Matt. D’un côté, je ne me vois pas déambuler à travers les bungalows jusqu’à l’âge de soixante ans et de l’autre, je me demande ce que je pourrais bien faire dehors. » Elle pinça les lèvres, gênée de dévoiler ses incertitudes. Néanmoins, c’était plus facile avec lui qu’avec les autres. Il savait tout d’elle. Elle soupira, les bras croisés sur sa poitrine en position défensive, immobile pour une fois.

« Mes grands-parents me faisaient suivre un cursus scolaire, mais dès que mon père m’a prise avec lui, il s’est occupé de ce que je devais savoir. Le reste, je l’ai appris dans des bouquins ici. Ma dyslexie et mon hyperactivité ne m’ont pas vraiment aidée à être la meilleure des élèves quand j’étais petite… » Elle haussa les épaules, consciente que ce problème était inhérent à leur race de demi-dieux. « Ensuite j’étais simplement contente d’être avec mon père et je ne me souciais pas d’apprendre les théorèmes de mathématiques ou les figures de style. Pour moi, à l’époque, mon avenir était tout tracé. » Son visage s’était assombri pendant qu’elle parlait de son existence auprès de Thomas Weaver, comme si elle ramenait de lourds nuages du passé. Ce qui était précisément le cas. Même si elle dissimulait son passé aux autres pensionnaires et qu’elle avait appris à ne pas le mentionner par mégarde, elle était toujours la fille d’un voleur. D’un arnaqueur, d’un menteur. D’un homme qui avait profité de sa paternité pour dominer sa petite fille, pour avoir plus de pouvoir, plus de gains. Si Marion et Matthew ne s’étaient pas trouvés devant chez elle un soir, elle aurait continué à suivre les traces de son paternel et elle serait devenue comme lui. Elle croisa les bras un peu plus fort. « Je n’ai jamais songé à ce que je pourrais faire. Même ici, le monde extérieur me paraît si lointain que je ne l’ai pas fait. J’ai appris de nouvelles choses, parce que j’en avais envie et que je n’avais plus honte de ne pas savoir lire aussi bien que les autres gamins de mon âge. » Elle se souvenait les moments horribles en classe où les professeurs, ne saisissant pas le problème qui l'affectait, la forçaient à lire à voix haute des passages durant lesquels les lettres dansaient devant ses yeux. Elle détestait ça. « Et toi, alors ? Tu serais capable de faire tellement de choses, Matthew. » Se remémorait-il les fois où elle lui demandait de l'aider à combler ses lacunes en lui prêtant quelques livres issus du bungalow des Athéna ? Au début, elle volait tout ce dont elle avait besoin en profitant de la distraction des demi-dieux ; un livre d'astronomie ici, un recueil de poèmes là, un ouvrage d'histoire aussi. Elle tendait l'oreille pour récolter des informations. Puis Matthew avait deviné ce qui se passait et lui avait demandé de s'adresser à lui si elle avait besoin de quoi que ce soit. Elle lui devait tellement... Elle n'aurait pas supporté qu'il disparaisse brusquement de sa vie. Mort ou vivant ailleurs, elle aurait trouvé son quotidien bien menaçant sans sa présence rassurante. Au fond, elle restait cette gamine apeurée qui se plaçait malgré elle sous la protection d'un garçon à peine plus âgé qu'elle et respirant la confiance. Il était son phare dans les ténèbres de son existence.

Code by Fremione.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

"Darkness does not equal to evil,
just as light does not always bring good"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils d'athéna


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Mer 30 Avr - 9:57


 
i won't go home without you

 
flashback
 

Les Dieux. Matthew vivait depuis de longues années à la colonie, et avait appris parfois à ses dépens que ces derniers ne donnaient que rarement signe de vie. En effet, leurs interventions étaient rares. D’ailleurs, comme beaucoup d’autres pensionnaires, sa mère ne s’adressait plus vraiment à lui ; même si elle se rappelait à son bon souvenir régulièrement, comme une piqure de rappel sur son ascendance et ses devoirs. Cela convenait parfaitement au blond. Son indépendance était acquise depuis un âge avancé pour l’intéressé, et il y tenait énormément malgré son adaptation aux règlements de la colonie. Le fils d’Athéna prônait l’entraide et les conseils, alors qu’il était le premier à ne compter sur lui-même pour accomplir ce qui lui semblait nécessaire. C’était un double discours, et personne n’avait encore percé ce secret à jour. Bien que certaines personnes devaient se douter de cet état des choses. Ce n’est pas qu’il n’aimait pas consulter les autres, mais c’était plus par courtoisie que réel intérêt pour leur avis. En toute honnêteté, c’était aussi une occasion de prouver à quel point son avis était excellent, et qu’il se trompait rarement voire jamais dans ses réflexions. Malheureusement, ou heureusement, toute règle possède son exception. Et la question de l’avenir du jeune homme était cette exception. Il doutait de son avis et de ses pensées, puis il était tiraillé entre son envie de découvrir le monde et les responsabilités qu’il possédait au camp. On comptait sur lui, certains plus que d’autres.

Marlee était la première personne avec qui Matthew parlait de son projet, ou en tout cas de ses intentions pour le futur. La fille de Nyx était celle qui comptait le plus à ses yeux, et celle dont l’avis ferait pencher la balance dans un sens ou dans l’autre. Il y avait d’autres personnes qu’il souhaitait consulter, mais aucun n’avait un impact aussi important qu’elle sur sa vie. Les souvenirs de ses débuts à la colonie lui revenaient, et un sourire s’afficha sur ses lèvres malgré lui. A cette époque, il l’avait couvert en énonçant pas ses conclusions sur certains vols. Certains la stigmatisaient déjà, sans y rajouter ses forfaits. Du coup, le fils d’Athéna s’était proposé comme fournisseur. Son bungalow regorgeait de livres, et personne ne s’offusquait de le voir débarquer dans un autre bungalow pour emprunter un ouvrage. Jamais il n’avait joué les professeurs avec elle, alors qu’une simple demande aurait suffit à le convaincre ; après, la pédagogie n’était pas son fort ni celui de ses frères et sœurs. Les enfants de la Sagesse avaient beaucoup de mal à transmettre leur savoir, dans la mesure où tout cela leur paraissait évident et logique dans leur esprit constamment en surrégime. Marlee finit par répondre à sa question sur l’avenir, le sortant de ses souvenirs. Ses doutes étaient pleinement partagés, même si Matt avait déjà une idée de ce qu’il ferait une fois dehors. Leurs similarités s’arrêtaient là.


_ « Je vois »

Matthew se contenta de cette réponse pour le moment, réfléchissant encore et toujours. Et puis il avait la sensation que son interlocutrice souhaitait ajouter des choses. Elle était d’humeur bavarde ce soir, et le fils d’Athéna souhaitait en profiter. Et puis depuis ce baiser sur le front, le demi-dieu ne souhaitait plus la quitter ; il voulait rester à ses côtés, analysant ses émotions et y cherchant des réponses. Ces dernières auraient paru évidentes à toute autre personne, mais l’un comme l’autre n’était pas très à l’aise dans le domaine social. Et puis Matt n’avait pas eu de père, ni de grand-frère pour lui expliquer cela. Personne autour de lui de confiance vers qui se tourner pour poser des questions… Enfin une personne, mais elle était la principale concernée par les interrogations. Le blond resta dubitatif un long moment. Tellement de choses. Beaucoup utilisait cette phrase pour parler de lui. Il n’avait pas cette impression de son côté.

_ « Tu vas peut-être trouver ça ridicule, mais le monde extérieur m’intéresse. Il est traité comme une entité à part entière par tout le monde dans la colonie, et ma curiosité ne fait que grandir. Finalement, nos quêtes ne nous le montre pas… en tout cas pas tel qu’il est pour les humains. » Il soupira légèrement. « Et puis tu te sous estimes Marlee, tu es capable de beaucoup de choses, peut-être plus que moi. Tout le monde a l’impression que je peux faire ce que je veux, mais c’est très loin d’être le cas. Mais je n’ai plus ma place dans le monde extérieur, ou en tout cas pas comme le fait de pouvoir tellement de choses le laisse entendre. Cela fait trop longtemps que je suis à la colonie, et je n’ai pratiquement plus de souvenirs de ma vie d’avant. »

Certes ses connaissances étaient conséquentes, mais elle touchait surtout la Grèce antique, les monstres, la manière de combattre et d’autres choses de ce type. Il pouvait résoudre des problèmes complexes aisément, et analyser des questions de physiques et autres relativement facilement. Cependant, sa vision du monde et ses connaissances ne pouvaient lui permettre d’accomplir des choses dans le monde des humains. Son approche serait trop parfaite d’une certaine manière, et on le prendrait sûrement pour un fou. C’était son impression, peut-être se trompait-il totalement. Et cet état de chose, ce doute, le mettait vraiment une position délicate. Il détestait ne pas savoir ni comprendre.

_ « A part ça, je pense comme toi. Je ne vois pas en professeur pour d’autres demi-dieux ni arpenter la colonie à soixante ans en étant peut-être le plus vieux au milieu d’une bande d’adolescent. J’ai lu tellement sur le monde, que j’aimerais le voir moi-même comme un humain. » Il se tourna vers Marlee et la fixa intensément. « Tu viendrais avec moi si je te le proposais ? »

Matthew eut envie de retirer cette question à peine posée. Et pourtant, il le souhaitait. En énonçant celle-ci, le fils d’Athéna comprit une chose. Si il partait, il reviendrait rendre visite à ses proches à la colonie et serait toujours présent pour eux… Mais il ne souhaitait pas être séparé de Marlee. Cela faisait sept ans maintenant qu’ils se connaissaient et se côtoyaient. Elle faisait partie intégrante de sa vie, tout comme il espérait l’être de la sienne. Tout comme il avait toujours souhaité partir à l’aventure avec elle, non pour la mettre en danger mais parce qu’elle lui donnait l’envie de se dépasser et d’être fort. Cette sensation était déjà présente lors de leur première rencontre. Après l’avoir observé quelques temps avec Marion, Matt avait eu envie de la protéger et d’être là pour elle. Il aimerait découvrir le monde avec elle, non pour se lancer au devant du danger mais pour observer tout ce que les livres lui donnaient à imaginer. Avec le temps, la colonie commençait à ressembler à une prison, une prison dorée certes mais le principe restait le même. Il se sentait un peu bête après cette question, et pour une fois, il ne pouvait cesser de bouger mal à l’aise en attendant la réponse. Malgré tout, Matthew se sentit obligé d’ajouter une chose.

_ « Rassures-toi ce n’est pas une demande, juste une hypothèse et cela n’engage à rien. Je réfléchis à haute voix en cherchant des conseils… pour une fois. »

 
Code by Fremione.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
" L'homme sage apprend de ses erreurs,
L'homme plus sage apprend des erreurs des autres. "
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de nyx


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Dim 4 Mai - 1:34


i won't go home without you


flashback

Marlee était rarement d’humeur à bavasser plus que de raison. C’était une jeune femme directe, qui n’usait pratiquement pas de tact et qui se contentait de quelques poignées de mots pour illustrer ses pensées. Elle n’était de toute façon guère accoutumée à ce que l’on vienne à elle pour tailler un brin de causette. Elle était plutôt celle que l’on évitait volontairement. Mais elle avait cessé de s’en plaindre, trouvant dans cette attitude son propre compte ; elle pouvait vaquer à ses occupations sans avoir à se justifier, elle pouvait profiter de son îlot de solitude à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit. Et dès qu’elle se sentait lasse d’être exilée, il lui suffisait de se tourner vers les rares personnes qui avaient un rôle dans son existence. Le plus souvent, elle s’adressait à Matthew pour apaiser le poids de son isolement et cela lui suffisait. Là où certains pouvaient le juger distant et trop observateur, elle chérissait son esprit logique dénué de mauvaises intentions. De par sa maturité, il se montrait plus compréhensif que la plupart des gens. Il ne la jugeait pas, il n’essayait pas de la changer, il l’acceptait tout simplement. C’est en trouvant grâce à ses yeux qu’elle avait fini par admettre qu’elle n’était peut-être pas une cause perdue, qu’elle pouvait prendre un chemin différent de celui que son père avait tracé pour elle. Je ne suis pas lui et je n’aurai jamais à l’être.

Bien loin des songeries complexes de sa compagne, le fils d’Athéna lui exprima ses craintes et ses attentes au sujet de son futur. A la façon dont il parlait du monde extérieur, elle devinait que cela représentait pour lui un mystère de plus à résoudre. N’était-ce pas là le propre de tout enfant de la Sagesse ? Ils cherchaient à comprendre ce qui dépassait leur entendement, ils étaient attirés malgré eux par les énigmes et les charades, par les brumes de l’interdit et de l’incompris. Pour un gamin comme Matthew, qui n’avait pratiquement connu que la Colonie, le monde réel représentait à la fois un défi et un nouveau départ. Là-bas, il pourrait être quelqu’un d’autre. Pas seulement un demi-dieu, mais un homme à part entière. Il pourrait être défini par ses actes, par ce qu’il accomplirait et plus seulement par ses faits d’armes ou le sang qui coulait dans ses veines. En un sens, Marlee le comprenait. Mais là d’où elle venait, elle était la fille d’un criminel notoire, ce qui n’était pas réellement la meilleure façon de s’introduire dans le monde des mortels. Elle lui accorda toutefois un sourire compatissant, désira l’interrompre lorsqu’il lui assura qu’elle pouvait faire bien plus de choses que lui, puis se retint à la dernière minute. Il n’avait pas réellement besoin qu’elle le lui dise, une partie de lui le savait déjà. Il avait juste besoin de s’en rendre compte par lui-même.

Sa conclusion fit écho à la sienne. Ni l’un ni l’autre ne souhaitait terminer ses jours entourés d’adolescents et ils ne se voyaient guère en mentors. Partir ? Oui, mais où ? Pour faire quoi ? Le désir qu’il manifestait à redécouvrir « l’envers du décor » du point de vue d’un mortel lambda éveillait en elle l’envie de faire de même, sans qu’elle ne puisse toutefois l’accepter. Mais alors que le doute s’instillait dans ses pensées, il lui posa une question qui la déstabilisa. Ses prunelles, qui dans l’obscurité avaient perdu leur éclat de clarté au profit d’une teinte presque noire, se rivèrent aux siennes. Pendant un moment qui lui parut durer des heures, ils se dévisagèrent, comme subitement conscients de ce qu’ils représentaient l’un pour l’autre. S’il partait, le suivrait-elle ? Supporterait-elle une existence aussi solitaire s’il n’était pas là pour la soutenir lorsqu’elle faiblissait ? Elle avait bien du mal à imaginer ce qu’elle pouvait apporter à quelqu’un comme lui, mais elle était certaine que l’équilibre de sa vie se briserait sans le fils d’Athéna. Parfois, elle avait l’impression que les Parques s’amusaient à détruire ses certitudes les unes après les autres. Toute personne qui comptait un tant soit peu aux yeux de la demi-déesse finissait inexorablement par la quitter. Sa vie était comme un Mikado géant auquel on prélevait un bâtonnet au hasard jusqu’à ce que l’ensemble s’écroule. Lamentable.

« Rassures-toi ce n’est pas une demande, juste une hypothèse et cela n’engage à rien. Je réfléchis à haute voix en cherchant des conseils… pour une fois. » « Pour une fois. » reprit-elle avec une pointe d’amusement notable, dissimulant avec habilité le trouble qu’elle ressentait. Elle s’humecta nerveusement les lèvres, laissant ses mèches couleur d’encre de Chine glisser le long de ses traits avec reconnaissance. Sans décroiser les bras, elle s’éloigna de quelques pas, cherchant un moyen de sortir les mots qui tournoyaient furieusement dans son esprit comme un essaim d’abeilles furieuses. « Tu sais quoi ? » finit-elle par lancer, une flamme dans le regard. Etait-ce une étincelle dangereuse ou apaisante ? Il était aisé de se méprendre tant elle gardait un visage sérieux et tendu. Elle se rapprocha à nouveau de lui, levant le menton pour croiser ses yeux. « Tu n’as qu’à tenir ta promesse. » Un sourire étira légèrement ses lèvres tandis qu’elle haussait des épaules. « Reviens, et tu obtiendras ta réponse. » Elle cherchait un moyen de gagner du temps, de ne pas songer à l’effroyable possibilité qu’il puisse mourir loin d’elle ou pire, qu’il quitte la Colonie sans un regard un arrière. Elle ne voulait pas penser qu’il puisse l’abandonner si elle ne faisait pas preuve d’assez de courage pour le suivre. Elle ne voulait pas. Alors elle s’arrangeait pour jouer sur les mots, elle se trouvait des prétextes et des arrangements. « Qu’en penses-tu, Matthew ? Un serment pour un serment. Tu reviens et je te répondrais. » Instinctivement, ses doigts fins revinrent tirer sur les manches de son compagnon comme de minuscules araignées inoffensives, mais c'était plus un geste nerveux qu'une demande silencieuse ; elle avait du mal à dissimuler l’anxiété qui la tiraillait depuis son cauchemar et sa question n’avait rien fait pour l’aider à recouvrer son calme. Lui qui l’apaisait habituellement ne faisait, ce soir, que la troubler un peu plus à chaque phrase. Ce n’était pas ainsi que les choses devaient se passer. « Plus vite tu reviendras, plus vite tu sauras. » conclu-t-elle sans l’ombre d’une esquisse malicieuse, l’encre de ses prunelles se fondant dans son regard clair.

Code by Fremione.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

"Darkness does not equal to evil,
just as light does not always bring good"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils d'athéna


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   Lun 5 Mai - 9:49


 
i won't go home without you

 
flashback
 

Le monde extérieur représentait une énigme de plus à percer pour le demi-dieu, et sa curiosité était constamment piquée au vif. Il souhaitait en parler avec Marlee pour avoir son avis, et parce qu’au fond de lui, il aurait aimé la voir l’accompagner dans cette nouvelle aventure. Sa vie lui paraîtrait beaucoup trop vide dans la brune. Contrairement à d’autres, Matthew la connaissait et l’appréciait énormément. Beaucoup trop la jugeait sur son apparence, et son caractère un peu froid. Cependant, elle était bien plus que cela. Le fils d’Athéna aurait pu difficilement expliquer ses sentiments et ses impressions la concernant ; elle était une amie, une personne importante à ses yeux. Il ne supportait d’ailleurs pas qu’on la critique devant lui, et tous ceux ayant tenté cette activité s’en était mordu les doigts. Matt connaissait beaucoup de choses sur un grand nombre de personne, et il était capable de frapper là où les mots pouvaient blesser. Bien que ce n’était pas dans ses habitudes ou sa nature de blesser volontairement les gens. Pour une fois, il était celui en quête de conseil et d’un peu d’aide pour prendre une décision. Leurs conclusions étaient similaires sur leur futur, bien que leurs solutions diffèrent grandement. Le blond souhaitait partir à l’aventure dans le monde, alors que la jeune femme était encore mal à l’aise de retourner dans le monde. Il pouvait comprendre une partie de ses réticences, mais cela faisait sept ans et les choses avaient changé. Matthew doutait qu’une personne soit encore à la recherche de la jeune fille, et son père devait voir disparu dans le meilleur des cas.

Sous le coup d’une impulsion, Matthew demanda à Marlee de l’accompagner dans son périple à travers le monde. Une fois les mots prononcés, il eut l’impression d’avoir commis une erreur ; ses yeux trahirent le trouble éprouvé par cette question. Mais il était trop tard pour qu’il puisse retirer ses mots, et dans le fond, il ne souhaitait pas du tout le faire. Bien au contraire. Lui-même était encore troublé par ses pensées précédentes, et ce moment où il avait cru que le baiser… Ses pensées s’interrompirent à cet instant. Matt reporta son attention sur la demoiselle, et attendit donc patiemment sa réponse. Il se sentit malgré tout obligé de lui préciser que cela ne reflétait aucune obligation de sa part, et que sa décision n’était ni irrévocable ni une promesse sur le Styx. Sa petite remarque le fit grandement sourire. Pour une fois. C’était effectivement suffisamment rare pour être signalé. Le regard grisé du fils de la Sagesse se posa lourdement sur son interlocutrice, qui se dissimulait derrière un rideau de cheveux sombres. Ses yeux la suivirent lorsqu’elle fit quelques pas. Le couperet risquait de tomber sous peu, et Matthew était inquiet. Son cœur s’emballait en attente de cette réponse. D’un coup, il se rendit compte que cette question reflétait bien d’autres questions sous-jacentes. Toujours cette mauvaise habitude d’anticiper et de réfléchir trop profondément. Il se serait frappé la tête pour s’empêcher de trop analyser, mais cela aurait paru étrange pour Marlee. Quoi qu’elle avait déjà assisté à d’autres manèges un peu étranges du jeune homme. Ils se connaissaient décidément depuis trop longtemps et trop bien.


_ « Hum je vois. »

Au début, Matthew crut qu’elle allait s’énerver en voyant ce regard embrasé. Parfois Marlee pouvait avoir des réactions, tout aussi étrange que ses propres réflexions. Tenir sa promesse. Ce n’était pas difficile de son point de vue, car cela avait été son intention depuis le début. Et obtenir une réponse. Mais quelle réponse. Ce laps de temps offert par la fille de Nyx serait mis à profit pour le blond, qui pourrait ainsi réfléchir à ses propres émotions et sentiments. Bien que novice dans ce domaine, Matt n’était pas assez stupide pour ignorer complètement ce qui se jouait à cet instant. De toute manière, quelle que soit sa décision, le fils d’Athéna ne la quitterait pas sans un regard en arrière ; il serait toujours là pour elle, qu’il loge à la colonie ou qu’il soit dans une autre partie du monde.

_ « Un serment pour un serment. Même si nous n’en avons pas besoin entre nous, j’ai toujours été présent pour toi et je le serais toujours. Je le jure sur le Styx. » Il l’observa un instant et reprit. « Ne te mets pas de pression inutile pour autant, tu m’auras toujours dans ta vie que tu le veuilles ou non. Et j’aurais peut-être autre chose à aborder avec toi à mon retour. »

Encore une fois, Matthew anticipait le futur et réfléchissait peut-être trop à la situation. Mais il allait réfléchir à la situation et à ses émotions ressenties plus tôt dans la conversation. Des idées germaient dans son esprit, mais certaines étaient très dures à admettre et à accepter. Ses doigts se serrèrent à nouveau autour de sa manche, et cette proximité le troubla à nouveau. Dans un geste affectueux et de réconfort, le blond posa sa main sur celle de Marlee et lui sourit chaleureusement. Il reviendrait rapidement, et ils auraient cette conversation. Il se retrouvait dans une drôle de situation, et ce en l’espace d’une parole et à cause d’une geste amical et inoffensif. Mais ce geste était-il aussi innocent que cela. Après tout, même si Marlee ne réfléchissait pas autant que lui, elle pouvait quand même tenter de faire comprendre des choses. Il secoua la tête comme pour chasser cette idée, car la fille de Nyx était d’une franchise à toute épreuve. Elle lui aurait parlé franchement. Contrairement à lui, qui sans se montrer faux ou menteur, pouvait se révéler parfois trop subtil ou trop indirect dans sa manière d’aborder les choses.

_ « Allez ne t’inquiète pas. Tes visions ne se réaliseront pas, et je serais de retour plus vite que tu ne le penses. Tu as ma parole. Pendant mon absence ne fait pas de bêtises. » Il lui fit un clin d’œil accompagné d’un large sourire amusé. « Qui sait. Peut-être que ma question ne sera plus d’actualité pour un temps selon les tenants et les aboutissants de cette expédition. »

Cela faisait aussi partie des possibilités. Après tout, Matthew aurait peut-être besoin de rester à la colonie à la suite de cette expédition. Car même si ses envies de liberté étaient présentes, le fils d’Athéna ne pouvait abandonner la colonie en tant de crises… En tout cas de crises majeures. Faisant face à Marlee, il hésitait à lui remettre les mèches déplacées par le vent. Comme à chaque fois, leur contact était plutôt limité par respect pour la demoiselle et par habitude. Malgré tout, Matt finit par lui replacer une mèche soufflée par un vent soudain et plus fort que les précédents.

 
Code by Fremione.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
" L'homme sage apprend de ses erreurs,
L'homme plus sage apprend des erreurs des autres. "
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: i won't go home without you ✤ marlee&matthew.   

Revenir en haut Aller en bas
 

i won't go home without you ✤ marlee&matthew.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» (#03) Welcome home | Adélaïde
» † Carry me home tonight.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OLYMPUS SOLDIERS ::  :: rps abandonnés-