Partagez | .
 

 breath of life ≠ ravina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

GRECQUE ✤ fille de hécate


MessageSujet: breath of life ≠ ravina   Jeu 17 Avr - 20:01


i was looking for a breath of life


Raven recouvrait ses bras du léger tissage de son pull en laine et regardait chaque flamme du feu. Elle était encore debout alors que la nuit tombait, s'étant proposé pour veiller sur les autres et surveiller le petit campement. Les quatre jeunes fille avait besoin de sommeil, et plus Raven se tenait loin des jeunes-femmes quand elle dormait, plus elle se sentait mieux. Elle entendait parfois les meurs de certaines, les rêves. Sa mère l'incitait-elle à partir ? Prendre sa revanche, les enfermant dans leurs rêves pour s'enfuir. Mais à quoi bon marcher ? Elle-même était prisonnière dans sa cage dorée. Elle ne pouvait pas se permettre de laisser Alexie. Il lui en était impossible, elle était bien trop loyale envers elle. Pas pour une raison d'amitié, mais simplement de conscience. C'était une allié après tout. Enfin, qui était vraiment son allié ou son ennemie ?

Elle passa une branche dans les flammes et la tisonna doucement avant de repenser. Sa chevelure toujours attachée en tresse, elle s'amusa à la détacha et à en extraire chaque mèche pour passer un peu de temps, lui donner une raison de ne pas aussi sombrer dans son sommeil. Ce serait désobéir à son honneur, et même dans ce sommeil, elle ne pourrait être seule. Sa mère serait toujours là, pour veiller sur elle, essayant de lui apporter un peu de bonté et de bienveillance, telle une mère lionne.

Timidement, elle regarda autour d'elle avant de sourire, de sa propre mascarade. Que faisait-elle, seule dans la jungle. Elle, la petite Millicent, sans son papa. Sans sa mauvaise conscience. Car oui, on a beau rire de ces dessins-animés où un ange et un diable se pose sur les épaules de chaque côté du personnage principal, mais en vérité c'est ce qu'elle vit chaque jour. Une lutte interne qui lui empêche de sourire, de pleurer ou même de vivre. C'est un oiseau en cage, une plume meurtri. Et c'est pour cela qu'elle se prénomme pseudo fille d'un génie, qu'elle lit et cultive toujours sa cervelle. Juste pour oublier ses voix dans sa tête que sa mère lui envoie, lui rappelant au fer rouge de sa conscience sa vraie nature. Un monstre. Elle en avait tellement honte. Elle se détestait elle-même, voilà tout. Son regard se retourna aussitôt quand elle vit la faible silhouette romaine se rapprocher d'elle, puis s'asseoir à ses côtés. La rousse. Raven s'empressa de rattacher ses cheveux. Elle ne portait aucun avis à sa beauté, cachant cette petite pudeur par un instinct maniaque et rapide. Elle ne fit qu'une queue de cheval et s'empressa de regarder la rousse avec un air plutôt compréhensif qu'interrogateur. Peut-être, qu'elle aussi, vivait les horreurs dans son sommeil. Pourtant Raven n'avait pas eu l'impression de lui faire faire un cauchemars. Elle s'empressa de poser la question, plus par politesse que par curiosité. « Pourquoi ne dors-tu pas ? » Elle reprit son bout de bâton et se remit à tisonner le feu évitant tout regard avec la belle rousse à ses côtés. Elle avait le don de la mettre mal à l'aise, non seulement pas sa beauté, mais par son charisme. Elle savait y faire avec les gens comme Raven, les fous. « Parfois, c'est mieux de ne pas dormir, de pouvoir admirer la lune et apprécier ainsi son silence. » Ses paroles sortirent aussitôt de sa bouche, sans aucun sens. N'essayait-elle pas de faire la conversation ? Elle l'ignorait. Après tout, elle pouvait se sentir normal à côté d'une personne aussi dérangé mentalement qu'elle. Elle n'arrêta pas son léger mouvement nerveux du bras qui lui permettait de bouger le gros bout de bois qui alimentait la flamme. Elle noyait son regard en elle, avalant ses courbes pour essayer de penser à une nuit paisible au côté d'une belle femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ROMAINE ✤ fille d'iris


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   Sam 19 Avr - 22:15


i was looking for a breath of life


Dakota et Alexie dormaient depuis quelques heures déjà. Les respirations irrégulières des demi-dieux claironnaient en concert avec le silence de la pénombre. Ses yeux à elle scrutaient le ciel parsemé d'étoiles tandis que ses doigts jouaient nerveusement avec un drachme. Malgré la fatigue, ses paupières ne voulaient pas se soustraire au sommeil. La plus grosse feignasse que l'univers ait jamais porté n'arrivait pas à fermer l’œil. Presque un comble. Les origines grecques de la veilleuse du groupe n'aidaient pas non plus. Laisser celle-ci vaquer à ses occupations pendant que les autres dormaient n'enchantait donc guère Raina, l'éternelle sceptique de service. Un long soupir s'extirpa d'entre ses lèvres avant qu'elle ne choisisse de lever ses fesses de mollusque du sac de couchage. Vestiges de cette longue et première journée de marche, ses membres engourdis lui intimaient pourtant de rester sagement allongée.

Ses yeux balayèrent l'horizon jusqu'à tomber sur la silhouette située près du feu. Raina n'arrivait soudainement plus à s'en détacher. Les flammes dansantes lui donnaient un aspect envoûtant, affriolant même. Après de longues minutes d'une contemplation presque glauque, la rousse se décida à la rejoindre, posant son derche à côté du sien. Raven ne tarda pas à entamer la conversation une fois sa présence révélée. Drôle de question d'ailleurs. La petite ovation à la lune, en revanche, était plutôt poétique. Possiblement un rapport avec son parent divin. La brune ne l'avait pas précisé un peu plus tôt dans la journée. Une certaine curiosité inexpliquée taraudait Raina. Cette fille l'intriguait de plus en plus. « Ça a peut-être à voir avec le fait qu'une grecque garde notre camp. J'ai peur de me réveiller avec la gorge qui pisse le sang, tu vois ? » Ou de ne pas me réveiller du tout en fait. Sarcasme du soir bonsoir. Elle blaguait... Ouais bon, à moitié. C'était aussi pour détendre un peu l'atmosphère. Même si c'était loin d'être la meilleure méthode, celle-ci demeurait la seule qu'elle connaissait.

Elle tourna la tête vers la grecque pour mieux distinguer ses traits. Un fin sourire ornait sa tronche pour une raison indéterminée. Sûrement pour la mettre en confiance après lui avoir clairement dit que justement... Elle ne lui faisait pas confiance. C'était assez contradictoire en soi, mais Raina ressentait le besoin urgent de le faire. Par tous les dieux. Sa soudaine niaiserie l'énervait. « Si tu veux, tu peux aller te coucher, je vais monter la garde. » Pas comme si aucune d'elles avait besoin de monter la garde, d'ailleurs. Elles étaient entourées de demi-dieux prêts à en découdre au moindre petit bruit suspect. Et puis, finalement, elle espérait secrètement que Raven continue à lui tenir compagnie. La rousse trouvait sa présence... Elle ne savait pas trop à vrai dire. Apaisante ? Agréable ? Peut-être même les deux en fait. Son attirance pour la gente féminine n'était plus un secret pour elle. Mais avec cette grecque, le mot "attirance" semblait prendre une toute autre dimension. « Tu dois être fatiguée après la journée de marche qu'on vient de se taper. » True story. Raina, elle, était fatiguée. Ses pieds ressemblaient vaguement à du pâté ensanglanté et ses mollets portaient encore les traces de ronces abondantes. Sans compter qu'elle sentait déjà les prémices des courbatures du lendemain. Au moins, elle ne ressemblait plus à quasimodo, c'était déjà ça de pris. Merci Alexie pour la chirurgie esthétique express. Pour une fois que Raina essayait de prendre les choses du bon côté. Elle lui adressa un nouveau sourire avant de détourner le regard vers le feu. La rousse fit apparaitre un drachme dans sa main droite avant de jouer avec de ses doigts fins. Tic nerveux qui lui était propre. Nervosité en revanche qui ne l'était pas.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de hécate


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   Sam 26 Avr - 13:18

i was looking for a breath of life


L'enfant de la nuit regardait cette rousse s'asseoir à côté d'elle pour parler. Sûrement une des personnes qui n'arrivaient pas à dormir. Pourtant, Raven n'avait aucune idée du parent divin de sa voisine rousse. Elle ne pouvait être une fille d'Hécate, elle n'en avait pas le caractère. Raven dans son temps de silence observait tout le monde, même ses frères et soeurs. Mais Raina n'avait rien à voir avec eux. Elle avait une joie de vivre assez cynique et derrière son petit air grognon elle pouvait y voir quelqu'un d'extrêmement. " fais gaffe, tu baves. " Oui. Elle était encore là. Cette voix qui troublait son esprit et même dans un moment calme elle ne la laisserait pas en paix. « Ça a peut-être à voir avec le fait qu'une grecque garde notre camp. J'ai peur de me réveiller avec la gorge qui pisse le sang, tu vois ? » Bon, pas si calme que le pensait Raven. Mais pour cela elle se permit de rire rapidement à la remarque de la rousse. C'est vrai que Raven aurait pu les tuer. Mais pourquoi faire ? Ce n'est pas en faisant la folle meurtrière qu'elle survivrait de cette quête. Elle qui était de base mise de côté, elle avait la chance d'être mis-à-part et d'être enfin libre de sortir du camp. « Cette idée aurait pu être envisageable si nous n'avions pas tellement besoin de vous. » Elle lâcha un sourire qui se voulait amical. Ses paroles lui étaient si normal dans son esprit qu'on pourrait croire qu'elle parlait de tuer des gens comme de la pluie et du beau temps. Elle ne se cachait pas d'avoir un caractère étrange. Après tout, ce n'est pas comme si sa mère était une déesse folle.

Raina se tourna doucement vers elle, un sourire orna ses lèvres. Elle n'avait pas l'air si méchante et si elle n'était pas une romaine, Raven aurait voulu apprendre à la connaître. C'est vrai, et puis elle n'était pas si moche. La jeune grecque tourna les yeux pour éviter de recroiser le regard de la romaine qui était plus calme, plus doux. Non, elle ne devait pas tomber dans un si gros panneaux. « Si tu veux, tu peux aller te coucher, je vais monter la garde. » " Traduction ? Barre-toi, tu me fais chier. " Raven la regarda avec un petit sourire, comme ci elle essayait de faire un doigt d'honneur à l'esprit dans sa tête. En réalité Raven aimait bien rester près du feu - ou près de Raina -. c'était pour elle, un petit repère dans le vide qui se faisait de plus en plus en elle. De plus, elle était rousse. Comme son meilleur ami, perdu dans la nature de l'île. « Tu dois être fatiguée après la journée de marche qu'on vient de se taper. » C'est vrai que Raven n'avait pas l'air en pleine forme. À son regard, on pouvait croire qu'elle était fatiguée et qu'elle serait prête à s'endormir. Mais non. Raven ne se ressentait pas vraiment la fatigue, son esprit étant un étang de néant, aucune émotion comme le sommeil ne pourrait perturber son esprit instable. « Non, je t'en pris. Je n'ai pas sommeil, je préfère rester près du feu. » Elle rendit son sourire à Raina avant d'apercevoir le drachme qu'elle venait de créer et don elle jouait dans sa main. Elle sourit en apercevant les faces de la pièce. « Alors, c'est ça, toi tu peux créer de l'argent ? » Elle avait l'air très intéressé par son don, non pour la valeur, mais pour l'exploit. Créer une telle chose pouvait être pratique et très drôle. Raina n'était pas une petite rousse de pacotille, elle avait un don très intéressant, comparé à celui de Raven. Un frisson parcourut ses veines. Et si la rousse lui demandait de faire à son tour une démonstration de ses dons, elle pourrait perdre toute joie. La rendant aveugle en quelques secondes ou en lui faisant faire un cauchemars horrible. Elle se remit à tisonner le feu, cachant la peur qui commençait à naître de nouveau dans ses yeux.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MUST ALWAYS BE SAELED..
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ROMAINE ✤ fille d'iris


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   Lun 28 Avr - 19:32

i was looking for a breath of life


Pas sommeil. D'accord. Raina n'insista pas plus. Ni ne demanda plus d'explications. Ce n'était pas plus mal. Au moins, elle n'avait pas à rester seule ici, la nuit, perdue dans cette étrange forêt aux milles espèces. Elle avait beau y avoir passé plusieurs jours, elle n'arrivait toujours pas à s'y faire. Ça semblait juste... Faux et trop improbable dans son esprit. Sans compter que chaque plante ou bestiole un peu trop colorée était potentiellement mortelle. De quoi la faire se sentir plus à l'aise, vous en conviendrez.

Oh ! Raven savait comment sourire. Quoi ? Jusque là, la rousse pensait sa face paralysée... Alors la voir sourire, c'était un peu comme apercevoir la sainte vierge marcher en plein New-York. La voir sourire de façon sincère du moins. Parce que les sourires cyniques, ça, la grecque savait faire pour sûr. Dommage d'ailleurs. Ça lui allait bien, de sourire avec candeur.

Les gestes de Raina s'arrêtèrent lorsque Raven aborda le sujet "pouvoirs". Oui, c'était ça son don. Si insignifiant. Si inoffensif. Tellement pathétique. Certains de ses frères pouvaient se téléporter, contrôler le vent, et elle ? Elle, elle invoquait de la thune. Super, franchement. Elle regarda un instant la pièce avant de tourner la tête vers son interlocutrice. « Oui, je peux créer de l'or. » Parole superficielle. Monocorde. Juste une vérité générale énoncée dont elle n'avait franchement rien à cirer. Elle décida néanmoins de le mettre à profit, là tout de suite. A l'instar d'un magicien, elle montra sa main vide à Raven et alla "attraper" une pièce derrière son oreille. Un fin sourire s'invita sur ses lèvres. Ceci fait, elle exécuta une légère courbette avant d'envoyer la monnaie dans les mains de Raven d'une pichenette.

Sa tête alla finalement se poser entre ses mains, tandis que ses coudes reposaient sur ses genoux. Ses yeux contemplaient les flammes dansantes. « Ça craint non ? » Elle rigola de sa propre personne. Pas de manière triste non. De l'auto-dérision pure et simple. A force de recevoir des insultes, elle avait appris à s'en moquer comme de l'an quarante. Et puis, mieux valait en rire qu'en pleurer. Ça lui permettait de prendre les choses avec un certain recul. « Et tu n'as encore rien vu. Ce n'est pas le pire. » Elle se redressa et applaudit deux fois pour faire apparaitre un arc-en-ciel de la taille d'un album photos. Il émit une faible lumière puis disparut. « Maintenant je pense que tu l'as deviné, je suis la fille d'Iris. » Concéda-t-elle toujours un léger sourire aux lèvres. Raina s'étonnait elle-même. Ce n'était pas exactement dans ses habitudes de sourire en continu telle l'égérie de colgate. Encore moins de chercher à étendre une conversation pour apprendre à mieux connaitre une personne. « Mais on s'en fout non ? » Elle du moins, s'en foutait. Les ascendances lui importaient peu. Elle aimait penser que leur caractère, à eux, demi-dieux, n'était pas déjà tout tracé par leur parent divin respectif. Ces êtres narcissiques qui engendraient progéniture ici et là pour pallier à leur égo démesuré. Au fond, que savait-elle de sa mère, Iris ? Pas grand chose. Peut-être qu'elle lui ressemblait sans même s'en rendre compte. C'était là toute l'ironie.

Ses yeux étaient plongés dans ceux de Raven. Et à cet instant précis, la rousse avait l'impression qu'elle aurait pu passer la nuit à les contempler. Ces beaux yeux noisettes. Sa main s'avança vers le visage de la brune pour lui remettre une mèche derrière l'oreille. Son sourire s'élargit. Puis elle détourna la tête vers le feu à contre-cœur. Pas par gêne non. Simplement, elle ne voulait pas mettre son interlocutrice mal à l'aise. Ça serait dommage de briser cette relativement bonne entente sitôt créée.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de hécate


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   Lun 28 Avr - 22:06

i was looking for a breath of life


Alors elle en était ainsi. La petite rousse paysanne dont l'esprit farceur avec une langue de vipère à la place d'un cœur s'amusait de juger, cette rousse pouvait avoir de l'argent. La brune restait là, à la regarder avec fascination. C'était mieux que de rester encore plus seule dans une bulle à contrôler ce pouvoir de folie. Ce don qu'elle ne pourrait montrer avant de l'effrayer. Raven en avait-elle même peur, à croire que sa mère passait ses nerfs sur elle. Elle n'osait s'imaginer si elle l'observait. Mais pour l'instant, la voix qui tapissait dans l'ombre restait silencieuse. Peut-être qu'elle devenait folle, à s'imaginer que sa mère lui parlait ? Ou elle l'était tout naturellement. Elle releva la tête, comme sous hypnose, la rousse ne faisait que percuter son regard. « Oui, je peux créer de l'or. »  Raven entendit ce son comme une parole de vanité, mais plus comme une réponse normale. Comme un simple oui, une simple phrase qui annonçait la vérité. Raven la regarda avec un doux sourire que les flammes enjôlaient sur son visage. La rousse passa une main derrière l'oreille de la brune avant de faire un mouvement pour que la pierre n'aille dans ses mains. Un joli drachme avec la tête de Jules César. Elle observa la pièce, avant de sourire doucement. « Ça craint non ? » Sa tête posé contre ses mains lui donnaient un air enfantin que Raven découvrait avec un léger sourire. Un battement subite la frappa dans le cœur. Elle l'ignora et fit mine de rejoindre son rire, comme ci c'était normal. « C'est assez cool quand on est pauvre. » Quoi ? Raven essayait de construire une phrase ? Une discu … ? Quoi ? Non ce n'était pas possible. Mais si. Raven faisait la discussion. Il manquait plus que ça à cette pauv' gosse. « Et tu n'as encore rien vu. Ce n'est pas le pire. » Raven eu l'air interrogateur. Comme ci créer des sous n'était pas cool. Bon, c'est sûr quand défense ça n'aidait pas Raina, mais ça lui donnait un côté banquière chic qu'elle appréciait. Elle frappa doucement deux fois dans ses mains et un arc-en-ciel orna le ciel. Raven se releva doucement, comme pour l'admirer. Alors que la nouvelle lune faisait sa place, un arc-en-ciel ornait celui-ci, comme ci leurs âmes étaient en rassembler en une personne. Le ciel s'harmonisait avec elles. « Maintenant je pense que tu l'as deviné, je suis la fille d'Iris. » Raven se retourna doucement, puis baissa la tête pour regarder son interlocutrice. Bien sûr que ça en était une évidence. Iris, la déesse des arcs-en-ciel et messagère des dieux. Cette remarque fut comme une illumination pour Raven. Elle comprit soudainement le caractère assez jovial et délicat de la rousse, une face qu'elle n'avait pas vu durant la journée ce qui était normal. « Mais on s'en fout non ? » Elle se rassit à ses côtés en regardant toujours l'arc-en-ciel avec une douce odeur paisible. Comme ci Raina pouvait la contrôler, la calmer. « Moi je ne m'en fiche pas, au contraire je trouve cela très intéressant. » Elle retourna doucement sa tête vers son interlocutrice avant que celle-ci ne la fixe. C'est vrai, chacune se fixait. Elles s'admiraient. Raina perçait les pupilles de Raven alors que l'enfant cherchait le plus grand réconfort chez Raina. Elle était calme. Celle-ci passa une main derrière son oreille pour remettre une mèche de ses cheveux. Un geste qu'avait fait un jour le fils d'Hébé à la colonie. Mais celui-ci ne put le terminer, Raven était déjà parti. Mais non, là elle restait. Comme captiver par la flamme de Raina. Cette main restait longuement dans ses cheveux et Raven apprécia doucement. Elle la faisait frissonner. Ce fut la rousse qui coupa se contact en retournant près des flammes, laissant une Raven sous le choc.

Un instant passa avant que Raven prit son courage à deux mains. « Tu sais, moi aussi j'ai des dons. » Lol. Bien sûr qu'elle le savait. Raina ne pouvait s'en douter. Mais sa phrase était sorti d'un coup, sans logique. Elle attrapa le menton de Raina pour la tourner complètement vers elle, son buste entier. Elle enfourcha le tronc d'arbre assez large sur lequel elle se tenait au côté de Raina et déplaça les mains de Raina au centre du tronc, entre leurs jambes. « Mon don à moi n'est pas si souriant. » Lâcha-t-elle avec gêne. Pourtant, elle attrapa les mains de la rousse et les serra fort. « Je ne sais pas ci ça pourrait te plaire. Je te jure que cela ne va pas durer longtemps. » Elle concentra son regard dans celui de la rousse, et arriva a faire passer une brume noire dans le regard de la rousse. Elle serra fort ses mains, comme pour lui rappeler qu'elle était là. Elle ne voulait pas que les ténèbres envahissent son âme. Pourtant elle avait envi de se révéler à la rousse. Deux secondes passés, elle ramena la fumée brume en elle et laissa Raina retrouver ses esprits. Elle lâcha doucement ses mains, comme ci elle s'en voulait soudainement. « Tu vas bien ? Je suis désolé … Je ne comprends pas ce qui m'a prit ... » Oui. Elle s'en voulait plus que tout. Non parce qu'elle s'était révélée, mais parce que Raina aurait pu souffrir. Sous sa tête de chien abattu, elle murmura doucement. « Je ne sais pas si tu as compris, mais ma mère est Hécate. Enfin Trivia chez toi. » Elles n'avaient pas la même culture et il lui était essentiel de faire une traduction de ses racines à la rousse. Elle osa relever la tête pour regarder Raina, et son cœur fit un autre battement. Un regard de plus vers cette créature, et le corbeau serait brisé.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MUST ALWAYS BE SAELED..
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ROMAINE ✤ fille d'iris


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   Lun 28 Avr - 23:35

i was looking for a breath of life


Un silence agréable plana un instant avant que la voix de Raven ne s'élève à nouveau. Des dons ? Oui certainement, ils étaient tous demi-dieux dans le coin aux dernières nouvelles. Raina restait néanmoins curieuse de découvrir ceux de son interlocutrice. Elle était comme attirée, fascinée par Raven. Celle-ci aurait pu tout aussi bien invoquer des ours en peluche que la rousse se serait extasiée devant. Enfin, façon de parler. L'état "extasiée" n'était pas exactement très prononcé chez elle.

La ravissante brune lui attrapa le menton pour la forcer à la regarder. Bon... Si c'était si gentiment demandé hein. En la voyant se mettre à califourchon sur le tronc, Raina fit de même, mais ne put s'empêcher de hausser un sourcil dubitatif. Leurs mains se joignirent. La situation devenait bizarre ou c'était juste son esprit déviant ?... Non effectivement, c'était juste son esprit déviant. Apparemment, Raven voulait lui faire une démonstration à son tour. Et pour tout avouer, à cet instant-là, rien ne faisait plus plaisir à Raina que d'apprendre à mieux la connaitre. Mais la rousse décela tout de même une pointe d'hésitation dans sa voix. Et même si en temps normal, elle aurait revêtu son air sceptique et se serait barrée par précaution, là, bizarrement, Raina se sentait en confiance. Enfin du moins, elle avait envie de lui faire confiance. La poigne de la brune vint d'ailleurs consolider les prémices de cette foi. Pas longtemps. Noté. « Je te fais confiance. » Dit-elle avec un sourire discret pendu aux lèvres.

Soudain, Raina était dans le noir le plus complet. Les yeux noisettes de Raven venait de disparaitre. Par tous les dieux... Elle était devenue aveugle ? Ouais parce que son interlocutrice ne pouvait pas exactement éteindre la lumière en plein air. Quoique. Celle-ci venait en quelques sortes de lui prouver que si. Le cœur de la rousse accéléra, sa respiration se fit plus forte et sa bouche s'entrouvrit légèrement. Heureusement, leurs mains jointes lui rappelait qu'elle n'était pas seule. Sinon, elle aurait probablement commencé à paniquer pour de vrai. 

Elle retrouva la vue une poignée de secondes plus tard. Raven paraissait soudainement avoir des regrets vis-à-vis de son acte et brisa le contact sans plus de cérémonie en bafouillant quelques excuses. En dépit du sérieux de la situation, Raina ne pouvait s'empêcher de la trouver mignonne derrière ses airs inquiets. Inquiète pour elle, en plus. Et puis, cette révélation, cette ouverture la touchait. Oui, la rousse se sentait obligée de la rassurer. Elle ne savait pas trop pourquoi, mais elle se sentait investie de cette mission. « Je vais bien, ne t'en fais pas. » Finit-elle par lâcher d'une voix qui se voulait douce. Trivia donc. Elle n'avait pas retenu grand chose à son sujet, si ce n'était : "elle fait peur. Ses enfants font peur, sont des émos qui se scarifient (ou qui te scarifient d'ailleurs, y avait qu'à voir cette psychopathe de Zoella) et présentent des troubles bipolaires. Ne les approche pas". Okey, c'était un peu juger à la couverture. Mais c'était vraiment l'une des seules fratries (avec les Mars, les Pluton, les Nox, les Némésis, les Thanatos et autres fous furieux du genre) qu'elle évitait sciemment. Enfin, plus maintenant. Les choses avec Raven paraissaient... Différentes. Tout paraissait différent depuis leur rencontre.

La panique restait pourtant visible dans les si jolis yeux de la brune. Raina prit son visage entre ses mains. « Je vais bien. » Répéta-t-elle plus fermement. Okey, elle avouait avoir légèrement flippé, mais au final, tout c'était bien passé non ? Elle mordilla sa lèvre inférieure. La proximité commençait à faire son effet. Vas-y, vas-y pas ? Raina était entrain de peser le pour et le contre. Une tension invisible sembla s'installer entre les deux. « Bon... Je dois t'avouer que j'ai bien flippé quand même. » Une tension qu'elle essayait de briser avec de l'humour, visiblement. Ça semblait avoir un piètre effet. Ses yeux paraissaient hypnotisés par ceux de Raven. Par ses lèvres. Ses lèvres. Non. C'était une grecque. Elle ne pouvait pas. Ne devait pas. C'était une prisonnière et elle sa geôlière. Raina leva ses yeux fermés au ciel comme pour essayer de s'emplir d'une résolution divine qui l'empêcherait de commettre l'irréparable sans réussir à se convaincre plus que ça. Tant pis. Fuck la raison. Son regard retrouva celui de Raven, tentant d'y dénicher une quelconque approbation. La rousse s'avança lentement vers elle. Au moins, si la brune le souhaitait, elle avait tout le temps pour lui foutre une tarte et ainsi mettre un terme à cet échange (encore inexistant ceci dit). Son cœur battait à tout rompre et son esprit était en proie aux doutes.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de hécate


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   Mar 29 Avr - 19:59

i was looking for a breath of life


Elle avait ressenti sa peur. C'était comme une évidence. Elle était faible, mais elle l'avait ressenti. La peur était pour elle un sentiment familier, elle l'avait toujours côtoyer. Même si Raina avait eu un peu peur, mais sans plus, Raven quant à elle paraissait choqué. Elle avait tout fait pour contrôler ce don, sans vraiment réussir à y faire passer l'émotion qu'elle aurait voulu y voir. Elle aurait aimé y voir un arc-en-ciel dans son obscurité. Une source de lumière. Une rousse.

« Je vais bien, ne t'en fais pas. » La voix ralluma Raven à ses pensées qui s'excusait. Piètre excuse. Mais bonne réponse. Malgré que cela l'apaise, Raven était toujours paniqué. Il fallait se rappeler que sa mère était la déesse de la folie et qu'elle ne laisserait aucunement sa propre fille être heureuse et ne plus avoir peur. Non, Raven devait se plonger dans l'obscurité pour l'éternité. Et la petite Millicent qui était en elle avait toujours peur. Elle serait toujours ce corbeau dans cette petite cage. À regarder le bonheur passer autour d'elle, sans en recevoir une part. « Mais, mais tu ne peux imaginer ... » Ses phrases étaient sortis de son esprit comme avant. Raven ressemblait bien à sa mère, balancer des phrases qui ne devaient pas sortir de sa tête ou à devenir un propre cauchemars humain. Elle était déjà la croquemitaine du camp. Oui, c'est ainsi qu'on l'appelait, depuis le jour où elle avait passé une mauvaise journée et qu'elle s'en prit sans le vouloir à son meilleur ami. Lui apportant un cauchemars des plus horribles. Elle se promettait de ne jamais réutiliser ce don, qui lui faisait plus peur qu'autre chose.

Ses mains rencontrèrent les joues encore pâle de la brune et elle murmura de nouveau. « Je vais bien. » Plus dure. Plus réelle. Raven réussi soudainement à relever la tête, comme si elle sortait d'hypnose. Elle venait de trouver son talon d'Achille. Cette rousse avait un don. Elle était plus que fabuleuse. Non. Raven en voulait plus. Elle le souhaitait. Et encore plus en la voyant se mordre la lèvre. Un nouveau battement de cœur souleva sa poitrine – et même son bas du ventre – elle était mal. « Bon... Je dois t'avouer que j'ai bien flippé quand même. » Raven émit un léger sourire, ce n'était pas simple c'est vrai. C'était un peu flippant, mais si Raina n'avait pas peur de Raven, que pouvait-il lui résister ? Elles se résistaient, l'une à l'autre. Un silence se creusa. Ce silence fut beau. Paisible. Raven voyait la beauté dans le regard de la rousse. Elle comprenait soudainement la sensation de folie. Elle était folle. Folle à lier de désir pour la rousse. Elles étaient bercés dans l'hypnose de la chaleur des flammes et la froideur de leurs âmes. Elles n'étaient que des carcasses vides, rejeté de la société ou de l'esprit. Des personnes perdant toute logique. Bien sûr que Raven devrait prendre ses jambes à son coup. Partir, au lieu de la voir. De la regarder, et d'aimer ce qu'elle pouvait apercevoir. Elle devait fuir. Ne pas revenir. Et oublier ce qui venait de se passer. Oublier Raina. C'était une romaine, une ennemie. Un plissement de cil. Elle ne voulait pas finir comme Roméo et Juliette. Mais Raina fut un rapprochement. Un rapprochement prudent puisqu'elle laissa de l'écart. Raven comprenait petit-à-petit. Elle n'avait jamais été forte dans les relations humaines. Elle n'avait jamais embrassé une fille. Non. Une femme. Elle n'avait jamais goûté aux lèvres d'une personne et pour elle, la notion du baiser ne se faisait que par pure plaisir égoïste de l'homme. Mais un baiser entre deux femmes, cela était une énigme pour elle. Comment fallait-il faire ? Son insouciance pouvait lui donner un petit air mignon et doux. Pour une fois. Elle enroula alors doucement ses doigts derrière la nuque de la rousse, touchant sa chevelure. Elle ferma les yeux et approcha ses lèvres. Et si elle se mettait à embrasser son œil ? Ça aurait été comique. Mais le plus comique n'était pas encore arrivé. Elle colla ses lèvres à celle de Raina avant de se rendre compte de son acte. Ses rosirent aussitôt et elle recula rapidement, comme surprise par ce contact. Elle rigola, telle une enfant doucement. « C'est si … délicat. » Raina aurait pu croire que Raven avait peur d'elle, mais non, au contraire. Raven voulait découvrir. En savoir plus. Son baiser fut si rapide que Raven se rapprocha de nouveau de Raina avant de coller son front contre le siens. Elle entremêla ses doigts entre ceux de Raina et reprit un nouveau baiser. Comme ci elle voulait apprendre à donner, et à recevoir. Ce baiser fut plus long, plus doux, plus timide, et encore plus sincère sur ce qu'elle pouvait ressentir envers les femmes. Envers une femme.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MUST ALWAYS BE SAELED..
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ROMAINE ✤ fille de trivia


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   Dim 4 Mai - 17:56

zoe & raina & raven
i was looking for a breath of life.
Migraine. Elle commençait à sérieusement avoir la migraine, après une journée à crapahuter dans la forêt, à entendre les jérémiades des grecs ET des romains. La jeune femme avait passé des heures entières à écouter ses légionnaires se plaindre de leurs multiples blessures, ou du fait qu'ils ne comprenaient pas pourquoi elle avait pris la décision d'emprisonner les rejetons grecs et de les ramener au camp Jupiter. Elle s'était donc contenté de croiser les bras et de leur lancer le regard de la-mort-qui-tue pour qu'enfin ils se taisent, et avait envoyé les deux filles d'Apollon dont elle ne se souvenait plus les noms soigner les demi-dieux blessés.
Et puis les pensées des gens lui donnaient mal à la tête. Savoir déjà tous les recoins de leurs esprits tordus et torturés la rendait confuse et encore plus irritable que d'habitude. Normalement, la brunette arrivait à créer une espèce de barrière qui empêchaient les réflexions des autres de lui bousiller l'esprit et de la rendre folle. Mais là non. Elle n'y arrivait tout simplement pas.
Elle soupira et jeta un coup d’œil autour d'elle. Elle était appuyée contre le tronc d'un arbre si haut qu'elle n'en apercevait pas la cime. Un enfant de Nox l'aurait peut-être vu, mais elle n'était juste qu'une fille maudite de Trivia, dont son ascendance lui avait carrément gâché la vie, en lui donnant des pouvoirs qu'elle peinait à maîtriser et qui l'avait rejeté de sa famille, de son père. Parfois, elle insultait tout bas sa mère quand elle regardait le ciel dégagé et parsemé de minuscules étoiles scintillantes. Le pire, c'était les nuits de nouvelle lune ; elle se sentait si mal qu'il lui fallait sortir de sa tente au camp et se réfugiait au temple de Bellone, là où bizarrement elle se savait en sécurité.  
Elle soupira de nouveau et se releva lentement, une main posée sur l'écorce de l'arbre. Elle n'arrivait décidément pas à dormir, alors autant bouger et essayer de faire quelque chose de constructif même si la nuit avait déjà étendu ses tentacules d'ombre sur le camp de fortune des sang-mêlés, et que les trois quarts des soldats dormaient déjà, épuisés par la longue journée de marche. Elle sentait qu'elle devait faire de même et allait fortement regretter sa décision le lendemain matin lorsqu'il faudrait de nouveau reprendre la route pour atteindre le plus vite possible les navires des romains.
La jeune femme noua ses cheveux en une tresse lâche, et grimaça légèrement en touchant sa pommette amochée par une coupure superficielle. Elle avait refusé de se faire soigner par les enfants du dieu solaire, considérant l'action comme une marque de faiblesse, et même si Raphaël avait lourdement insisté pour qu'elle se laisse faire, elle s'était contenté d'afficher son air le plus têtu et de secouer la tête. Très mature pour la prêteuse. Et puis, elle détestait que les créatures du soleil, si souriantes et aimables la touche elle, enfant des ténèbres. Alors, elle préférait les éviter le plus possible.
Plongée dans ses pensées – comme si celles des autres ne lui suffisaient pas – la brunette ne remarqua pas dans un premier temps les deux silhouettes presque enlacés à la lueur des flammes. C'est juste quand elle reconnut la voix de Raina, l'insupportable fille arc-en-ciel de la troisième cohorte – et elle se demandait d'ailleurs pourquoi elle l'avait accepté dans cette quête – qu'elle releva la tête et aperçut la rousse en pleine séance de nettoyage de bouche avec une autre femme qu'elle ne voyait que de dos. Un air consterné s'afficha sur le visage de Zoella qui ouvrit la bouche puis la referma aussitôt en fronçant les sourcils. Comment la romaine pouvait-elle se laisser aller à de telles... marques d'affection alors qu'ils étaient en pleine forêt et de surcroît entourés d'ennemis ?
La jeune femme, les bras croisés sur sa poitrine, fit exprès de marcher sur une brindille puis lança d'une voix indignée : « Qu'est ce que vous foutez là ? Vous croyez que c'est le moment pour vous rouler des galoches ? » Et c'est quand les deux femmes se retournèrent vers elle brusquement que la brune laissa échapper une exclamation de surprise. Car elle avait reconnu l'autre fille. Une saleté de grecque. Une prisonnière. Rapidement, elle s'approcha d'elles et les regarda pendant un moment sans dire un mot. Puis elle prononça d'un ton glacial : « C'est quoi ces conneries Raina ? Tu fricotes avec l'ennemi maintenant ? Comme si t'étais pas assez méprisable comme ça. » Les mots étaient durs, mais Zoella l'était naturellement, et en plus elle était maintenant assez énervée pour foutre quelques gifles à la rouquine. Mais à la place, elle se contenta de se pencher vers la romaine et lui chuchota à l'oreille : « T'as intérêt à régler ça. Je te reprends une seule fois avec elle ou une autre grecque sans personne autour et.. » Elle laissa sa phrase en suspens, mais sa voix était assez menaçante pour que Raina se fasse une idée de la sanction. Satisfaite, la jeune femme se redressa et recula lentement pour leur faire face à toutes les deux. Quelle bonne soirée, elle avait humilié son martyr préféré, et s'était divertie pendant un moment, malgré le fait que sa colère n'était toujours pas retombée. Un léger sourire en coin vint s'inscrire sur ses lèvres, et après un dernier regard mauvais envers la rousse, la romaine partit en direction du camp improvisé, laissant les deux femmes.


(c) sweet.lips

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ROMAINE ✤ fille d'iris


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   Dim 4 Mai - 20:30

i was looking for a breath of life


Les doigts délicatement posés sur sa nuque lui envoyaient des frissons le long du corps. Les deux jeunes femmes échappaient peu à peu à l'emprise du temps. C'était comme si leurs âmes s'extirpaient du commun des mortels pour danser une valse à l'unisson. Une valse que Raina aurait aimé sans fin. Immortelle. Éternelle... Une éternité qui ne dura malheureusement qu'une poignée de secondes, puisque Raven se retira de l'échange avec hâte. La rousse l'observa avec une confusion non dissimulée. Non. Elle ne pouvait pas supporter un rejet de sa part. Pas maintenant, pas après s'être laissée espérer. Pas après qu'elle l'ait laissée espérer... Son karma ne devait pas être si mauvais, si ? Le rire pur et chantant de Raven sut néanmoins éclaircir ses doutes. Délicat, donc. Un soupir de soulagement s'arracha à ses lèvres avant qu'un sourire ne vienne s'y esquisser. Raina aurait voulu exprimer son bien-être. Elle aurait voulu le crier au monde. Mais les mots restaient coincés au fond de sa gorge. Comme si ils n'avaient pas lieu d'être. Comme si un simple regard échangé pouvait les exprimer à sa place. Comme si leurs gestes à eux seuls portaient toute l'ampleur de cette euphorie. Raven posa son front sur le sien puis initia un nouveau baiser. La rousse profita de la chaleur du contact, buvant chaque seconde qui s'égouttait avec un mélange d'avidité, de désir et et de douceur.

Seulement, ce bonheur tourna court lorsqu'une voix extérieure vint s'immiscer entre elles. Ça avait été trop beau pour être vrai. Ou du moins pour être durable. Le corps alerte de Raina se tourna vers la source puis se raidit automatiquement. Cette voix, elle l'aurait reconnue entre mille : Zoella, une prêteuse du camp romain... Et accessoirement pas la meilleure amie de l'arc-en-ciel. Entendez par là tortionnaire sociopathe qui prenait un malin plaisir à la tourmenter dès que l'occasion se présentait. La rousse préféra d'ailleurs baisser les yeux à l'insulte plutôt que de rétorquer quoi que ce soit. Après toutes ces années à jouer les martyres, elle avait appris qu'avec Zoella plus qu'avec les autres, il valait mieux faire profil bas et encaisser en silence. La voir se rapprocher ne la rassura guère. Elle s'attendait au pire. Vraiment. Mais la prêteuse se contenta de lui chuchoter des menaces à l'oreille. Enfin, "se contenta"... Rien que le ton de sa voix était déjà assez dissuasif aux yeux de Raina. Un frisson de peur parcourut son échine, même une fois Zoella partie. Son regard lui avait glacé le sang. Comme tant d'autres fois. Et après on se demandait pourquoi elle trouvait les enfants de Trivia glauques et peu recommandables...

Raina n'osait même plus relever les yeux vers Raven. Elle venait de tout gâcher. Sa faiblesse, sa lâcheté, sa peur, tout, absolument tout lui remonta en pleine figure. Les pires cas de figures tournaient en boucle dans son esprit. Elle n'avait pas tant peur pour elle à vrai dire. C'était son lot quotidien. Mais c'était une toute autre affaire pour Raven : une prisonnière, un pièce éjectable au bon vouloir de la prêteuse. Une larme solitaire s'échappa du coin de son œil avant d'aller s'écraser salement sur le tronc d'arbre. Il fallait que ça cesse. Pendant qu'il en était encore temps. Pendant qu'elles n'étaient encore que deux illustres inconnues rencontrées le matin même. Oui, c'était la solution la plus sage. Et puis, quel avenir pour elles ? La grecque et la romaine, la fille de Trivia et celle d'Iris. Tout les opposait. Rien que la perspective d'une relation paraissait déjà condamnée à l'échec.

L'air s'engouffra dans ses poumons plus qu'à l'accoutumée. Après s'être convaincue par A plus Z que c'était mieux pour tout le monde, sans un mot, Raina se leva de son banc de fortune. Le regard à moitié dans le vide, elle resta plantée là quelques secondes d'un silence pesant, puis parvint à reprendre une certaine contenance. Elle essayait de paraitre la plus normale possible, elle parvint même à se doter d'un faible sourire. Pendant qu'il en était encore temps. Pendant qu'il était encore temps pour elle de lui résister. « Désolée... » Un morceau de cœur lui fut arraché par ce simple mot. Le silence s'alourdit d'avantage. S'étira jusqu'à ce que la sentence ne tombe telle une guillotine. « C'était une erreur. » Son cœur se morcela sous le coup d'une telle phrase. Une erreur. Oui. Ce baiser, ces interactions. C'étaient des erreurs. Raina essaya de s'en convaincre tant bien que mal. Et à force de se le répéter, peut-être que ça allait finir par rentrer dans son esprit. Sans lâcher un mot de plus, sans même un regard en direction de Raven, la rousse quitta cet endroit qu'elle jugeait à présent maudit.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de hécate


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   Dim 4 Mai - 21:41

i was looking for a breath of life





Raven appréciait le silence qui y régnait. Un silence profond et apaisant. La jeune femme n'avait plus de blessure, plus de baume au cœur. Elle se recousait doucement. Et en embrassant Raina, elle ne faisait que face à la réalité. Une réalité qu'elle devait accepter aujourd'hui. Elle aimait les femmes. Elle aimait plus que ça. C'était ça, les femmes ou rien. Le néant pouvait être calme, mais les femmes c'était mieux. Ça avait un côté calme et posé. Et Raven le savait, elle avait besoin de ça. Derrière sa peine et son air hirsute, elle avait besoin de ce sentiment. D'être une vraie femme et de le ressentir. Ce que l'on appelle la joie. Le sentiment de bien être. Elle le vivait. Raven était bien, dans les bras de la rousse. Et ci ce moment pouvait être l'éternité elle ne dirait pas non. Ses bras avaient un air calme et apaisant. Raina enlevait doucement les blessures qui noircissaient son cœur. Comme ci sa mère ne lui apportait plus les ténèbres et qu'elle voyait la lumière au bout du tunnel.

Une brindille brisée. Elle fut que réanimé à la douleur par une voix. « Qu'est ce que vous foutez là ? Vous croyez que c'est le moment pour vous rouler des galoches ? » Une autre femme. Une autre personne. Raven tourna la tête avant de voir une brune. Et ce regard. De loin, les deux jeunes femmes n'avaient rien à voir. Raven ignorait même que c'était tout simplement sa demi-soeur qui venait jouer la merde entre Raina et elle. Son cœur battit plus fort. « C'est quoi ces conneries Raina ? Tu fricotes avec l'ennemi maintenant ? Comme si t'étais pas assez méprisable comme ça. » L'ennemie. Et oui. Elle n'était que ça. Une ennemie de camp. Une gamine qui ne savait même pas ce qu'elle venait de faire. Ce n'était pas en jouant les Bella en détresse que sa prison d'or allait se briser. De ce mot, fricoter, elle se sentie catin. Comme ci ses lèvres allaient lui donner la permission de s'enfuir. Si elle le pouvait, elle serait restée avec des menottes h24 pour garder le sourire de Raina dans son visage. Raven se releva aussitôt, sous le choc des paroles, comme pour prouver qu'elle était supérieur. Qu'elle n'avait pas peur de cette brune. Elle chuchota quelque chose avant de partir. Raven regarda Raina, comme ci elle se retenait de ne pas cracher sur l'autre. La rousse devrait prendre ça pour un remerciement, Raven aurait parti au quart de tour. Elle ne se battait pas ou que très peu. Mais son homosexualité n'étant pas la chose la plus acceptée chez elle, elle fit tout pour ne pas y penser. Elle se retourna avec Raina avant de voir sa larme coulé. " ce n'est qu'une salope, je te l'avais dis. " Elle se sentait trahit. Et de nouveau seule. Seule dans son cauchemars mental. « Désolée... » C'est sûr. Elle était désolé. Et ça allait tout changé. Mais non Raven ne lui en voulait pas. Elle ne le pouvait pas. Si elle n'était pas si haineuse et renfrogné, elle dirait qu'elle a eu un coup de foudre. Que Aphrodite l'avait frappé au premier battement de cil de Raina. La rousse se releva et dépassa d'une dizaine de centimètres, la plus jeune.« C'était une erreur. »  Elle se brisa. Intérieurement. On lui avait plantée une flèche dans le cœur. Une flèche remplie de ténèbres.  Elle serra ses poings. Elle n'osait pas la faire souffrir. Si elle se contrôlait et qu'elle la haïssait vraiment, elle lui ferait voir les ténèbres le plus longtemps possible. Alors que la rousse lui tourna le dos, la larme fut plus forte que Raven et elle lui hurla, telle une hystérique. « T'ES QU'UNE FAIBLE ! UNE LÂCHE ! » Elle se parlait à elle-même. Mais aussi à Raina. Oui, c'était plus fort qu'elle et la brune se devait d'extériorisé sa haine. Elle hurla de pleins poumons avant de donner un coup de pieds de colère contre le bout de bois qui avait marqué leurs étreintes. Elle tomba à genoux avant de s'arracher les cheveux. " tu seras seule. seule à jamais. " Cette voix ne faisait que tinter dans un écho dans sa tête avant qu'elle ne s'éloigne des tentes pour hurler de pleins poumons. « Mais ta gueule ! Ferme ta putain de gueule bordel ! » Et c'est dans une colère enchaînée qu'elle frappa le premier arbre venu. Au bien sûr que les enfants de Déméter lui ferait revoir ses gestes. Mais les enfants de la forêt ne pourrait que la comprendre, venant de vivre le pire chagrin possible pour une adolescente assez traumatisé par sa propre personne. Raven s'égratigna rapidement les mains, les écorces se plantèrent dans sa peau. Elle frappait telle un robot, un automatisme de toutes ses forces. Elle frappait sans relâche, pour exprimer sa haine. Épuiser, elle tomba à genoux en regardant la lune et fit simplement. « Pourquoi ? » dans un chuchotement, avant de s'endormir, bercé par ses larmes et son désarroi.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MUST ALWAYS BE SAELED..
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: breath of life ≠ ravina   

Revenir en haut Aller en bas
 

breath of life ≠ ravina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ALIX ∞ i was looking for a breath of life
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OLYMPUS SOLDIERS ::  :: lieux de quêtes :: île des harpies :: est-