Partagez | .
 

 SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



MessageSujet: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Dim 30 Mar - 17:49

l'arrivée des amazones


Si vous souhaitez réagir à l'arrivée des amazones à la colonie, ou si votre personnage étant présent à ce moment là, c'est ici que vous le raconterez.   On encourage fortement les amazones à poster dans cette partie également, puisque ce sont surtout elles qui sont concernées :face:si vous avez des questions n'hésitez pas à envoyer un mp à un des membres du staff !


Après plusieurs jours à naviguer, les amazones furent bien heureuses de retrouver la terre ferme. La fatigue se lisait sur leur visage, tout autant que le choc et la honte. Tout c'était passé si vite qu'elles n'avaient pas eu le temps de se défendre. Certaines avaient bien essayé de protéger le repère au prix de leur vie, et c'était sans doute la perte la plus lourde à assumer. Que leur maison se soit fait attaquer était une chose, mais qu'elles aient perdu leurs sœurs en était une autre, sans parler de l'entreprise amazon qu'elles n'étaient plus capable de gérer. La situation était désastreuse, mais la reine, Nathaë, tentait de garder le sang-froid nécessaire pour commander ses troupes. Ils étaient dans le pétrin, certes, mais tout n'était pas perdu. Elle s'accrocha à cette idée, et puisa le courage nécessaire pour garder la tête bien froide. Il en fallait bien plus pour détruire les amazones, de plus, ce n'était pas comme si elles n'avaient nul part où aller. La colonie des sang-mêlés n'était plus très loin, et Chiron pourrait les aider. Leur offrir un logis. C'était leur seule solution, et elle était heureuse qu'aucune de ses fille n'ait contestée cette décision, même si elle savait qu'elle n'en plaisait à aucune. A vrai dire, cette idée ne lui plaisait même pas elle-même, mais en temps que responsable des amazones, elle n'avait pas d'autres choix. « Mes sœurs, nous continuons à pieds. »

Cette étrange mission d'harpies angoissait la colonie des sang-mêlés depuis une bonne semaine déjà. L'équipe de demi-dieux envoyés sur les lieux communiquait peu de nouvelles, ce qui avait le don d'inquiéter Chiron, et ce qui inquiétait Chiron inquiétait tout le monde. Même Dionysos, le responsable de la colonie avait du mal à cacher à quel point il trouvait la situation étrange. Il n'était plus rare qu'il rejoigne l'Olympe, et même s'il ne voulait pas dire pourquoi, personne n'était dupe. Quelque chose se tramait au dessus, et aussi peu de temps après les événements de l'Empire State Building, personne n'avait envie de retourner en guerre. Beaucoup de suspicions secouaient le camp, mais tout le monde faisait en sorte de ne pas trop y penser et de vaquer à ses occupations, cherchant le réconfort et la joie dans tout ce qu'ils pouvaient trouver.
Mais quand un pensionnaire, chargé de nourrir Peleus, le dragon gardant la barrière magique, courut vers la Grande Maison en criant, tout le monde arrêta de faire semblant. « Un groupe entier se dirige vers la colonie. » criait-il. Ca ne pouvait pas être des humains, puisqu'ils ne pouvaient pas les voir, mais leurs silhouettes n'étaient pas non plus monstrueuses. De plus, ils étaient trop nombreux pour que ce soit les demi-dieux partis en quête. Non, il s'agissait de femmes, vêtues de robes courtes et ceinturées, accompagnées d'une minorité d'hommes. Elles semblaient fatiguées mais marchaient d'un pas déterminé.

Un petit groupe se réunit non loin de la barrière, bientôt rejoint par Chiron, pour observer les deux premières amazones passer la barrière sans rencontrer quelconque difficulté. D'autres réussirent à passer, mais d'autres se frottèrent à la barrière. C'est alors que la première fille, qui dominait les autres, se tourna vers elle et prononça : « Moi, Nathaë Lambros, je vous autorise à franchir la barrière. » Chiron se redressa et fendit le groupe. « Nathaë, par les dieux. » murmura-t-il en galopant vers le groupe de filles, suivi par quasiment toute la colonie. « Nathaë, que signifie tout ceci ? » Son ton trahissait plus d'inquiétude que de colère. De près, les filles semblaient mal en point. Leur visage était déformé par la fatigue et la colère. Leurs vêtements étaient déchirés et on pouvait facilement lire à leur expression qu'elles étaient ici contre leur gré. « Nous avons été attaqué, notre repère est complètement détruit. Les amazones sont en exil. Nous avons traversé l'océan pour de l'aide, nous avons besoin d'un toit. » Le nom « amazone » jeta un froid sur la foule qui se confondit en murmure. Personne ici n'ignorait la légende des amazones, ni de quoi elles étaient capables. Si ces formidables guerrières se trouvaient à la colonie, c'est que quelque chose n'allait vraiment pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de perséphone


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Mar 8 Avr - 16:23

Les pieds dans l'eau, Nora observait les petits poissons qui nageaient entre ses chevilles. Le soleil sur sa peau, elle profitait de cet instant de bonheur. La jeune fille avait pris une journée sabbatique dans son entraînement, démoralisée par le fait de ne pas avoir été choisie pour la nouvelle quête alors que son ami y allait. Mais elle allait continuer à s'entraîner et décrocherait la prochaine quête, elle s'en fit la promesse silencieuse.
Sortant de l'eau, elle attrapa la serviette qu'elle avait apporté et s'essuya les mollets avant de renfiler ses chaussures. Son t-shirt orange tranchait sur le vert verdoyant de la nature qui entourait la jeune fille ainsi que sur le bleu azur du lac de la colonie. Nora tendit son visage vers le soleil, reprenant quelques forces. Bientôt, l'hiver serait là et elle se retrancherait sur elle-même, alors que sa mère descendrai aux Enfers, rejoindre son mari, Hadès.
Finalement, elle se remit en route, en prenant la direction de la grande maison. Elle aimait traînait aux alentours de la bâtisse et la situait comme le coeur de la colonie, là où tout d'important se passe. Elle salua son amie, Aurore, Oracle de la colonie. Cette dernière lui avait prédit que cette année serait celle de sa gloire. Participerait-elle enfin à une quête ? Elle l'espérait tant. Alors que la brunette se dirigeait vers l'entrée de la grande maison, là où se tenait son amie, pour pouvoir lui taper la causette, un garçon arriva en courant dans leur direction. Nora se retourna vers lui. Il criait, mais il était encore trop loin pour comprendre ce qu'il disait. La jeune fille se concentrait sur les paroles du garçon et au fur et à mesure qu'il se rapprochait, elle comprenait de mieux en mieux. « Un groupe entier se dirige vers la colonie. »
Nora redescendit en vitesse les quelques marches qui menait au porche de la maison, lançant un regard alarmant à Chiron. Puis elle se lança à sa suite, courant à son tour jusqu'à l'entrée de la colonie. Ce fut lorsqu'elle arriva au sommet de la colline qu'elle se rendit compte qu'elle n'avait pas son arc sur elle. Et s'il s'agissait d'envahisseurs ? Qu'elle sotte elle l'était ! Bien sûr, le seul moment où elle en avait besoin, elle n'avait pas son arme fétiche. Voilà pourquoi elle n'était jamais choisie en quête. Elle finit de marcher et rejoignit le centaure devant l'arbre de Thalia, en pleine discussion avec ce qui avait l'air d'être la chef du groupe en question. Ce dernier n'était constituait principalement que de filles, arborant de courtes robes. Nora s'approcha afin de saisir ce qu'il se disait. « Nous avons été attaqué, notre repère est complètement détruit. Les amazones sont en exil. Nous avons traversé l'océan pour de l'aide, nous avons besoin d'un toit. » A ces paroles, un murmure s'éleva de la foule des sang-mêlés et Nora put notamment saisir le terme "amazones". Etaient-elles les fameuses amazones ? Elle tourna le regard vers elles, surprises. Les amazones n'avaient pas pu se défendre ? La menace devait alors à prendre très au sérieux...
Comme personne ne réagissait, la jeune Young fit quelques pas de plus et prit la parole. « Chiron, nous pouvons les accueillir. Quelques bungalows ont des places de libre, elles peuvent loger avec nous. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de nyx


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Mer 9 Avr - 0:48


   
l'arrivée des amazones

   
sujet commun
   

   Marlee était le genre de jeune femme à ne pas laisser court à ses inquiétudes. Bien sûr qu’elle en avait, comme tous les autres pensionnaires du camp, mais elle avait appris à dominer ses doutes pour qu’ils ne dirigent pas ses actes. Alors que la colonie toute entière bouillonnait intérieurement en se questionnant sur les agissements de Chiron et sur l’absence de réponses de la mission d’harpies, elle faisait taire son anxiété en s’entraînant plus régulièrement et plus longtemps. L’exercice l’aidait à oublier les interrogations qui germaient dans son esprit, toutes liées au fait qu’elle connaissait ces demi-dieux et qu’elle craignait qu’il ne leur soit arrivé quelque chose. La première personne à laquelle elle pensait n’était pas Matthew, malgré le profond attachement qu’elle avait envers lui, mais Heather. Elles partageaient la même mère, certes, néanmoins au-delà de ce lien pseudo-fraternel – qui peut parler de réels liens du sang avec une divinité pour génitrice ? – elles avaient appris à se connaître avec le temps. Pour tout avouer, Marlee la respectait. Heather était à peine plus jeune qu’elle et elle portait pourtant déjà tant de choses sur ses frêles épaules qu’il était impossible de ne pas l’admirer. Certains la détestaient, parce qu’elle se montrait terriblement froide et acerbe depuis la disparition de son frère… Mais Marlee, elle la comprenait. Perdre une personne, un membre de sa famille, quelqu’un d’aussi bon que Nick, il fallait du temps pour s’en remettre. Et elle saisissait aussi l’importance que la jolie blonde donnait au but qu’elle s’était donné. Elle ne voulait pas faire le deuil de son frère, parce qu’elle était persuadée qu’il était quelque part. Cela, la jeune femme voulait bien le croire ; Nick était débrouillard et l’absence de corps était trop suspicieuse pour être logique.

Elle lâcha la corde de son arc, laissant filer la flèche entre ses doigts fins pour qu’elle aille frapper le centre de la cible en paille. Trop de pensées parasitaient son esprit, aussi prit-elle la décision de quitter le terrain d’entraînement pour une ballade improvisée. Elle rangea ses affaires, ne gardant sur elle que son ceinturon de cuir auquel pendait un fourreau sombre qui retenait son poignard en fer stygien, puis elle s’en alla. Sur le chemin, elle croisa d’autres pensionnaires qui portaient tous le même regard angoissé. Eux aussi craignaient pour la vie de leurs amis. Alexie, Kristofer, Evan… Elle les connaissait tous, elle les appréciait tous. Marlee serra les mâchoires, dissimulant sa contrariété derrière un masque d’impassibilité. Il arrivait que certaines personnes se trouvent sur son chemin, toutefois elles s’efforçaient toutes de lui laisser le passage. Par crainte qu’elle ne les bouscule ou par respect ? Sans doute un peu des deux, même si le respect tenait plus d’une sorte de répulsion liée au fait qu’elle soit la fille de Nyx et que son caractère ne soit pas des plus avenants.

« Un groupe entier se dirige vers la colonie. » Le cri résonna un peu plus loin, tirant la jeune femme de ses songeries. Était-ce le groupe de demi-dieux qui revenait enfin de sa quête ? Elle accéléra le pas, se retrouvant bientôt accompagnée de quelques autres pensionnaires. Ils rejoignirent les premiers arrivés, leurs silhouettes surplombées par l’imposante stature du centaure à la robe blanche. Chiron avait l’air inquiet. Marlee s’esquiva sur le côté pour atterrir juste au-devant, sa main gauche crispée sur le manche de son poignard. L’une des femmes prit la parole, autorisant ses compagnes à franchir la barrière invisible de la colonie. Nathaë. Elle fronça des sourcils, surprise de son interruption. « Nous avons été attaqué, notre repère est complètement détruit. Les amazones sont en exil. Nous avons traversé l'océan pour de l'aide, nous avons besoin d'un toit. » Elles étaient des amazones. En les voyant ainsi vêtues, femmes en surnombre et toutes armées bien qu’épuisées et blessées, le murmure de la foule fini par cracher le mot qui venait de germer dans son esprit. Amazones. Pour tous, ce n’était que des légendes vieilles de millénaires. Pour quelques rares d’entre eux, ils se doutaient que les Amazones n’étaient pas toutes éteintes. Mais c’était autre chose que de les voir débarquer à la colonie. Nora, positionnée à la droite, prit la parole, rompant les messes basses autour d’elle. « Chiron, nous pouvons les accueillir. Quelques bungalows ont des places de libre, elles peuvent loger avec nous. »

Marlee était d’accord avec elle, bien qu’elle n’aurait pas accepté aveuglément de recevoir des étrangères dans son foyer. Néanmoins, les blessures sur les corps des amazones ne laissaient aucune place à l’hésitation. « Elle a raison. Nous ne pouvons pas les laisser ainsi. » Et de toute façon, Nathaë a l’air de vouloir les faire rentrer quoi que l’on décide, songea-t-elle en observant les réfugiées passer la barrière une à une. « Offrons-leur au moins l’asile de la barrière, quant au reste… » L’une des amazones croisa son regard. Ses prunelles luisaient d’un éclat féroce, semblable à celui d’un animal sauvage acculé qui s’apprête à bondir sur son assaillant. Elle frissonna. « Nous pourrons toujours former un conseil plus tard. » Prenant les devants, Marlee vint à la rencontre des fières guerrières, offrant son bras aux plus blessées et essuyant quelques refus, mais finissant par aider d’autres. Il fallait les mettre à l’abri, leur offrir au moins quelques soins et du repos. En tout cas, c’était ainsi qu’elle agirait, qu’importe ce que ses compagnons décideraient dans son dos.

   
Code by Fremione.

   

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

"Darkness does not equal to evil,
just as light does not always bring good"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils de persephone


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Mer 9 Avr - 14:51

La journée est chaude au camp. Son corps mince aux os saillants coincé sous son t-shirt orange de la colonie des Sang-Mêlées, Drew participait à l’entretien des fraisiers, activité essentielle à la survie de cet antre de paix pour les enfants des Dieux. Résidant à l’année, il s’était toujours redevable envers Mister D et Chiron  pour lui avoir proposé un foyer loin de son père et de sa belle-mère qui devait filer le parfait amour depuis son départ. Cependant, il les voyait de temps en temps, durant les fêtes en famille. Ce n’était jamais une partie de plaisir, malgré la joie qu’affichaient ses parents. Il aurait aimé qu’ils le comprennent. C’était sûrement trop demandé à de simples mortels.
Quoiqu’il en soit, dès qu’il le pouvait, le jeune demi-dieu donnait un coup de pouce aux enfants de Déméter de Dionysos, notamment grâce à son affinité particulière avec le genre végétal. L’été, c’était la période de cueillette des succulents fruits rouges que la colonie vendait aux restaurants de l’Olympe, ce qui revenait à gagner assez d’argent pour couvrir les besoins évidents de ce petit village grec. Si l’on voulait en arriver là, le travail de la terre était indispensable. Certains pouvaient trouver cette opération dégradante pour un chef de Bungalow tel que Drew. Pour lui, pourtant quelqu’un de fier et noble, c’était tout à fait normal. D’autant plus que même si  c’était épuisant, utiliser ses capacités dans leur but premier lui donnait bonne conscience.
Les mains posées sur la terre humide malgré l’ardeur solaire, il canalisait son énergie mentale. Depuis son arrivée à la colonie, huit ans plus tôt, il avait bien progressé en ce qu’il appelait très scientifiquement la chlorokinésie.  En quelques instants seulement, il s’était connecté à toute une ligne de fraisiers, si bien qu’il pouvait se laisser aller à penser qu’il était physiquement liés à eux. Un ordre mental plus tard, les fraises tombaient toutes dans les sceaux sous elles, en un bruit net, presque propre. Satisfait, le fils de Perséphone se leva, admira le soleil la main en visière, pris d’un léger tournis. S’essuyant le front sueur du revers de sa pâle main, il crut entendre des cris, répétés de part et d’autre de la colonie. Les sens en alerte, il attrapa nerveusement Sarracénie, sa dague en fer stygien, offerte par sa mère, quelques mois auparavant.  
« Un groupe entier se dirige vers la colonie ! Un groupe entier se dirige vers la colonie ! » Le message était clair : danger aux portes de l’arbre de Thalia. Quelques regards échangés avec une jeune fille de Déméter suffirent à le mettre en marche. D’abord, il quitta les champs avec de pas rapides avant de courir comme un dératé jusqu’à l’entrée. C’est précisément dans ces cas, pensa-t-il, qu’il aurait aimé être capable de voyager à travers les ombres. Sa chlorokinésie chérie, aussi utile soit-elle, ne l’aidait pas vraiment quand il s’agissait de détaler comme un lapin. Dans sa tête, il imagina tous les scenarii possibles : attaque de cyclopes, énième sournoiserie des Douze, arrivée massive de demi-dieux – aussi peu probable soit-elle -, … Drew avait beau tout énumérer, il ne parvint à ne serait-ce qu’effleurer la réalité. Il passa devant la grande maison où il ralentit le pas, imité par une dizaine de ses camarades. Il écouta, celle qui semblait être sa sœur (sa voix si chère lui était désormais discernable au milieu de n’importe quelle cacophonie, de telle sorte que même s’il ne la voyait pas, il la reconnaissait) et Marlee, à deux personnes devant lui. Des Amazones. A vrai dire, il n’avait jamais été confronté directement à ces énergumènes. Au fond, il se dit qu’elles ne pouvaient être pires que ses propres sœurs. A leur tête, Nathaë, fière et droite, n’égalait que le souvenir qu’il avait d’elle. L’air était lourd, la situation semblait grave. Elles demandaient de l’aide et ce n’étaient pas vraiment le genre de ces femmes fatales. Le problème devait être de taille pour qu’elles agissent ainsi. Le ton était donné.
S’éclaircissant la voix, il se fraya un chemin jusqu’à l’épicentre. L’air grave et déterminé, il prenait secrètement un malin plaisir à jeter des froids comme celui-là. A ses pieds, tournoyaient des lianes, reflet extérieur incontrôlé de son être. Il se décida alors à lâcher : « Effectivement, nous devrions les loger quelque part, en attendant que le Conseil statue de leur sort. Nous leur devons bien ça. » Un regard complaisant mais nullement condescendant leur fut envoyé. Selon Drew, leur aide était évidente. Ils se devaient de les aider, elles qui, jadis, appartenaient à la colonie, du moins pour une bonne partie d’entre elles. Les amazones s’étaient décidées à les quitter, mais ce n’était pas pour autant de leur tourner le dos dans des situations d’urgences telles que celle-ci. De plus, Andrew estimait qu’il serait préférable d’en savoir plus sur le danger qui avait su faire fuir ces guerrières tout à fait redoutables. Mais apparemment, pas si intouchables que cela.
Il croisa les bras et regarda Chiron puis Nora, qui venait de proposer – plutôt inconsciemment – leur bungalow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils d'aphrodite


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Mer 9 Avr - 16:59

Le soleil brillait haut dans le ciel, baignant la colonie de ses rayons. La chaleur ambiante était lourde et avait plongé à peu près chaque muscle constituant le corps de Maxiel dans une sorte de léthargie contre laquelle il était difficile de lutter. Le jeune homme s’était allongé plus tôt dans la journée non loin de la Grande Maison, au bord de la rivière qui coulait vers le lac, plus bas, et séparait les côtés Est et Ouest du camp. Il s’était installé là, estimant le moment idéalement adéquat à une occupation des plus nobles : la sieste. C’était une chose qu’il se permettait bien rarement, ayant toujours quelque chose à faire. Il était ce genre de personne excessivement occupée, pour la simple et unique raison qu’il ne jugeait personne apte à accomplir la plupart des tâches qu’il remplissait aussi efficacement que lui. Il profitait donc de ce qu’il pensait être une journée d’accalmie pour se prélasser sans se soucier de l’état du bungalow qui était impeccablement rangé, ou de son imbécile de sœur que tout le monde détestait dans la colonie.

Il avait même réussi à s’assoupir, ce qui était pour lui quelque chose d’assez exceptionnel. Dormir ailleurs que dans le confort d’un lit king-size à baldaquin ? Le concept lui était totalement étranger, il n’en comprenait pas l’absurdité. Et pourtant, voilà que ses yeux se fermaient et que sa tête, appuyée contre un rocher, s’enfonçait dans ses épaules. Il se perdit dans son inconscient et suivit en les méandres, alors que le soleil continuait sa course au-dessus de lui. Il marchait le long d’un chemin tortueux bordés de roses aux couleurs de l’amour et de coquillages nacrés tandis que, de bourgeons, des hommes au physique d’Apollon sortaient pour le rejoindre dans sa promenade du plaisir. Ils étaient tous dans leur plus simple appareil, de légers voiles ne cachant que ce qui devait l’être (c’est-à-dire bien, bien peu de choses). Soudainement, alors que le paysage s’assombrissait et que petit à petit, tout autour de lui s’effondrait, le soleil se voyait doter d’un visage et se mettait à hurler : « Un groupe entier se dirige vers la colonie ! Un groupe entier se dirige vers la colonie ! » à répétition.

Les paupières du jeune demi-dieu s’ouvrirent brusquement lorsqu’il comprit que les cris n’étaient pas le fruit des bizarreries des profondeurs de son esprit, mais qu’ils perçaient bien la réelle tranquillité à laquelle il s’était permis de s’abandonner. Il se redressa et eut vite fait de déceler l’origine de cette perturbation : un de ses camarades hurlaient cela non loin de là, aux abords de la Grande Maison, et sans doute avait-il commencé sur sa route jusque là. Il prit appui avec sa main sur le rocher, banda ses muscles encore quelque peu ankylosés, et se releva avant de se précipiter jusqu’au pin de Thalia. Les murmures alentours et le flot de personnes courant dans la même direction donnant raison à ses instincts. Comme s’il en eut besoin.

En arrivant sur les lieux, il se rendit compte qu’il n’avait sur lui que la petite dague qui lui appartenait et qu’il ne quittait jamais. Même le plus stupide et intrépide des fils d’Arès aurait réalisé qu’en cas d’attaque, il aurait bien du mal à faire le poids, et cette idée ne plaisait pas à Maxiel. Rapidement, un demi-cercle s’était formé, entourant la raison de tout ce grabuge : l’arrivée imprévue d’une horde d’individus étrangers, dont les habits guerriers avaient rapidement trahi les origines. Des amazones. C’était bien les dernières créatures qu’il s’attendait à voir arriver à la colonie. Sa surprise n’en fut que plus grande lorsqu’il apprit la raison de leur venue. De l’aide. Voilà une demande bien peu habituelle de leur part. Quel genre de catastrophe avait bien pu les mener à revenir sur l’un de leur plus grand désir, celui de rester éloigné de tout ce qui touchait de près ou de loin au mont Olympe ? La situation devait sûrement plus grave qu’elle n’en avait l’air. Il était du devoir de la colonie d’accepter le séjour de cette civilisation dans leur enceinte, du moins le temps de trouver une solution permanente, et il en avait parfaitement conscience. Tant qu’elles n’empiétaient pas sur son territoire et qu’elles ne lui causaient aucun tort, il n’avait pas de raison de refuser leur présence. Jusqu’à ce que ce fils de Perséphone ne se décide à ouvrir sa bouche. Enfin, rendons lui justice, appelons-le par son prénom : Drew. Ne pas lui accorder ce crédit serait hypocrite, vu l’importance que Maxiel lui accordait (fut-ce contre sa toute volonté).

Les deux demi-dieux s’étaient retrouvés dans cette espèce de piège sentimental qu’aucun des deux n’avaient prévu. Leurs différends étaient tels qu’il était plus improbable d’imaginer un quelconque rapprochement entre les deux. Et pourtant. Tous dans le camp étaient au courant que si ces deux-là jouaient toujours à opposer leur avis à celui de l’autre, c’était parce que quelque chose d’étrange et de peu stoïque les unissaient.

Ainsi, le fils d’Aphrodite s’avança pour se placer devant son rival – est-ce vraiment juste de l’appeler ainsi ? – tout en clamant : « Êtes-vous vraiment sûrs que ce soit une bonne idée ? Les amazones n’ont-elles pas tenu à affirmer leur totale indépendance et à rejeter toute forme de communication avec le peuple grec ? » Il sentit des regards intrigués, parfois même choqués, se diriger vers lui. Une part de sa lucidité avait conscience que son intervention pouvait se révéler stupide. « Pourquoi devrions-nous subitement les accepter tandis qu’elles se pointent comme des fleurs, comme si rien ne s’était passé ? Pourquoi leur permettrions-nous de ne pas assumer leurs actes ? Et en quoi sommes-nous assurés que leurs intentions ne nous sont pas cachées et qu'elles ne nous porteront aucun préjudice ? » C’était tout bonnement plus fort que lui, c’était dans sa nature : il devait lutter pour son propre intérêt.

Et son intérêt, dans l’immédiat, était d’aller à l’encontre de ce que suggérait Drew.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils d'amphitrite


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Mer 9 Avr - 20:39

Installé aux abords du lac, Dick était en train de polir son trident du mieux possible. Le nettoyage n'était pas son fort, mais pour son armement il se devait de faire un effort. Après une bonne séance d'entraînement dans l'arène, il souhaitait remettre son arme aussi belle qu'au tout début. Malheureusement le temps et les combats qu'elle avait vécus, rendaient cet exploit impossible pour le jeune homme. Il essayait quand même de faire de son mieux tout en profitant de la vue sur l'eau calme face à lui. Ainsi que celle de son amie au loin qui lui en voulait. Nora. Il avait beau se retourner le cerveau, Dick n'arrivait pas à saisir pourquoi elle lui en voulait autant. Car il avait failli participer à cette maudite quête ? Il n'avait pas été choisi. Donc pourquoi continuer de lui en vouloir ? Les filles sont d'un compliqué, se disait-il.

Lorsque, après une bonne demi-heure, le jeune homme compris que son arme ne pouvait pas être plus propre, il décida de la ranger soigneusement dans son bungalow. Ou plutôt celui des Hermès qui l'accueillaient. Sauf qu'il n'en eut pas l'occasion. Apercevant un garçon, descendre la colline du pin de Talia en hurlant, il préféra garder son arme en main. « Quelqu'un a encore oublié de nourrir Peleus ? » Se demanda-t-il pour lui-même. Il n'en fallut pas plus pour que Dick monte voir ce qui se passait. Accompagné d'autres pensionnaires tout aussi curieux que lui, il arriva près de la barrière magique pour apercevoir un groupe de jeunes filles se diriger vers eux. Toutes étaient dans un état catastrophique, comme si elles avaient combattu non-stop depuis une semaine. S'appuyant sur son trident près du Dragon protecteur du pin de Talia, le jeune homme observait sans dire un mot. C'est alors que d'autres pensionnaires finirent par les rejoindre, ainsi que Chiron. Un échange de parole s'en suivi entre le centaure et la porte parole des filles. Et celle-ci, permettant aux autres de passer la barrière - ce qui signifiait qu'il y avait soit des monstres, soit des humains dans leur groupe - elle finit par lâcher qu'elles étaient les légendaires Amazones. Des murmures ne tardèrent pas à cette annonce. C'est alors que Nora - Dick ne l'avait même pas vu arriver - proposa de l'aient accueillir dans leurs bungalow. Le garçon en sursauta presque. Offrir aussi facilement l'accès à leurs habitations à des personnes potentiellement dangereuse et sur qui ils ne savaient rien... cette idée lui restait en travers de la gorge. Une fille, Marlee Weaver, acquiesça. Bien qu'elle ait le mérite d'être un peu plus prudente en leurs laissant seulement le droit d'accès à la barrière pour le moment. Dick se dit que c'était normal, ça devait être un truc de fille. Genre la « solidarité féminine ». Sauf qu'un garçon proposa également de les loger. Le fils de la mer n'en revenait pas. La colonie était-elle devenue le monde des bisounours tout à coup ?

Heureusement, il y a eu son sauveur. Maxiel White. Lui n'était pas d'accord avec les autres et souligna le fait que les Amazones avaient elles-mêmes rejetées les grec. Il n'en fallut pas moins pour que Dick prenne enfin la parole. Toujours appuyait d'un air très à l'aise sur son trident. « Je suis d'accord avec lui. Si les légendes disent vrais sur elles, vous les filles n'avaient rien à craindre, mais nous les mecs... » Il tourna la tête vers certains de ces camarades pour vérifier qu'il avait leurs soutient pour le coup. Derrière lui, des pensionnaires du bungalow des Hermès semblaient acquiescer ses propos. « Donc avant de leur donner accès à tout ce que l'on possède, j'aimerais au moins savoir si je dois m'attendre à avoir des problèmes avec elles. » Il lança un regard de défis vers les Amazones. Qui pouvait aussi bien signifier : « Je ne vais pas vous laisser m'envahir aussi facilement. » ou ce qu'elles choisiraient de sous-entendre.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

    Welcome to the Show !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de perséphone


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Jeu 10 Avr - 7:28

Alors que l'arrivée des amazones faisaient jaser à la colonie, Nora avait de suite proposé de les accueillir dans leurs bungalows les plus vides. Un silence s'était ensuivi et au bout d'un petit moment, une jeune fille que Nora connaissait plus ou moins, prit la parole. « Elle a raison. Nous ne pouvons pas les laisser ainsi. Offrons-leur au moins l’asile de la barrière, quant au reste… Nous pourrons toujours former un conseil plus tard. » Nora sourit à Marlee, ravie d'être soutenue. Mais sa victoire ne fut pas de longue durée, son frère s'avançant lui aussi au centre du cercle. « Effectivement, nous devrions les loger quelque part, en attendant que le Conseil statue de leur sort. Nous leur devons bien ça. » Le regard qu'il lui adressa ensuite lui fit très clairement comprendre qu'il refusait que leur bungalow serve d'asile à ces filles. L'imitant, Nora croisa les bras sur sa poitrine et lui adressa un regard de défi. Entre eux, malgré le fait qu'ils s'adorent, il y avait une sorte de rivalité, sûrement dû au fait que Drew occupait le poste que Nora désirait avoir. Mais c'était dans la nature de la jeune fille d'aider son prochain, alors elle ne voyait pas pourquoi elle refuserait d'aider les amazones alors que son bungalow était presque vide. Perséphone n'était pas ce qu'on pouvait appeler une séductrice. Pas comme Aphrodite ou Apollon en tout cas.
Un nouveau demi-dieu fit son entrée au centre de l'attention. Nora fit la moue en apercevant Maxiel. Entre les deux jeunes, ce n'était pas l'entente parfaite. Surtout qu'elle devinait qu'il se passait un truc entre le fils de l'Amour et son frère. Et Nora n'aimait pas ça. Vraiment pas. « Êtes-vous vraiment sûrs que ce soit une bonne idée ? Les amazones n’ont-elles pas tenu à affirmer leur totale indépendance et à rejeter toute forme de communication avec le peuple grec ? Pourquoi devrions-nous subitement les accepter tandis qu’elles se pointent comme des fleurs, comme si rien ne s’était passé ? Pourquoi leur permettrions-nous de ne pas assumer leurs actes ? Et en quoi sommes-nous assurés que leurs intentions ne nous sont pas cachées et qu'elles ne nous porteront aucun préjudice ? » Nora leva les yeux, exaspérée. Il avait fallu qu'il se dresse contre la volonté des autres pour exprimer son point de vue. Qui, encore une fois, était centré sur le jeune homme. Elle s'apprêtait à riposter quand une voix s'éleva de la foule. « Je suis d'accord avec lui. Si les légendes disent vrais sur elles, vous les filles n'avaient rien à craindre, mais nous les mecs... » Nora pourrait discerner cette voix entre milles. La foule de sang-mêlés s'écarta et la jeune fille put découvrir son meilleur ami, appuyé contre le pin de Thalia. Ses yeux s'écarquillèrent. Même Dick n'était pas d'accord avec elle et partageait l'avis du narcissique. « Donc avant de leur donner accès à tout ce que l'on possède, j'aimerais au moins savoir si je dois m'attendre à avoir des problèmes avec elles. » Nora laissa ses bras retomber le long de son corps et croisa le regard de son meilleur ami. Depuis que les candidats de la quête avaient été choisies, ils ne s'étaient pas reparlé, la jeune fille ayant eu du mal à avaler le fait qu'il veuille partir. Enfin non, ça elle comprenait. Ce qu'elle lui reprochait, c'était qu'il ne lui en ait pas parlé. Elle fit quelques pas en direction des réticents et reprit la parole avant qu'une quelconque personne ne partage son avis contradictoire à celui de Nora. « Ne soyez pas ridicules ! Les amazones sont chez nous, vous croyez vraiment qu'elles imposeront leur politique ? » Se retournant vers le groupe de guerrières, elle poursuit. « En tout cas, elles n'ont pas intérêt. Notre maison, nos règles. » Elle jeta un regard de défis aux amazones et fit quelques pas en arrière, laissant la place à la suite du débat.
Tandis que d'autres reprenaient la parole, elle ne pouvait s'empêcher de regarder Dick. Elle était nulle d'éviter Dick depuis la fameuse soirée. Il fallait qu'ils parlent, et au plus vite. Déjà que l'absence de Matthew pesait sur elle, Nora n'allait pas se permettre de perdre son meilleur ami aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

AMAZONE ✤ fille d'eris


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Ven 11 Avr - 14:57

Le visage d'Iona était ravagé par la fatigue quand elles arrivèrent à la colonie des sang-mêlé, mais la vue de pin de Thalia échoua à lui apporter le réconfort qu'elle espérait y trouver : Au lieu de ça, de l'amertume prit place dans son cœur, et un grognement sévère s'échappa de ses lèvres alors qu'elles dévalaient la colline.
Elle avait espéré ne plus revoir cet endroit de sa vie. En réalité, elle pensait ne plus jamais y remettre les pieds. Mais la voilà, elle et ses sœurs, contraintes de supplier les grecs pour de l'aide. Quelle humiliation. Elle avait l'impression que, quelque soit la situation, ce camp de malheur lui apportait la honte. Elle était partie à cause de ça, mais revenait, et devait encore l'affronter. Son orgueil et sa fierté, malgré la fatigue, avaient le plus grand mal à l'accepter.

Les amazones arrivèrent au niveau de la barrière magique, près du pin de Thalia, et leur reine, Nathaë, la franchit sans aucun problème. Iona, qui la secondait la passa aussi sans rencontrer la moindre difficulté. Les sang-mêlés que comptait leur rang les suivirent mais les autres, de sang humain, furent incapable de passer. « Moi, Nathaë Lambros, je vous autorise à franchir la barrière. » Alors qu'elles étaient toutes là, un petite sourire naquit sur les lèvres d'Iona qui ressentit soudainement un certain soulagement : après de longs jours de voyage, elles étaient enfin saines et sauves. Du moins pour le moment.
Mais soudain, une migraine apparut de nul part et fit disparaître ces réjouissantes pensées, ainsi que son sourire. Un murmure siffla dans son esprit sans qu'elle puisse en comprendre le sens. Un murmure en colère qui s'évanouit aussitôt, en même temps que la douleur qu'elle avait engendrée.
Heureusement, personne ne semblait l'avoir remarqué, et même si quelqu'un avait vu quelque chose, elle s'en fichait car Chiron arrivait déjà au galop, suivi d'une troupe de sang-mêlés. Elles allaient devoir se confronter aux grecs.

Iona n'avait pas oublié Chiron. A son arrivée à la colonie, il avait tout fait pour l'intégrer, et ne l'avait jamais traité différemment des autres pensionnaires. Mais elle avait toujours vu que derrière son rôle de professeur, il se méfiait d'elle.
Parmi le groupe de demi-dieux à ses sabots, l'amazone n'eut aucun mal à reconnaître certains visages. Tellement de temps avait passé, mais ses souvenirs n'en avait pas été affecté, et elle se rappelait parfaitement de qui était qui. Ceci n'arriva pas à la calmer, car elle ne s'était liée d'amitié qu'avec très très peu de personnes. Au contraire, son visage fatigué se durcit, laissant place à une expression guerrière typique des amazones, et elle se mit sur la défensive.
Tandis que leur reine expliquait la situation à Chiron, Iona sentit des regards se poser sur elle. Des regards estomaqués de ceux qui la reconnurent. De toutes évidences, personne ne s'attendait à la revoir ici, et surtout pas en tenue d'Amazone.

A peine Nathaë avait fini de conter son récit que des murmures secouèrent l'assemblée. Tout le monde pensait quelque chose, mais personne ne semblait oser le dire. Un immense malaise s'était abattu sur la foule regroupée non loin de la barrière, mais Iona s'en était douté. La situation était assez singulière, et elle s'étonnait même que certains n'avaient pas déjà sorti lances et épées. Mais, quelqu'un osa prendre la parole. « Chiron, nous pouvons les accueillir. Quelques bungalows ont des places de libre, elles peuvent loger avec nous. » Iona reconnut la voix de Nora, mais ne lui lança aucun regard. Au lieu de ça, elle scrutait la foule, pointant son regard de glace vers ceux dont la réaction trahissait leur envie de les foutre à la porte. Elle sentait. Elle sentait la discorde dans leur rang, monter lentement. Certains n'étaient pas d'accord avec ce que Nora proposait, mais ils n'osèrent pas se prononcer. Pour l'instant, seuls ceux en faveurs de les accueillir osaient intervenir. « Elle a raison. Nous ne pouvons pas les laisser ainsi. » dit ainsi Marlee, que Iona reconnut directement. Son regard glissa vers elle tandis qu'elle s'avançait vers elles pour en aider certain, mais elle resta complètement indifférente.  « Effectivement, nous devrions les loger quelque part, en attendant que le Conseil statue de leur sort. Nous leur devons bien ça. » Dit ensuite un autre. UN autre. Le regard de l'amazone vola jusqu'à l'homme qui s'était adressé en leur faveur, et elle fut étonnée malgré elle. Mais elle ne releva pas. Elle voulut lui adresser un mouvement de tête reconnaissant, histoire de, mais ce fut au dessus de ses forces. Heureusement, Nathaë s'en chargea.
Elle commençait à penser que la partie était gagnée, mais ne vit pas venir la prochaine réplique. « Êtes-vous vraiment sûrs que ce soit une bonne idée ? Les amazones n’ont-elles pas tenu à affirmer leur totale indépendance et à rejeter toute forme de communication avec le peuple grec ? » Cette fois-ci, Iona ne réussit pas à rester indifférente. Elle vrilla son regard sur l'homme qui s'était avancé et entendit derrière elle ses sœurs amazones se raidir, ainsi que des lames glissant lentement en dehors de leur fourreau. Elle-même posa sa main sur la manche de son poignard, accroché à sa ceinture. Visiblement, aucunes d'elles ne se sentaient d'humeur à subir un quelconque acte de provocation. Elles ne feraient aucun usage de la violence à moins que ça soit nécessaire, mais il ne faudrait pas que ces imbéciles pensent que les amazones étaient tout à coup devenues faibles, et que même fatiguées, elles n'étaient pas capable de se défendre.
Nathaë tendit autoritairement son bras sur le côté, stoppant tout mouvements. Ses sœurs comprirent le message, et se détendirent directement, prenant sur elle, malgré la suite des paroles du garçon. « Pourquoi devrions-nous subitement les accepter tandis qu’elles se pointent comme des fleurs, comme si rien ne s’était passé ? Pourquoi leur permettrions-nous de ne pas assumer leurs actes ? Et en quoi sommes-nous assurés que leurs intentions ne nous sont pas cachées et qu'elles ne nous porteront aucun préjudice ? » Si la situation n'avait pas été aussi critique, Iona savait parfaitement comment se serait terminé cette altercation. Une flèche plantée entre les deux yeux du garçon, comme punition d'avoir eu le culot de leur parler ainsi. En plus d'être un homme, il était idiot … remarque, c'était plus ou moins ce qui caractérisait un homme, c'est pourquoi Iona ne fut pas plus étonnée que ça de le voir se prononcer en leur défaveur, ou même de voir un autre l'appuyer. « Je suis d'accord avec lui. Si les légendes disent vrais sur elles, vous les filles n'avaient rien à craindre, mais nous les mecs... Donc avant de leur donner accès à tout ce que l'on possède, j'aimerais au moins savoir si je dois m'attendre à avoir des problèmes avec elles. »  Elle voulut prendre la parole, mais Nora fut plus rapide, et lui coupa l'herbe sous le pieds. « Ne soyez pas ridicules ! Les amazones sont chez nous, vous croyez vraiment qu'elles imposeront leur politique ? En tout cas, elles n'ont pas intérêt. Notre maison, nos règles. » Le visage d'Iona se tordit en un rictus devant tant d'insolence. Elle savait les demi-dieux non dépourvu de courages, mais pas certains qu'ils auraient fait autant les malins si elles étaient arrivées en pleine formes. Elle associait leur attitude envers les amazones à de la lâcheté pure et simple, comme si elles ne valaient plus rien blessés, et que ça leur donnait le droit de débattre de leur sort. Mais malgré son agacement, Iona prit sur elle. Toutefois, elle ne put s'empêcher de vouloir réagir, et pour cela, elle s'avança de quelques pas vers la foule. « Votre amie à raison, nous ne sommes pas là pour chercher des ennuis, et croyez-moi, nous n'avons pas l'intention de nous imposer. Pour ceux qui craignent d'avoir des problèmes avec nous, sachez que nous n'en chercherons aucuns tant que vous n'en chercherez aucun de votre côté. Et pour ceux qui doutent de nos intentions ... » elle vrilla son regard vers le premier homme a avoir pris la parole : « … commencez par questionner les vôtres, en vous demandant ce que refuser de l'aide à quelqu'un qui la demande fait de vous. » Elle n'avait pas eu besoin d'utiliser son pouvoir, puisqu'il ne s'agissait pas de mensonges. Puisque certains ne semblaient pas pour les accueillir, espérons que cette petite tirade ait remis les pendules à l'heure.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

YOU'LL NEVER KNOW WHAT HIT YOU
WON'T SEE ME CLOSING IN, THE DEVIL WHITIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils d'athéna


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Lun 14 Avr - 2:34

l'arrivée des amazones
alors que la journée s'annonçait resplendissante
L'infusion teintait lentement le fluide d'une couleur, le vert, alors que l'eau condensée s'étirait en moult spirales vers le ciel, désormais gazeuse. Les feuilles, auparavant craquelées et séchées, s'hydrataient, donnant leur saveur au breuvage, se décomposant, disparaissant sous l'effet de la chaleur. Observant, distraitement, comme à son habitude, la fusion qui progressait, il tentait vainement de comprendre un texte, affiché sur son portable, sa dyslexie opposant la plus farouche résistance. Mollement installé sur le bord du lac, visiblement décontracté, il pouvait contempler, de sa position, d'autres pensionnaires qui vaquaient à leurs occupations. Ils s’entraînaient. Ils plaisantaient. L'un astiquait son trident, l'autre était plongé dans les mystères de la sieste... Alors que lui se questionnait, s'interrogeait, ignorant le sort des dix sang-mêlés envoyés affronter des harpies.

Deux d'entre eux étant de ses frères et sœurs...

Troublé, oui, il l'était. Troublé par l'absence de nouvelles. Troublé par l'indifférence et l'inaction de Chiron. Troublé par l'incertitude planant sur cette mission qui aurait dû si bien se passer. Ces inquiétudes, mêlées aux rayons chauds et apaisants du soleil, qui le poussaient dans un état quasiment léthargique, plongeaient son esprit, en habitude si éveillé, dans le chaos, la contradiction. Inefficace, voilà un adjectif qu'on aurait pu lui attribuer à ce moment précis, un comble, pour un fils d'Athéna. La tendance, déjà bien installée, n’allait pas en diminuant, alors que plus il se démenait pour penser, plus son raisonnement s’embrouillait, se désorganisait. Ah, l’ironie ! Une ironie estimée comme étant délicieuse par votre dévoué Narrateur, qui, encore une fois, s’égare, s’éloigne de son sujet, de son centre d’intérêt. D’ailleurs, Thomas – car, vous l’aurez deviné, c’était bien lui qui était victime de notre attention – après quelques minutes à se débattre contre sa propre fatigue, se décida finalement à abandonner, pour aller rechercher le réconfort dans le liquide, la boisson, qui l’attendait.

Alors qu’il portait la tasse à ses lèvres, il fut brusquement interrompu dans son mouvement par un cri, un hurlement, une alerte. « Un groupe entier se dirige vers la colonie. » Une simple phrase, comptant au total huit mots, qui pouvait ruiner en une fraction de seconde votre journée, piétinant les vestiges de votre bonne humeur. Parce qu’ils avaient tellement besoin qu’une escouade, potentiellement hostile, débarque, pour pimenter un peu  leur existence, non ? Suivant le mouvement, la vague, emporté par les curieux qui désiraient ardemment comprendre la raison d’une telle panique, encore trop endormis et somnolents pour appréhender la portée d’une telle nouvelle, il ne prit aucunement le temps de ranger ses affaires, les abandonnant sur le bord du lac, se promettant d’aller les rechercher dès qu’il en aurait l’occasion, ainsi que de tuer quiconque oserait les manipuler, aussi secondaire que puisse sembler cette dernière intention.

Ah, joie. Des amazones. Il nous en manquait, justement

Telle fut sa pensée, bien entendu sarcastique, lorsqu’il aperçut le groupe, en même temps que tous les autres. À l’image de nombreux autres mâles, il n’avait jamais vraiment porté dans son cœur cet idéal matriarcal qui avait fait la renommée ainsi que la gloire de ce peuple, durant l’Antiquité. Il ignorait, d’ailleurs, qu’elles existaient encore. Ignorance qui ne semblait pas vraiment partagée par Chiron, prouvant ainsi que le vieux centaure gardait bien des informations pour lui. Et voilà qu’on apprenait qu’elles étaient en exil, qu’elles venaient chercher refuge à la Colonie, chassée de leur « repère secret. » Des créatures de légendes, des chimères d’antan, voilà ce qu’elles représentaient pour bon nombre des pensionnaires, qui devaient maintenant admettre, accepter, apprivoiser, leur simple existence. Tandis qu’il songeait, emporté par le fil de ses songeries qui semblaient avoir été vitalisées par l’action et la tension ambiante, un premier groupe sembla se détacher, se démarquer, un groupe qui souhaitait secourir les misandres, les aider, sans conditions.

Suicidaire, songea-t-il, que d’introduire de telles énergumènes sans aucune négociation ou accord préalable. Mais bon, la réflexion n’était pas vraiment le fort des Perséphone.

Cependant, comme à l’habitude, selon une routine, une tradition, bien établie, un mouvement, un rassemblement, opposé, prit naissance, s’enracinant dans la peur de ceux qui avaient été dotés par la nature d’attributs masculins. Maxiel et Dick. Surprenant, presque ahurissant, que ce dernier ait pris position contre l’opinion de Nora, d’ailleurs. Malheureusement, comme de raison, ils semblaient oublier que très peu d’entre eux étaient armés, Thomas lui-même n’ayant que sa montre sur lui, alors que leurs charmantes invités avaient eu la gentillesse, la prévenance, d’être terriblement blindées. Comme s’ils allaient vraiment être capables de les repousser, si jamais ces demoiselles décidaient de venir s’établir de force à la Colonie… De toute façon, les grecs brillaient de par leurs divisions, leurs indécisions, alors que les deux tendances s’affrontaient, débattaient. Un statu quo entre les deux semblait être nécessaire.

« Les gars, sans vouloir manquer de respect à certains d’entre vous, il semblerait que vous ayez oublié une notion très simple, le… common sense. Il est clair, limpide, même, que nous devrions leur apporter notre aide, en souvenir du bon vieux temps, » proclama-t-il, rompant le silence qui s’était vilainement introduit après le monologue, presque attendrissant, d’Iona, une ancienne pensionnaire qu’il ne portait pas vraiment dans son cœur. « Cependant, je dois admettre qu’ils marquent un point. Je suis convaincu que cela atténuerait un tantinet les tensions si mesdames daignaient lâcher leurs armes, le temps qu’un Conseil se rassemble pour convenir de la marche à suivre. Oui, franchement, ce serait vraiment charmant, si nous n’avions pas à craindre de nous faire poignarder à chacun de nos mots, presque amical. »

Il n’était pas sot. Il avait parfaitement vu le mouvement effectué par de nombreuses amazones, qu’il n’avait guère apprécié.
code by Silver Lungs


HJ: Pardon pour la longueur, je ferai moins, la prochaine fois, promis.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille d'héphaïstos


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   Lun 28 Avr - 18:39

will you come home

arrivée des amazones
.
Depuis une bonne semaine déjà, la colonie était silencieuse. Cette histoire d'harpies avait envoyé une dizaine des plus bruyants demi-dieux de la colonie des sang-mêlés en mission, ce qui avait rendu le campement bien plus calme et donc, bien plus vivable pour Absolem. Cela faisait des jours qu'elle ne s'était pas cachée et qu'elle arpentait la colonie en plein jour dans ses heures les plus bondées. La tension dans le camp était palpable, si bien que même Chiron s'inquiétait. Tout le monde était sur le point de faire une dépression nerveuse, tout le monde, sauf Absolem.

Moins de demi-dieux, moins de problèmes. La tension était telle que les conversations n'étaient plus qu'à base de banalités telles que "le temps est maussade aujourd'hui" ou encore "tu veux du pain ?", ce qui enchantait Absolem. Elle pouvait enfin être tranquille, sans avoir à forcer un sourire hypocrite sur son visage d'ordinaire neutre. Alors qu'elle se prélassait à l'ombre d'un pommier près de l'entrée de la colonie, elle entendit au loin les pas saccadés d'un jeune garçon qui se mit rapidement à crier qu'un "groupe entier" se dirigeait vers la colonie. Absolem se releva, pensive. Durant un instant, elle se sentit paniquer à l'idée de devoir se battre une nouvelle fois contre d'horribles monstres mythologiques dont elle n'avait jamais entendu parlé, mais l'excitation prit bientôt la place de la panique qui s'était installée en elle. Et si ce groupe n'était autre qu'un groupe de romains venu rencontrer les demi-dieux grecs ? Elle se releva avec hâte et se dirigea le coeur lourd vers l'entrée de la colonie. Et si son frère était vivant ? Et s'il était avec eux ? Elle ne pouvait s'empêcher de sourire à l'idée qu'il soit venu. Cela faisait cinq ans qu'elle l'avait quitté sans vraiment l'avoir fait, qu'elle espérait qu'il soit vivant, qu'elle le savait.

Elle se dirigea donc vers le pin de Thalia, mais quelques mètres avant d'arriver à destination, elle s'arrêta brusquement.  Ce n'était pas des romains qui avançaient vers le camp, mais bien des femmes vêtues de robes courtes qui plus est. Elle les regarda avec dégout. Des amazones. Absolem soupira et s'adossa à l'arbre près duquel elle s'était arrêtée. Elle ne prendrait certainement pas part au débat qui suivrait inévitablement l'arrivée surprise de telles guerrières. Elle écouta d'une oreille distraite le boucan que produisaient les demi-dieux face aux amazones mortes de fatigue. Tout ça ne l'intéressait plus. Les autres devaient se demander pourquoi était-elle là, avec eux, alors que d'ordinaire elle serait restée bien volontiers perchée dans un arbre à divaguer sur ce que sa vie aurait été si elle n'avait pas été demi-déesse. Mais elle se fichait bien de tout cela, la fausse joie qu'elle venait de se faire l'avait fatiguée. Absolem finit par tourner les talons en direction des bungalows.  
code by Silver Lungs

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

⋆ I'm a princess cut from marble
smoother than a storm. and the scars that mark my body, they’re silver and gold. my blood is a flood of rubies, precious stones, it keeps my veins hot, the fire's found a home in me.

Clique si tu veux faire du sport:
 
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones   

Revenir en haut Aller en bas
 

SUJET COMMUN ✤ arrivée des amazones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]
» Sujet-commun : Intrigue 1
» LE BAL DE LA SAINT-VALENTIN - sujet commun (l'arrivée des invités)
» 2. Bal masqué - Sujet commun
» SUJET COMMUN // joyeuse Saint-Valentin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OLYMPUS SOLDIERS ::  :: le pin de Thalia :: entrée de la colonie-