Partagez | .
 

 valar morghulis ≠ raven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

GRECQUE ✤ fille de hécate


MessageSujet: valar morghulis ≠ raven   Sam 5 Avr - 23:16


raven m. collins
i wanna be a real fake


I just came to say hello
prénom ✤ raven. raven comme un corbeau, noir, de son cri allant et de ses plumes noires. son père ne s'était pas trompé en lui donnant ce nom. elle porte comme deuxième prénom millicent, qui fut toute son enfance. c'est seulement après la révélation de sa vraie-nature, qu'elle entreprit de prendre son deuxième prénom, comme pour rendre un hommage perdu à son père. nom ✤ collins. ce nom n'est pas inconnu puisque dans new-york, seul les grands adeptes des études peuvent avoir entendu parler du doyen collins, de l'université de new-york. ancien professeur de littérature anglaise et de philosophie, il ressemble parfaitement au gros lard qui se font des petites poulettes de luxes. seulement, il a une fille, qui elle, n'est pas normale. à part ça, les collins sont des gens simples - ou pas -. âge ✤ il y a peut près quelques mois qui séparent la jeune nymphe de la majorité, même si son visage enfantin laisse croire à une plus petite personne. âge en arrivant à la colonie ✤ c'était un mauvais jour. non seulement la jeune fille venait d'être indisposée pour la première fois, mais il se trouvait qu'elle n'avait que douze ans. une douce enfance brisée. date et lieu de naissance ✤ bercé par neuf mois de tendresse -ou pas- la douce est née le deux mai dans la belle ville de new-york.parent divin ✤ d'apparence, tous les sépares. l'enfant parait créatrice, docile et facile à aborder. mais tout cela n'est que contradictoire, telle que sa mère. elle n'est autre que la fille d'hécate, déesse de la nouvelle lune et de la lune noire, spécialisé en divination. raven pourrait paraître heureuse dans ce camp alors qu'au contraire, c'est une prison pour son savoir. elle est telle que sa mère, représente plusieurs facettes qu'elle-même ignore. origines/nationalité ✤ né d'un père anglais et d'une mère déesse, si c'est pas cool ça, mais non, elle est jamais heureuse la gamine et ça la fait chier. orientation sexuelle ✤ c'est une grande question pour elle. l'orientation sexuelle. parfois, elle se pose des questions. ici, dans le camp, voir les jeunes hommes frémir sous la transpiration, voir la sueur de leurs muscles dégouliner pourrait l'amener à ressortir quelque chose. mais non, rien. à part l'odeur de la puanteur. pourtant, quand une femme se maintient près d'elle, légèrement vêtu, elle ressent soudainement des choses. elle pense alors que son savoir passe avant ses hormones. une asexuée qui cache une homosexualité, étrange. statut civil ✤ l'amour n'est pas réel, il n'excite pas selon elle. l'amour est un sentiment dont tire profit chacune des personnes pour assouvir quelque chose. elle n'y croit pas. elle ne veut pas se forcer à aimer. elle voudrait rester célibataire. pouvoirs ✤ peut-être qu'être une demie-déesse ne lui plait pas, mais cette situation lui apporte des avantages. elle a pour pouvoir de voiler le regard d'une personne en déposant une fine et légère couche noire, telle une plume noire s'abattant comme une malédiction de la personne. elle peut d'autant plus, contrôler les rêves d'une personne, d'une façon croquemitaine. elle arrive à s'introduire dans l'esprit subconscient d'une personne et de pouvoir faire basculer son rêve dans un terrible cauchemars, ce qui peut lui procurer l'aide nécessaire à savoir la plus grande peur de la personne. néanmoins, elle n'utilise que très peu ce pouvoir, étant trop fort pour elle. armes maîtrisées ✤ raven est une petite maline. dissimulant sa capacité physique, sa légèreté lui permet d'être plus rapide et maniable avec une dague, un couteau et ce genre d'arme. petite et facile à dissimuler, elle utilise néanmoins son intelligence et un autre regard, un autre point de vue, essayant d'attaquer comme elle peut. ce n'est qu'une petite chose après tout et il est facile de la déstabiliser. objets ✤ elle n'en a aucun, et n'en désire pas. groupe ✤ une logos plus que tout. avatar ✤ shailene woodley. caractère ✤ raven, de base c'est pas une douce. elle a souvent été une enfant qui essayé de se surpasser pour acquérir enfin l'attention de son père, sans jamais excellé partout. téméraire, elle ne fait pas semblant d'avoir du cran. elle n'hésite pas à se jeter d'un pond pour prouver parfois sa supériorité, même ci elle se sent obligée de cacher sa propre nature ici. menteuse, peut de personne ne connaisse son vrai visage, celui d'une jeune fille rêvant d'aventure, d'une fille qui rêve d'avoir une vraie puissance, une vraie popularité. elle aimerait qu'on l'acclame, pour son savoir, être charismatique pour enfin être aimer. rustre depuis peu, elle a perdu toute éloquence dans sa voix, devant même parfois grincheuse. tout ça à cause d'un changement de vie, l'oiseau blanc a perdu ses ailes pour devenir un corbeau - d'où raven -. mystérieuse, indépendante, la jeune fille a toujours aimé se sentir libre et elle n'hésite pas à le faire savoir. de même que pour son mystère, très peu de personne ne peuvent percer à jour son âme et elle reste pleine de mystère pour tous, donnant un petit côté attractif à sa personnalité. c'est une énigme. sauvage, c'est le mot qui semble le plus approprié. elle n'a pas peur, raven, elle a du courage. mais elle masque cette caractéristique par un air érudit, mais non, raven c'est une sauvage. elle aimerait courir dans la forêt, poignarder de sa dague un monstre. sauver des gens, et se comporter comme une héroïne quitte à ce qu'elle même rentre dans la légende. une sauvageonne au caractère plutôt étrange, avec toujours une facette cachée.

some stuff we'd like to know
Que penserai-tu d'une éventuelle rencontre avec une autre civilisation ? Une autre civilisation, oh non. Pas du tout. Au sens propre du terme, ça la ferait encore plus chier. Peut-être que là-bas c'est un peu plus intellectuel, un peu plus culturel, et qu'il y a plus de liberté. Elle pourrait se sentir peut-être libre. Mais non, elle ne le sera jamais. Toujours cette petite enfermée dans sa propre cage. Elle mentira avec son plus beau sourire, donnant un accent sur la culture et l'intelligence de l'autre camp, espérant qu'ils sont aussi forts qu'ici. Mais c'est tout, elle n'en dira pas plus.

Souhaiterai tu que le système de recrutement pour les quêtes change ? Ça ne te pose pas de problème que ce soit toujours les pensionnaires populaires qui y participent ? Avec hypocrisie elle dirait que non. C'est logique après tout, il faut bien mettre les plus forts pou gagner, assouvir la puissance par la force. C'est peut-être logique. Mais non, le fait de ne pas être choisi la crispe. Elle se sent mal, parce qu'on ne la reconnaît pas à sa juste valeur, celle d'une grande guerrière. Mais après tout, si elle arrêtait de mentir sur son dégoût pour le camp, elle serait peut-être plus acceptée, plus mis-en-avant, qui sait. Néanmoins, il y aura toujours un fossé entre elle et la popularité.

Est-ce que le fait d'être un demi-dieux te convient ? Non. Menteuse. Elle n'aime pas ça. Ô que si, elle aime ça. Ce n'est pas ce qu'elle avait prévus dans son avenir, non, c'est une humaine, une vraie. Et non. Elle ne s'y fera peut-être jamais. Mais elle hait ça autant qu'elle adore ce sentiment de pouvoir. Si sa mère aurait pu être une autre, une déesse plus facile, avec un caractère simple et saint. Mais non, c'te gamine faut quelle tombe sur celle qu'elle pense schizophrène. Celle qui a plus d'une personnalité, qui peut être autant bonne que mauvaise. Voilà tout, depuis qu'elle sait la vérité, elle ne se connaît. Elle ne sait plus qui elle est, et elle s'en voudra toujours d'avoir une satisfaction quand elle utilise ses pouvoirs.

Que pense tu des amazones ? Serai tu d'accord pour les aider ou est-ce que tu préférerai les laisser se débrouiller seules ? Les amazones ? Les meufs qui se promènent en peau de tigre et de lion avec la touffe à l'air, brandissant des lances en soumettant les hommes ? Peut-être. Elle a toujours un rire silencieux à ce terme. Parfois, elle rêve qu'elle pourrait prendre le dessus, s'imaginer qu'elle serait plus forte que les garçons de la colonie, qui se soumettrait tous à elle. Elle savoure cette pensée, mais non, elle ne serait pas capable d'être aussi puissante. De même qu'elle pourrait aider les amazones, seulement si le but lui apporte profit plus qu'autre chose - où du moins, qu'il aide ses proches, les seuls qu'elle pourrait être amenée à apprécier - mais théoriquement, elle se fiche d'elles. Elle se fiche de tout.

this is me
coucou   moi bah je suis la twins du seul kiki du staff, on est né dans le même string voilà tout   sinon bon bah moi c'est morgane (ou wild life sur bazzart ) ou momo pour les intimes   (seul la reine amimorve peut me nommer momorve, et j'aime fangirliser avec elle sur tobias et tris     je suis une petite fille de quatorze ans et j'aime monter dans la camionnettes des monsieurs dans la rue        sinon bon bah je suis une portugaise, oui, j'ai des poils, mais vous inquiétez pas, faut juste que je me rase les jambes toutes les demis-heures sinon ça pousse trop vite et j'arrive pas à marcher   bon comme vous le voyez, je suis une folle qui aurait du se faire interner à asylum depuis longtemps     j'aime un peu tout, mes persos sont des fous non-sociable et j'aime les disney, je ship merida et hiccup     aussi, je trouve que ce smiley est la totale ressemble de mon oncle au portugal, tel qu'il porte son mono-sourcil   Arrow sinon, je ne sais pas quoi dire, j'ai pas lu pj parce qu'avant j'ai les livres du collèges   mais je compte m'y mettre, un jour   
sinon bah, merci jacky et michel   (oui je voulais placer cette petite phrase, obligey   )
edit: sorry je suis fatigué, c'est le soir, j'ai oublié de mentionner que vous swaggez un truc de malade     


Dernière édition par Raven Collins le Dim 20 Avr - 10:53, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de hécate


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Sam 5 Avr - 23:17

'cause I'm only human
but i'm only human, and i bleed when i fall down,
i'm only human, and i crash and i break down
❖ ❖ ❖





Son regard se tourne vers la grande maison. Trop grande pour elle, l'enfant toute petite qu'elle est. Trop diverse. Il lui en fallait peu. Millicent avait toujours eu une tendance pour la sobriété, les choses plus basiques. Elle aimait se faire remarquer par elle même et non par ce qu'elle a gagnée ou ce qu'on lui a offert. Une maison trop variante pour elle et pour son vieux père. Elle le trouvait pourtant beau. Avec son côté chic, souvent en costume. Son travail l'obligeait à garder cet air sérieux, si tel qu'il était devenu habituel de le voir très sérieux et vigoureux sur des petites choses. « Papa, pourquoi tu as pris une maison de campagne ? Tu n'aimais pas m'apprendre à faire du roller dans central park ? » Sa petite voix, si douce et tendre. Elle représentait toute l'innocence en un mot, une démarche et un petit sourire. Ses joues dont les fossettes se creusaient à chaque sourire éclaircissant son visage. Il passa une main dans ses cheveux pour les décoiffer doucement. « Ma chérie, papa préfère prendre un peu de repos, ici. Ne t'inquiète pas, derrière il y a une petite terrasse et Maggy pourra t'apprendre à en faire. » Il détacha le col de sa cravate pour se mettre à l'aise alors que la douce fronçait légèrement les sourcils. Elle boudait. Maggy était la gouvernante de la famille Collins. Une jeune-femme importante pour Millicent. C'était sûrement le seul bon exemple féminin que Millicent pouvait apercevoir. Des femmes, Millicent en a vu, depuis ses six ans de vie. À chaque fois toutes différentes. Blonde, brune, rousse. Même rose parfois. Tout y passait. Leurs points communs. Deux grosses bulles d'airs qui leurs flottaient devant le visage et surtout, un déhanché qui laissait le regard se porter sur ce que l'on peut appeler, un cul fait de plusieurs pastèques. Millicent méprisait directement ces femmes qui prenaient l'attention de son père pour aller s'enfermer dans le bureau. Non, elle ce qu'elle voulait c'était apprendre à lire avec lui, savoir faire un noeud marin, apprendre à faire du roller. Même faire un bonhomme de neige lui serait plaisant. Dans ces moments-là, elle s'enfermait dans sa chambre et pleurait dans son lit si vaste pour elle. Et de même, elle s'imaginait tenir une discussion avec sa mère, comme ci elle la ressentait près d'elle. Elle fermait les yeux, et c'était comme ci tout lui paraissait vaste. Elle pouvait s'imaginer un monde normal, telle qu'elle était. Normale comme elle. Millicent avait toujours fait preuve d'un esprit de rebelle, elle n'était pas comme son père. Ses cheveux ne se brossait pas comme il le souhaitait, son maintien n'était jamais parfait, sans parler de son problème de dyslexie. Un ancien prof de philosophie et de lettre, avoir une fille dyslexique, c'était la honte. Mais il cachait toujours le problème de sa fille par un regard plutôt calme, ne lui donnant pas la chance de se mettre en avant. Non, bien sûr, une gosse de six ans ne pouvait pas tout briser. C'est ce qu'elle se disait, dans ses sommeils. Elle en avait honte. Elle essayait toujours de se dépasser, de comprendre, mais non. Tout semblait flou, anormal.

« Papa, euh .. » Elle fut coupée par la voix grave de son père, trop grave, trop vieille. « Quoi encore Millicent ? » Elle essaya de paraître normale, essayant d'ignorer de savoir si une femme se trouvait sous le bureau de son père ou non, mais elle entreprit une démarche assez studieuse et releva un petit air doux, enjôleur. « On m'a demandé de faire un exposé sur la langue latine ... Je sais que tu n'aimes pas que je lise tes cours, mais je voulais savoir si ... » Elle titubait sur ses deux jambes, coinçant son cou entre ses épaules, sa tresse se balançant de gauche à droite aux mouvements de ses jambes. « Si ? » Elle frissonnait. Il paraissait encore plus vieux qu'avant, les sourcils froncés, les cheveux blancs. Bientôt la calvitie viendrait chercher le reste des survivants sur son crâne. « Si je pouvais avoir tes documents sur la langue latine. Oh ! Ne t'inquiète pas hein, je ne copierais rien, c'est juste pour avoir une idée et avoir des textes que je devrais utiliser dans mon diapo... » Il lui coupa la parole quand le téléphone sonna et il décrocha rapidement, laissant son enfant encore choqué et vexé. Mais après tout, elle en avait l'habitude. C'était son quotidien. " Ne pense pas que je ne t'aime pas, Millicent, mais mon travail permet de te nourrir et de t'apporter ton confort et ta protection. " C'est ce qu'il lui disait. Mensonge. Elle pinça sa lèvre inférieure, l'air vexé au plus fort. Non, il ne pensait qu'à son confort à LUI. SA protection. SA nourriture. SES salopes qu'ils se ramenaient chaque soir. Elle en avait presque honte d'être une Collins. Il lui jeta un regard verdoyant donnant un coup de menton vers l'armoire qui se trouvait derrière son bureau. Millicent n'osa pas bouger, elle resta planté devant lui. Ses muscles restaient figés sur elle-même. Il poussa le téléphone qui se collait contre sa joue pour que le destinataire ne l'entende pas. « Voyons Mili', va le chercher dans l'armoire ! » Elle ne bougeait toujours pas, comme envoûté, perdu dans ses rêves. « Excusez-moi monsieur le président. » Il déposa le téléphone contre le socle avant de se relever dans un élan de colère - au moins, sa braguette n'était pas ouverte, aucun signe qu'une autre personne ne se trouve dans les parages - pour ouvrir l'armoire dans un élan de colère et lui sortir des tas de dossiers empilés et de les jeter sur son bureau l'air furieux. « File ! Et referme la porte ! » attrapant tous les dossiers, elle fut sortie d'un pas rapide, heureuse de reprendre enfin le mouvement de ses muscles. Elle referma la porte et déposa la pile de dossier à ces côtés avant d'entendre son père de nouveau parler. Attend ... Il a bien dit, président ? Non, il n'avait pas Bush au téléphone, il ne fallait pas être con pour le savoir. C'était simplement le président des doyens ou un truc à la con, d'anciens professeurs. Un rire et un " t'inquiète pas ma poulette " lui fit ravaler son dégoût puissant. Les hommes n'étaient que des énergumènes débiles, cherchant à assouvir leurs désirs les plus dégoûtant. Et donner des noms d'animaux à des femmes. Sans parler de ces dieux grecos-romains dont elle devait faire un exposé. Non, le mec c'est le roi des dieux, pour "pécho" il doit se changer en taureau. Elle riait bêtement à cette pensée. Essayant de changer d'idée, elle alla s'installer sur la terrasse avec un les documents sur la table, puis elle commença à en feuilleter. Elle essayait de comprendre les mots, sa dyslexie ne s'étant pas arrangé à son âge - soit onze ans -. Soudain, un document alerta son esprit. Une autre langue que de l'anglais. Non. Ce n'était pas que ça, c'était plus compréhensible. Plus sûr. Approchant le document de ses yeux, elle se mit à lire. Son esprit se mit en marche directement et lui envoya des messages, la traduction de ce texte. Elle le comprenait mieux que rien d'autre. Son regard s'étira, puis se referma. Non. Ce n'était pas logique. Elle n'était pas si intelligente. Elle avait même du mal à lire de base. Cela était impossible. Elle releva la tête, donnant raison à la logique qu'à la sensation heureuse dans son coeur. Était-elle normale ? Elle essayait de savoir. Retenant son souffle, elle tourna la tête pour vérifier si on l'observait, si ce n'était pas une blague. Un autre document sous ses yeux, les lettres prirent de nouveaux places dans son esprit. Repoussant la table dans un cri de surprise, elle bascula en arrière de sa chaise et se recroquevilla sur elle-même en un instant. Non. Elle comprenait enfin. Oui, elle savait. Mais elle en avait peur. Peur de ce sentiment de puissance qui commençait à grandir dans son âme. En un coup de vent, elle alla reposer les documents dans sur le buffet et pris simplement celui qu'elle avait lu en premier, le cachant dans une boite dans sa chambre. Ce n'était pas logique. Elle ne l'était pas. C'était une scientifique, elle devait se calmer et essayer de réfléchir. Contrôler son sentiment. Mais que faire, quand elle entendait les petits cris qui provenaient à l'autre bout du couloir, dans la salle de bain personnel de son père.


it's where my demons hide
don't get too close, it's dark inside,
it's where my demons hide
❖ ❖ ❖





Le battement de ces cils allaient se prolongeait dans un mouvement infini, laissant le temps s'écouler lentement dans la pièce. Un livre écrit en latin se trouvait sous les yeux de la jeune-fille, le premier de la collection de son père. Elle se concentrait pour apprivoiser doucement l'objet. Elle venait d'avoir douze ans et c'était avec un petit sourire timide qu'elle entrait dans l'adolescence. Elle commençait à grandir, à avoir des papillons dans les yeux quand on se trouvait gentil avec elle ou à être exécrable et mesquine quand on lui refusait tel chose. Elle se tenait droite, devant la longue table vide à part son père en face, qui se tenait droit et fière. Il mangeait sa dinde en silence pendant qu'elle n'osait pas parler. Elle n'osait pas en parler à son père, peur de creuser un fossé entre lui et elle. Ou élargir ce fossé. Ils étaient devenus tous sauf proche. Il n'était pas là le soir pour regarder la télévision avec elle. Il ne l'aidait que très peu au devoir. Si elle n'était pas la meilleure, il ne s'intéressait pas à elle. Elle devait toujours paraître soigner, admirative de son père. Mais tout cela ne devenait que dégoût des années. Le jour où elle l'avait pris sur le fait avec Maggy l'avait totalement choqué. Sa propre femme de ménage. Sa propre mère. Millicent détestait les hommes plus que tout et aurait été une parfaite amazone en ces moments.
Elle retint un rictus avant qu'il lui adresse un sourire plat, sans fond, presque forcé. « Oui ? » Elle avait ouvert la bouche sans s'en rendre compte et essayer de parler, sans que le son ne franchisse la barrière entre sa gorge et ses lèvres. « Papa ... je dois te parler. » Il frémit, dans son regard. Elle vit le bout de son âme, et c'est en jetant un regard à ses poignets qui seraient plus que fortement sa fourchette et son couteau, qu'elle expira un bon coup pour que ses muscles se décontracte. « Et bien ... Parfois, je ressens des choses étranges. Ne me prend pas pour une folle, je sais que c'est purement scientifique ... mais ... parfois j'ai l'impression que maman me parle ... elle essaie de me dire ce que je dois faire ... de m'aider. » Elle laissait traîner sa voix en longueur, comme si parler lui coupait un membre. Une fois la fin de sa phrase expiré, il écarquilla les yeux d'un air surpris, furieux. Non, c'est vrai. C'est une folle c'te petite, même pas capable de savoir ce qu'elle est. L'homme se mit à rire, nettoyant les petits creux extrêmes de sa bouche avec sa serviette, d'un air d'anglais de pures souches. Il ravala son petit rire et poussa sa tête en avant, comme pour affirmer ses termes. « Mais enfin Millicent ... ta mère est morte tu le sais très bien. Je ne vais pas te rappeler que c'est toi qui lui à causer la mort et rien de ce que tu peux entendre ne semble avoir un semblable de logique et de réalité. À moins que tu entendes des voix dans ta tête - ce qui ne ferait qu'aggraver ton cas, vu ta dyslexie - tu devrais prendre des calmants pour la tête, crois-moi mon enfant. » S'en était trop. Trop pour elle. Elle frappa la table de son point. Une nouvelle fois qu'on salissait son nom, de petites idiotes. On l'a traitée comme une handicapée. Non, elle n'avait pas de problème dans le comportement et jamais n'avait déshonoré son père. À part dans son don qui la pénalisait. Il fronça les sourcils, peu fier de son mouvement qui ne se faisait pas de la part d'une enfant. « Assez Millicent ! Pour qui te prends-tu à taper du point sur la table ! Nous ne sommes pas des sauvages quand même ! » Sauvage. Si ça en était une. Elle n'était pas normale. Elle n'était pas sa petite fille si désirée, si bonne à l'école. Mais elle avait quelque chose, de plus qui faisaient qu'elle était unique. « Assez toi-même ! » Il se leva soudainement, repoussant de son gros derrière bien gras la chaise, et elle fit de même. « Papa ! Quand vas-tu comprendre ce que j'essaie de te dire ! Je suis assez grande pour pouvoir quand même te parler des choses qui me semble sérieuse dans MA vie ! » Elle lui en avait trop dit. Il avança rapidement près d'elle, passant devant les braises de la cheminée qui ne pouvait que le rendre brûlant de rage. « Jeune-fille ! » Mais elle l'intercepta de plus près dans sa parole. « Non ! Je suis ta fille, et jamais tu n'as montré un signe d'affection pour moi ! Si ce n'est que tu préfères tes salopes et même la femme de ménage ! T'as besoin d'une pompe ou quoi ?! Bordel papa ! Tu n'as rien remarqué. J'ai changé, je grandis, mon corps change, ma voix aussi. Tout change papa ! Et toi tu ne prends même pas la peine de t'occuper de moi ! Si tu savais ce que je savais faire, au que non je ne suis pas ta débile de fille qui ne sait pas lire, non, moi, je sais lire du latin ! » Elle marqua une pause comme essoufflée, perdu dans la colère de sa voix. Il s'arrêta net, comme frapper par la foudre. Sa fille. Sa propre fille. Une personne qui n'était pas normale, alors que lui-même ne croyait pas au surnaturel. Il recula, avant de l'attraper par le cou, la collant même jusqu'au mur. « Non tu ne peux pas être un monstre comme ta mère ! Pas toi ! » Il se mit à l'étrangler, de toutes ses forces, ne contrôlant plus la colère qui envahissait ses membres. Millicent suffoquait, elle hurlait. Depuis l'acte entre son père et Maggy, elle l'avait elle-même mise à la porte, désirant ne plus avoir personne à ses côtés. Elle regretta cet acte sur le coup. Elle essayait de se débattre, mais le poids du gros lard était plus fort que celui d'un corps frêle. Elle ferma doucement les yeux, essayant de se calmer, de rester vivante, mais au nouveau battement de ces cils, une ombre noire sortie du regard de l'enfant pour aller se disposer sur les yeux de l'homme, relâchant son emprise sur son enfant. « Oh secours ! Je ne vois plus rien, à l'aide ! » Sa tête avait heurté le sol, laissant un filet de sang dégouliné son crane et maquillé ses cheveux blonds. Elle avait rencontré l'angle de la cheminée en plein vol et l'acte qu'elle venait de faire la fit sursauter. Elle rampa au sol pendant qu'elle entendait son père blêmir en se roulant en boule. « Papa ... » Soudain son souffle se fit court, sa respiration se rompait aux paroles qu'il utilisa. « NE ME TOUCHE PAS SALE MONSTRE ! » Une larme coula le long de son oeil, puis la porte s'ouvrit, laissant place à un visage d'homme, dont elle ne vit pas la fin. Elle avait déjà fermé les yeux et reposait en paix, inconsciente de sa propre force.

i'm wakinp up to ash and dust
welcome to the new age, on the fire,
radioactive, radioactive in the dark
❖ ❖ ❖





Son regard voguait dans la grande pièce pendant qu'un homme plus âgé se servait un verre de vin, bien frais. Elle avait au moins la faculté de reconnaître cette odeur, celle de son père. Alors qu'elle ouvrait les yeux doucement, elle croisa le regard de l'homme qui se mit doucement à rire, avec une chemise digne des plus grands moniteurs de vacances. « Te voilà enfin debout, mademoiselle. » Sa voix s'élançait dans toute la pièce et elle passa une main dans ses cheveux pour toucher la blessure qui l'avait fait saigner. « Ne t'inquiètes pas, tu es guéris, j'attendais que tu te réveilles correctement pour ne pas te brusquer. » Elle se releva directement, recouvrant son petit corps de la couette fine. Elle était éclaircit par des rayons lumineux venant d'un soleil radieux, alors qu'elle tendit les oreilles pour écouter des bruits de métaux frapper. Elle tourna la tête vers l'homme qui ria doucement. « Ce sont des épées. » " Lol. Trop drôle. C'est bon, on est pas en avril merde, arrête tes blagues débiles. Mort de rire quoi. Big lol. Je suis xptdr. " Elle releva un sourcil à ces pensées alors qu'il rigola fortement en voyant son air ahuri. « C'est vrai, tu ne connais pas ta vraie nature, Millicent. » À son nom, son corps tout entier se glaça. Elle avait dormi longuement, qui sait, pendant des heures, des jours, des mois. Elle crispa ses mains avant qu'il ne la regarde d'un air étonné. « Tu es très étonnante, tu sais ... Bon, je ne vais pas y aller par quatre chemins, assis toi correctement. » Elle s'exécuta. « Millicent, tu n'es pas normale. Ici, c'est une colonie pour les personnes comme toi. » Elle frémit, surprise, tremblante. « Tu es une demi-déesse. » Son regard était tellement grand qu'on aurait dit que ses yeux sortaient de ses orbites. « Pardon ? » Elle éclata de rire, soudainement, comme surprise. Il lâcha un petit soufflement avec un " on reconnaît bien sa mère ... " à voix basse. Seul un dieu pouvait reconnaître le regard qu'avait Millicent, elle était tout comme Hécate. Si douce et belle, pourtant si folle et tyrannique. « Non mais je veux dire, elle est où la blague ? Est-ce que mon père va ... » Un sanglot traversa sa voix, alors qu'il lui frappa chaleureusement le bras. « On n'en sait rien, il est encore à l'hôpital. Nous avons masqué le tout en te faisant passer pour morte dans un incendie qui aurait pu lui coûter la vue. » Elle frappa son point sur la table, comme surprise, haineuse, horrifié. Son père, loin d'elle. Celui qui la dégoûtait, lui manquait peut-être. Non, ce n'était pas possible. « Écoute, tu as pu rencontrer des problèmes dans ton enfance, par exemple ne pas arriver à lire ... Comprendre des choses pourtant incompréhensibles. » Elle était d'accord. C'est vrai. Elle savait faire plus de choses qu'elle ne le pensait. « Je sais lire du grec ancien ... » Il s'exclama et frappa dans ses mains. « J'en étais sûr ! La fille du doyen Collins, après tout c'était obligé que tu fréquentes des textes en latins. » Elle essayait de sourire, c'est vrai, c'était bien pour son âge. Quelqu'un qui reconnaissait enfin son vrai talent, sa vraie nature, et qui l'acceptait. « Tu dois connaître donc les noms des dieux, leurs histoires ... » Bien sûr. Mais rien ne prouvait qu'elle était l'une des leurs. Après tout, rien ne semblait logique. Il vit son air intimidé, comme ci elle n'osait pas poser la question. « Tu es la fille d'Hécate, Millicent. Elle t'a reconnue hier. » D'où ce sentiment de parler à quelqu'un. L'une des déesses de la triade, de la nouvelle et la lune noire. Elle essayait de sourire, mais rien ne lui vint en tête. « Je vais donc passer ma vie ici ? ... » Il déposa sa tête sur le côté avec un sourire apaisant, donnant une réponse affirmative à sa question. « Bien, alors ne m'appelez plus jamais Millicent. Je suis Raven, sans nom de famille, un point c'est tout. » Il n'objecta pas à sa requête, et elle se releva pour suivre son destin.

« Hey, Raven ! Ça te dit qu'on fasse un peu de tir à l'arc ensemble ? Juste toi et moi ... » Elle relève la tête de son livre, laissant quelque mèche libérée de sa longue tresse s'échapper de son visage en fixant le jeune garçon devant elle. Elle lui répondit d'un sourire avant de prendre le marque page de son livre et de le mettre à l'intérieur. Le fil d'Hébé n'osait pas la déranger et avait toujours eu ce petit faible pour Raven, ceux depuis toujours. Durant des années, il la regardait, avec se sourire doux et aimant qu'elle tentait bien de se détacher, d'être complètement libre. « Bien sûr, mais je te regarde faire alors ! » Elle lui enfourcha le pas en descendant de son petit rocher et l'accompagna, son livre à la main. Il se mit rapidement en action et fit tout pour tirer comme il faut. Mais Raven se fichait bien de lui. Donnant des coups d'oeil à l'égard des flèches lancées, elle se mit à rire à chaque fois. Juste pour passer le temps. Son rire n'avait pas d'émotion pour elle. Elle reprit sa lecture et lui tint compagnie jusqu'à l'aube, avant qu'il ne s'approche d'elle, son activité finie. « Tu lies quoi ? » Elle ria doucement. « Quelque chose. » Il replaça une mèche doucement derrière son oreille et s'approcha d'elle. Dans un contexte particulier, elle l'aurait peut-être embrassé. Mais non, elle ne l'aimait pas. Il n'en était pas question. C'était un homme. Un goujat qui ne voulait que son corps, comme son père, qu'elle détestait au jour-même. « Au revoir Harry. » Et elle s'en alla, sans excuse, répandant une légère froideur dans l'atmosphère et pénétrant son bungalow imbibée de brouillard, des pierres les plus sombres possibles. Non, elle se l'était promis. Jamais elle ne serait mariée. Jamais elle ne serait dépendante.



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MUST ALWAYS BE SAELED..
    code broadsword.


Dernière édition par Raven Collins le Mar 8 Avr - 19:58, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils de persephone


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Dim 6 Avr - 8:23

MAINTENANT TU T'APPELLES MIGUEL
Anyway, bienvenue twins, ton vava me donne des feels et je meurs et je te fais des bébés What a Face

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
FEAR & LOATHING
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ROMAINE ✤ fille de trivia


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Dim 6 Avr - 8:46

rosie tupper
bienvenue ici I love you bonne chance pour ta fichette!   

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de nyx


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Dim 6 Avr - 9:02


enough said bienvenue, tu respire le swag voilà voilà, bonne chance pour ta fiche

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

✻ the blood of stars ran in her veins
my chest is getting tight, i've got nothing to hide. i take it all on board, i've got to crack the code. everything coincides , heavy are these skies i wanna make a vow to make this right somehow. it's killing you inside, fighting against the tide. i'm sinking like a stone easy come easy go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de hécate


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Dim 6 Avr - 11:03

omg, les bgs je meurs What a Face
merci à vous tous,

twins - viens me faire des enfants, j'attends que ça
sista romaine - wesh sista, t'es boune aussi
heather - toi tu swag ta vie y a pas à dire

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MUST ALWAYS BE SAELED..
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils d'athéna


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Dim 6 Avr - 12:59

Bienvenue sur le forum, et bon courage pour ta fichette.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
" L'homme sage apprend de ses erreurs,
L'homme plus sage apprend des erreurs des autres. "
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de perséphone


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Dim 6 Avr - 13:03

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

AMAZONE ✤ fille d'eris


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Dim 6 Avr - 13:07

HECAAAAAAAAAAAATE :swag; je l'aime, je t'aime, aimons-nous I love you
bienvenue momo, bon courage pour ta fiche I love you

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

YOU'LL NEVER KNOW WHAT HIT YOU
WON'T SEE ME CLOSING IN, THE DEVIL WHITIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GRECQUE ✤ fille de hécate


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Dim 6 Avr - 19:54

merci I love you
matthieu - aimons nous dans un monde sans problème       

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MUST ALWAYS BE SAELED..
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

GREC ✤ fils de persephone


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   Mar 8 Avr - 20:02

Madame Mono-Sourcil, à cause de toi j'ai l'impression d'écrire du caca. Mais je te pardonne parce que t'es fab. VALI-DAY.

félicitations !

Bienvenue chez les fous What a Face tu viens d'être validé, et avant de pouvoir commencer à rp voici quelques sujets dans lesquels tu devra passer. Tout d'abord nous t'invitons à lire le règlement si ce n'est pas encore fait, tu pourras ensuite aller recenser ton avatar et poster une fiche de lien et de rp. N'oublie pas de recenser ton personnage ici s'il s'agit d'un demi-dieux, et s'il possède une quelconque responsabilité chez les amazones, romains ou grecs, merci d'aller le signaler dans le sujet approprié afin d'éviter les malentendus Bon jeu parmi nous, et au plaisir de te voir en action (aucun sous-entendu ici, esprits pervers passez votre chemin )

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
FEAR & LOATHING
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: valar morghulis ≠ raven   

Revenir en haut Aller en bas
 

valar morghulis ≠ raven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Docteur de la Peste ♣ « valar morghulis »
» valar morghulis ☆ cho
» (valar morghulis)
» valar morghulis, it's high valyrian for yolo. (corentin)
» Fiche sur les Valar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OLYMPUS SOLDIERS ::  :: l'épreuve de Lupa :: présentations validées-